leral.net | S'informer en temps réel

RYTHME EFFRÉNÉ DE KARIM WADE À SAISIR LA JUSTICE : «JE PORTE PLAINTE, DONC J’EXISTE»

Il faudra peut-être recourir à un néologisme pour caractériser la relation, on dirait névrotique, que Karim Wade entretient avec les plaintes, pour une grande part contre des journaux. Le français n’a pas dans son répertoire lexical le mot «plainte-mania», parce que, sans doute la rationalité au pays de Marianne n’a pas prévu la possibilité pour une seule personne de produire une quantité industrielle de plaintes à un rythme aussi effréné et frénétique que celui du fils du Président Wade.


Rédigé par leral.net le Dimanche 18 Septembre 2011 à 12:06 | | 5 commentaire(s)|

RYTHME EFFRÉNÉ DE KARIM WADE À SAISIR LA JUSTICE : «JE PORTE PLAINTE, DONC J’EXISTE»
Nous n’avons pas la prétention à l’exhaustivité en passant en revue les différentes plaintes et leurs motivations que le fils du Président Wade a servies à des gens, notamment des journalistes. Aussi, nous limiterons-nous à quelques exemples, à titre simplement illustratif. Karim Wade pourrait figurer dans le livre Guinness des «porteurs de plaintes». Jamais, un hom­­me d’Etat sénégalais n’a au­tant servi de plaintes que le fils du Pré­sident Wade, le plus souvent pour «diffamation», atteinte à son «honneur» et à sa «considération».

Ceux dont la mémoire est restée fidèle se souviennent sans doute de la plainte en diffamation déposée par Wade fils auprès de la 17e Chambre correctionnelle du tribunal de Paris contre le magazine Le Nouvel Economiste, coupable, dans sa livraison du 17 au 28 janvier 2003, d’avoir écrit que Karim Wade détient des actions dans le Centre d’appels téléphoniques (Pcci), non sans décrire le Sénégal comme un pays nimbé dans «le clientélisme, le népotisme et la corruption». Défendu par l’avocat du Barreau de Paris, Rasseck Bourgi, (le frère de l’autre Bourgi), Karim Wade avait réclamé plus de 32 millions de francs Cfa de dommages et intérêts, comme l’avait rapporté notre confrère de Jeune Afrique.

Presque deux ans après, en 2005, s’ouvre un épisode entre Ka­rim Wade et le journal Le Quo­ti­dien qui avait repris une information du site balancingact, basé à Londres et spécialisé dans le télécom. L’information concernait une prise d’actions par le fils du Pré­sident Wade dans Maroc Té­lé­com pour une troisième licence de téléphonie. Dans sa plainte, Karim Wade réclamait 4 millions de livres sterling à balancingact et une condamnation du Dirpub du Quo­ti­dien et du journaliste, auteur de l’article. L’enjeu était un pactole de près de 200 milliards de francs Cfa que pouvait rapporter cette licence. Le procès sera finalement vidé à l’amiable, après que Le Quotidien a présenté ses excuses, dans la foulée du propriétaire de balancingact, qui s’était fendu d’un démenti.

En décembre 2005, le quotidien L’Observateur prend sa part au sujet de la fameuse affaire des «Chantiers de Thiès». Il s’agissait d’une nébuleuse histoire de trafic de devises. Nos confrères de L’Obs avaient publié en septembre 2005 un article expliquant les véritables raisons de l’inimité entre Karim Wade et Idrissa Seck sur fond «d’une affaire de pactole non re­versé à qui de droit» et d’interpellation de Karim, transportant «dans un avion des devises importantes», par la Douane française. Il a été question, dans cet article, de l’intervention de l’ancien Président Diouf pour venir au secours de Karim. Le Secrétaire général de la Francophonie avait démenti toute intervention. Karim Wade avait porté plainte contre L’Obs pour diffamation et il lui réclamait 750 millions de francs Cfa, à titre de dommages et intérêts.

