Leral.net | S'informer en temps réel



RD Congo : Goma sous la menace des forces rebelles

le 6 Août 2012 à 09:56 | Lu 820 fois

Ces soldats mutins ne sont qu'à une trentaine de kilomètres de la ville défendue par des Casques bleus de l'ONU.


RD Congo : Goma sous la menace des forces rebelles
Dans Goma, la capitale du Nord-Kivu, les habitants ne se posent qu'une question: la ville tombera-t-elle aux mains des rebelles du M23? En quelques semaines, ces militaires mutinés ont enchaîné les victoires, prenant successivement les bourgades et les villages pour ne s'arrêter finalement qu'à Rugari, à moins de 30 kilomètres de Goma. Entre les portes de la cité et les rebelles s'érige maintenant un mur de troupes congolaises, de chars des Nations unies et de Casques bleus.

Ce déploiement de forces se voulait rassurant. En fait, il a surtout souligné l'incapacité des FARDC, l'armée congolaise, à endiguer l'avancée des hommes du M23. «Les FARDC ont tout simplement abandonné notre village, raconte un habitant de Rutshuru. Il n'y a même pas eu de combat.»

Formé au début du mois de mai par le colonel séditieux Sultani Makenga, le M23 est officiellement un mouvement d'anciens soldats de l'armée congolaise qui se sont soulevés contre Kinshasa et son gouvernement pour obtenir un meilleur traitement. Nombre d'entre eux sont aussi des vétérans d'une autre rébellion à majorité tutsie qui, en 2007 et 2008, avait déjà menacé d'envahir Goma.

Fin juin, un rapport de l'ONU a très directement accusé le Rwanda de soutenir ce soulèvement, comme il le faisait dans le passé. Et, comme dans le passé, Kigali a nié. Les fortes pressions diplomatiques sur le Rwanda n'ont rien changé. Le soutien rwandais continue et expliquerait la supériorité militaire de rebelles beaucoup mieux équipés que l'armée congolaise. Les Casques bleus de la Monusco, le contingent de l'ONU en RDC, semblent donc le dernier et seul réel rempart en cas d'attaque de la ville.

Recrutements forcés
«Tout est fait pour que Goma ne soit pas prise. La brigade du Nord-Kivu a renforcé son dispositif militaire autour de Goma pour former une ceinture sécuritaire. Des chars ont été déployés, nos hélicoptères de combat patrouillent la nuit», explique Koumbo Singa Gali, porte-parole de l'ONU à Goma. Tout danger n'est pas pour autant écarté. Selon plusieurs sources, la ville est infiltrée par des agents du M23. Une présence confirmée par Koumba Singa Gali: «Beaucoup de civils disposent d'armes, il se pourrait qu'il y ait des gens proches du M23 qui attendent un élément déclencheur pour faire quelque chose. Nous avons reçu des informations selon lesquelles le M23 aurait pris contact avec des prisonniers militaires dans la prison de Goma.» De son côté, le M23 se garde bien de démentir l'existence de cette cinquième colonne. L'un de ses officiers, le colonel Vianney Kazarama, évoque même des commandos spécialisés dans la guérilla urbaine.

Pour l'heure, une prise de Goma, aux conséquences politiques et humani­taires dramatiques, demeure peu probable. Mais la peur est là. «J'essaie de ne pas y penser, assure Rehema Tambite, une étudiante. J'étais petite lors des dernières guerres, mais je me souviens de la panique et je sais les dangers auxquels ma famille devrait faire face.»

Ces dangers, les habitants du territoire de Rutshuru les vivent, au jour le jour, depuis que le territoire a été conquis par les rebelles. Les FARDC ont tenté de reprendre le terrain perdu. Des combats d'une extrême violence ont éclaté dans certains villages, faisant plusieurs morts parmi les civils et laissant des dizaines de blessés. Les habitants des villages conquis doivent aussi fuir les recrutements forcés dans les rangs rebelles et un avenir de chair à canon. «J'étais à la maison, j'ai vu des militaires du M23 qui descendaient la colline. Ils nous ont pris. Nous étions 22 entre 15 et 25 ans. Ils nous ont dit de porter leurs munitions et d'aller au front avec eux. On les a suppliés de nous laisser, mais ils nous ont menacés», raconte ainsi Eli, un enseignant de primaire.

Grièvement blessé à la jambe lors d'un combat, Eli a pu être rapatrié dans un hôpital de Goma dont plus de 80 % des patients sont des blessés de guerre. Depuis le début du conflit au mois de mai, le nombre de ces cas a augmenté selon un rythme exponentiel. Les femmes ne sont pas plus à l'abri. Comme toujours au Congo, les histoires de viol refont surface. Le plus souvent, par honte ou par peur des représailles, les victimes préfèrent garder le silence. «Quand vient le soir, certains soldats boivent et entrent dans les maisons pour piller et violer les mamans», raconte une habitante de Rutshuru entre deux regards fuyants.

Depuis le 30 juillet, une trêve dans les combats a permis à quelques ONG de se rendre dans les zones touchées. Le M23 les laisse passer, tant que dureront les négociations en cours. En cas d'échec, les rebelles affirment qu'ils reprendront leur marche en avant. Vers Goma.

Par Mélanie Gouby