leral.net | S'informer en temps réel

RAHMANE BARRY SUR SES DEUX ANS DE GALÈRE « J'ai été victime des « xons » en équipe nationale »

Rédigé le Mercredi 30 Juillet 2008 à 17:58 | | 0 commentaire(s)

Depuis 2006, Rahmane Barry a du mal à retrouver véritablement ses sensations de football. L'international sénégalais à qui les observateurs prédisaient un bel avenir a pris du plomb dans l'aile avec des «blessures bizarres» et répétitives. Ce qui lui a coûté deux ans de galère. Rahmane Barry dit être «victime des Xons» et affirme que «la bataille mystique entre les joueurs est le plus grand adversaire du Sénégal».



RAHMANE BARRY SUR SES DEUX ANS DE GALÈRE « J'ai été victime des « xons » en équipe nationale »

Depuis 2006 vous n'êtes pas revenu en équipe nationale, n'avez-vous pas l'impression d'être coupé du reste du monde ? C'est vrai que j'y pense mais à l'heure où je vous parle, je suis très loin encore. Il y a du boulot à faire. Je travaille énormément pour retourner en équipe nationale, mais là pour l'instant, ils sont un peu loin quand même. On verra au fil de l'année ce qui va se passer. Pour moi, il n'y a pas de problème parce que pour venir en équipe nationale, il faut être bon en club. Si l'on n'est pas bon, c'est normal qu'on soit un peu coupé. Ils sélectionnent les meilleurs. Maintenant je n'attends rien des dirigeants, au contraire c'est à moi de prouver pour qu'on me rappelle. Si l'on est oublié c'est un peu notre faute. Si dans nos clubs nous marquons des buts, si nous faisons nos matches nous ne nous ferons pas oublier. C'est pourquoi je dis que je n'attends rien des dirigeants.

C'est en pleine Can que vous avez commencé à avoir des difficultés et depuis vous avez du mal à vous remettre sur les rails. N'avez-vous pas fait de rapprochement avec l'aspect mystique ?

Je ne sais pas si je suis mieux placé pour en parler, mais franchement après la Can 2006 et même pendant la Can j'ai galéré. On sait tout ce que se passe là-bas. Des blessures un peu bizarres, on n'arrivait pas à trouver c'est quoi. Je sais que j'ai été victime des xons, mais comme ça fait deux ans que je ne suis pas retourné en équipe nationale, on peut oublier ; ils sont en train d'attaquer d'autres personnes, il n'y a pas de soucis.

À vous entendre parler la bataille mystique entre les joueurs est l'autre adversaire du Sénégal…

C'est sûr ! Quand je suis arrivé, je n'y croyais pas. Je ne sais pas si j'ai le droit d'en parler mais Malickou, avec qui je partageais la chambre, a vu tout ce qui se passait : mon genou qui s'enflait et je n'arrivais pas à dormir. C'est un gros problème en équipe nationale. Si les joueurs arrêtaient de se marabouter le Sénégal irait de l'avant sinon, on ne pourra rien faire. Après cette Can, j'ai galéré pendant deux ans. Maintenant, je sais que je dois mettre les bouchées double pour revenir en équipe nationale. Mais si je devais revenir ça ne se passerait pas comme il y a deux ans.

La bataille mystique entre les joueurs est le plus grand adversaire du Sénégal. On a vu ce qui s'est passé avec Khalilou Fadiga et moi, il y a deux ans, et j'en connais d'autres. Si on n'arrive pas à éliminer tout ça, si l'on n'est pas solidaire et qu'on arrête de se marabouter entre nous ça va être très dur pour le Sénégal. Il faut marabouter l'autre équipe si cela doit se faire au lieu de se marabouter entre nous.

Si vous deviez revenir iriez-vous «armer» ?

Ce n'est pas une question de s'armer, mais s'il y a certains joueurs en équipe nationale, je ne viendrai pas parce que ces joueurs ne poussent pas dans le même sens.

Bientôt le démarrage du championnat, comment se passe votre préparation ? On est sur la préparation en vue du championnat. Pour moi, c'est un peu délicat parce que je reviens d'une blessure ; en plus il y a un nouveau coach, on s'entraîne pour gagner la place. Je suis arrivée la saison dernière à Sedan en étant blessé et j'étais obligé de partir en prêt pour avoir un temps de jeu. Je suis allé à Gueugnon, l'équipe est descendue et je suis revenu à Sedan. Mais je suis très motivé.

Vous allez rester à Sedan ou vous êtes encore sur le départ pour un autre prêt ?

Pour l'instant je suis à Sedan, je ne sais pas ce qui va se passer. Mais tout est possible. J'ai encore quelques soucis avec quelques dirigeants. À l'heure où je vous parle (hier), je ne sais pas si je serai là demain. Mais je m'entraîne quand même. Il me reste un an de contrat et là je suis en train de voir avec les dirigeants. On va voir qu'est-ce qu'on va faire.

Vos soucis avec les dirigeants sont dus à quoi ?

C'est un peu compliqué, c'est par rapport à ce qui s'est passé l'année dernière. Le coach est parti mais les dirigeants sont toujours là.

Si vous deviez partir quelle serait votre future destination ?

Je ne manque pas de destination. Il y a des clubs qui sont motivés, des clubs de ligue 2 surtout, mais maintenant je ne peux pas me prononcer par rapport à tout cela. Je suis toujours sous contrat avec Sedan donc j'attends de voir. Mais à Sedan ou dans un autre club, l'objectif sera de jouer le plus de matches possible pour retrouver mon niveau. Pour le moment ça se passe bien : j'ai fait la préparation normalement sans souci. Cela fait deux ans que je ne me suis pas préparé normalement. Pour l'instant je touche du bois. Seulement, je ne sais pas ce que je vais devenir d'ici à la fin du mercato.

Source: L'observateur





Hebergeur d'image