Vers janvier 2007, Vincent Hugeux, journaliste à L’Express, auteur d’un livre fulgurant qui brocarde «les sorciers blancs», ces «faux amis Français de l’Afrique», évoque un passage de L’Express concernant les caïmans qui s’agitent dans le «marigot de la françafrique». Karim Wade s’effarouche des propos rapportés par le journaliste français sur les mœurs du régime de Wade : «L’affairisme s’aggrave (…) Sur fond d’impunité garantie, la boulimie d’argent du premier cercle est devenue insatiable. Sous Abdou Diouf-le prédécesseur socialiste de Me Wade, l’unité de compte de la corruption était le million de Cfa (1500 euros environ). Aujourd’hui, ce n’est pas le milliard, mais la dizaine de milliards.» Hier timorés ou allusifs, patrons et investisseurs ne rechignent plus à désigner «la clef de voûte du système» : le fils Karim. «Tout passe par lui, martèle l’un d’eux. Décrocher un marché en le contournant relève du miracle. Ici, comme ailleurs, on a arrosé un peu les partis en vue, notamment en période électorale. Mais l’omniprésence de Wade Junior devient gênante. C’est d’ailleurs avec l’aval du père que je me tiens à distance de l’héritier». Aveu plus sidérant encore d’un édile du Pds, partisan du scénario, pour le moins aléatoire, de la succession dynastique : «Karim a commis des erreurs de jeunesse. Disons qu’il s’est constitué un trésor de guerre pour l’avenir.» Karim lui envoie un droit de réponse qui ne sera pas publié. On annonce une plainte de Wade-fils contre le journaliste, mais dont on ne parle plus depuis.

Epaisseur dans les fonctions et frénésie de plaintes
En janvier 2009, Karim Wade et sa sœur Sindiély se rendent auprès des tribunaux canadiens, à Mont­réal, pour les besoins du procès en diffamation contre l’ancien conseiller en communication de Idrissa Seck, Souleymane Jules Diop. Sindiély, révèle la presse, renonce à sa plainte, contre l’assurance de ce dernier de ne plus s’attaquer à elle. Karim, lui, poursuit la procédure judiciaire contre Souleymane Jules Diop pour l’avoir accusé d’être mêlé à un trafic de devises.

En 2010, l’affaire de la société Millicom cellular éclate sur fond d’une révélation du journal américain Business insider ; révélation selon laquelle Karim Wade, alors conseiller du Président, a réclamé à cette société 90 milliards F Cfa afin qu’elle continue, via Tigo, ses activités au Sénégal. Là, Karim se contente de brandir la menace d’une plainte contre Business insider et le journaliste auprès des tribunaux américains. Seulement, aux Etats-Unis, il revient au plaignant de donner les preuves qu’il a été diffamé. Trop risqué d’ester au pays de Obama !

En janvier 2011, Weekend ma­gazine réussit à obtenir des confidences sur l’affaire du Jet privé, appartenant à Karim Wade, de mar­que Falcon, payé à 6,5 mil­liards Cfa. Il parle des membres de l’équipage du Jet pouvant trans­por­ter 10 personnes. Là aussi, une plainte est annoncée contre le magazine. Sans suite.
En août 2011, encore une affaire de diffamation, avec encore Karim dans le rôle de plaignant. Sont concernés le quotidien Le Po­pu­laire et le magazine Afrique Edu­cation. Me François Sarr est an­noncé pour mettre le fer au feu judiciaire au Sénégal contre Le Populaire, alors que Me Rasseck Bourgi se chargerait du magazine à Paris. On annonce une citation directe. Le Populaire avait repris un élément du dossier d’Afrique Education, consacré au Président Wade et à son fils. Morceau choisi sur la gestion de l’Anoci : «L’objet de l’Anoci, est sans équivoque : préparer l’organisation du Som­met islamique de 2008 et con­duire la construction d’infrastructures hôtelières sur la Corniche Ouest à Dakar. Wade ayant trimé pendant un quart de siècle dans l’opposition avec en prime deux séjours en prison, a de la suite dans les idées en nommant son fils Karim, président de cette institution (…) Karim n’a pas fait dans la dentelle. En 4 années d’existence, 2004 à 2008, les pays du Golfe ont financé pour 432 milliards de F Cfa (650 millions d’euros) de travaux. La famille du Président en a profité pour se sucrer, pour s’enrichir au détriment du Trésor public sénégalais qui devra rembourser l’argent obtenu à cette occasion, car il s’agit de prêts et non de dons (…).»

