Leral.net | S'informer en temps réel



RDC: Moïse Katumbi ressort libre de son audition

le 10 Mai 2016 à 11:29 | Lu 241 fois

En République démocratique du Congo, l'ex-gouverneur du Katanga et candidat à la présidentielle Moïse Katumbi est ressorti libre de son audition au parquet de Lubumbashi. La justice le soupçonne d'avoir procédé à des recrutements de mercenaires, notamment américains. L'audition reprendra mercredi.


 

Moïse Katumbi a déjà regagné son domicile. Il a été acclamé par une vaste foule à sa sortie. La police a même eu recours aux grenades lacrymogènes pour disperser ses partisans, selon le vice-président du G7, l'une des trois coalitions de l'opposition qui soutient l'ex-gouverneur.

Au cours des sept heures d'audition, Moïse Katumbi a répondu point par point aux questions du procureur. Sur l'entretien de mercenaires étrangers dans le but de destabiliser le pays, d'abord, puis sur le statut de Darril Lewis, le citoyen américain détenu depuis le 24 avril dans les locaux de l'Agence nationale de renseignements. L'ex-gouveneur du Katanga a affirmé l'avoir engagé comme simple consultant en sécurité.

Poursuite de l'audition mercredi

Katumbi n'a donc pas été inculpé, mais précision importante, l'audition n'est pas achevée. Elle est suspendue et reprendra mercredi matin. « Nous sommes fatigués par l'insistance du procureur. Notre client a de nouveau réfuté en bloc les faits qui lui sont reprochés », a précisé Maître Kapiamba.

Joint par RFI, il ajoute que Katumbi est serein, et que « la vérité éclatera au grand jour et l'on verra qu'il s'agit d'une machination pour lui barrer la route de la présidence ».

De son côté, le gouvernement congolais n'a pas souhaité réagir. Et les autorités judiciaires n'étaient pas disponibles pour commenter cette audition.

Quatre membres de la sécurité du charismatique ex-gouverneur, dont un ressortissant américain, ont été arrêtés la semaine dernière. Le grand frère de l'un de ces gardes du corps a été interpellé aujourd'hui.

Dans un communiqué, l'ambassade américaine a indiqué la semaine dernière que ces allégations de recrutement de mercenaires « étaient sans doute fausses » et a fait part de sa grande préoccupation.

L'enquête avait été ouverte le 4 mai dernier sur ordre du ministre de la Justice. Quelques heures plus tard, Moïse Katumbi se déclarait officiellement candidat à l'élection présidentielle.
rfi



Plus de Télé
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 19:54 Fidel Castro : la fin du voyage