leral.net | S'informer en temps réel

RISQUES DE POLLUTION DU LAC DE GUIER : Le président du REPES Mamadou Lamine Thiam lance l’alerte

Le président du réseau des parlementaires en environnement (REPES) a lancé mardi à Louga, l’alerte aux différents acteurs et intervenants du Lac de Guier, sur la nécessité de veiller sur le patrimoine national, qu’est le lac de Guier. Selon Mamadou Lamine Thiam, qui présidait la rencontre de mise en place du collectif régional des élus en environnement dans la région de Louga, tous les acteurs concernés devront redoubler d’efforts pour éviter la pollution de ce lac, qui est le plus grand plan d’eau du pays. Les parlementaires qui ont été Lundi à Richard Toll, où le lac de Guier prend sa source, ont été informés des risques de dégradation de la qualité de l’eau et les menaces qui pèsent sur ce lac, avec le développement de plantes envahissantes et de matières organiques.


Rédigé par leral.net le Mercredi 22 Décembre 2010 à 04:45 | | 1 commentaire(s)|

RISQUES DE POLLUTION DU LAC DE GUIER : Le président du REPES Mamadou Lamine Thiam lance l’alerte
D’où l’urgence de prendre des mesures allant dans le sens d’une gestion pointue du lac, situé dans la zone de Keur Momar Sarr, sur une longueur de 70 km et une largeur de 7 km, et qui est la plus importante source d’eau pour alimenter le pays. C’est pourquoi, souligne l’actuel Questeur à l’Assemblée nationale, la région de Louga a la lourde mission de gérer cette immense source d’eau du Sénégal. « Nous devrons donc tout faire pour amener les élus locaux, mais également les autres acteurs et intervenants, à appréhender de manière concrète les enjeux écologiques, économiques et sociaux de la gestion durable du lac », poursuit le président du réseau des parlementaires en environnement, qui appelle à une surveillance élevée du lac. Selon lui, l’utilisation sur le plan agraire d’engrais et de pesticides, doit être rigoureusement contrôlée. De l’avis de l’hydraulicien Adrien Coly de l’université Gaston Berger de Saint Louis, les parlementaires devront développer un plaidoyer dans ce sens pour permettre l’opérationnalisation effective de l’Office du lac de Guier qui n’a pas encore son budget et dont les locaux ne sont pas encore prêts. Car, au-delà des activités agricoles dont l’impact économique n’est plus à démontrer, 50% des besoins en eau de la région de Dakar, sont pris en charge par le lac. Selon le directeur de l’exploitation de la SDE, c’est à partir des deux usines de Ngnith et de Keur Momar Sarr que les populations de la capitale sont approvisionnées en eau potable. Le collectif régional des élus en environnement qui a été mis en place à Louga aura pour tâche de développer des actions concertées de plaidoyer et de veille sur toutes les questions environnementales, y compris la préservation du lac de Guier, dont la pollution pourrait engendrer une catastrophe incommensurable.

Ndiassé DIOP
source lepeuple-sn.com



1.Posté par BEUGAFRIK le 22/12/2010 08:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J ESPERE QUE DES MESURES SERONT PRISES; ON NE PEUT PAS NE PAS SE MONTRER PREVOYANT AVEC L EAU QUI EST DEVENU DE L'OR

MM LES AUTORITES SVP PRENEZ CE PROBLEME A BRAS LE CORPS

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image