Les dernières plaintes de Karim Wade sont encore très fraîches dans les mémoires pour mériter que l’on s’y attarde ; d’autant plus, que les clameurs qui y sont liées ne sont pas estompées. Il s’agit de la plainte déclarée contre l’avocat Franco-sénégalais, Robert Bourgi, à propos de mallettes d’argent et celle «envisagée» contre Le Quo­tidien à propos de Karim Wade pris en possession de haschich au Maroc. Cette dernière information a été reprise de Wikileaks qui publie des télégrammes confidentiels de diplomates américains.

On remarquera au passage que si certaines plaintes de Karim Wade ont atterri devant les tribunaux ; d’autres sont restées à l’état de simples annonces et/ou menaces. Tout comme, il est à constater que les plaintes contre les journalistes ont connu un rythme frénétique au fur et à mesure que les fonctions du fils du Président Wade prenaient de l’épaisseur. Autre remarque : la grande majorité des plaintes de Karim portent les mentions : «pour diffamation». «At­tein­te à mon honneur et à ma considération.» On a l’impression que, quelque part, dans un ordinateur, figure un texte prêt à l’usage et où il suffit seulement de corriger les dates et les noms.

De Karim et ses nombreuses plaintes, on pourrait évoquer, con­voquer et invoquer cette métaphore proverbiale haalpular : «Il est normal que quelqu’un ait des problèmes avec Samba Peulh ou Coumba Peulh; mais, ça ne l’est plus quand il a des problèmes avec tout un village de Peulhs.»




LE QUOTIDIEN



1.Posté par FAlilou SENGHOR le 18/09/2011 16:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

: :

Nos dirigeants, des perdants et des poisseux naifs , ne sont des enfants de choeur et sont assez grands pour se défendre .

Tous ces transferts de fric, c'est de l'argent du Sénégal, qui est subtilisé et destiné à des fins privées et corruptrices. .

Donc Bourgi ne s'est pas attaqué à l'ETat ni à la Nation mais à des personnes privées .

Naguère, Bourgi était le grand ami de toute la famille Wade.

Cela est d'autant plus vrai que lorsque la case des wade brûle c'est à lui que l'on télephone, à 02 heures du matin( sic !) , diggi guoudi..

On n'a appelle pas quelqu'un dont on n'est pas proche au milieu de la nuit...

De toute façon Bourgi est bel et bien Sénégalais plus que KAkrim WADDA sn: :: :;

Karim est plus Français que Robert BOurgi..


Donc soyons attentifs et cirsconspects et attendons de voir la suite.

sn::sn

Bourgi est un vrai nandité.

:

2.Posté par FAlilou SENGHOR le 18/09/2011 16:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

: :

BOURGI partle-t-il Wolof ??? oui.!

Notre prési al Yondiar, qui n'est pas un enfant de choeur est assez grand pour se défendre .

Tous ces transferts de fric, c'est de l'argent du Sénégal, qui est subtilisé et destiné à des fins privées et corruptrices. . sn::snsn::sn

Donc Bourgi ne s'est pas attaqué à l'ETat ni à la Nation mais à des personnes privées .

Naguère, Bourgi était le grand ami de toute la famille Wade.

Cela est d'autant plus vrai que lorsque la case des wade brûle c'est à lui que l'on télephone, à 02 heures du matin( sic !) , diggi guoudi..

On n'a appelle pas quelqu'un dont on n'est pas proche au milieu de la nuit...
De toute façon Bourgi est bel et bien Sénégalais plus que KAkrim WADDA sn: :: :;

Karim est plus Français que Robert BOurgi.. Karim parle -ty-il Wolof ou Toucouleur, SEREREe ???


Donc soyons attentifs et cirsconspects et attendons de voir la suite.

Robert Bourgi est un vrai Djolof nandité.

3.Posté par fama le 19/09/2011 08:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

casse toi putain tu ose parler...............trafiquant de drogue et d argent

4.Posté par Patisco le 19/09/2011 08:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Président wade,

Aucun superlatif ne convient pour définir vos qualités infinies… A moins d'en inventer un nouveau ?
Définition d'extraordinaire : Se dit de quelqu'un dont les capacités surclassent de loin celles des autres. Unique exemple de quelqu'un d'extraordinaire : Vous !
Aujourd'hui, "Parfait" n'est plus un terme abstrait : avec vous, nous en avons enfin un exemple vivant !

Mbeugue Beuré Bagne Baré , vive wade et ses alliés 75% au premier tour

5.Posté par Ali le 19/09/2011 10:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Karim,
Franchement ce n'était votre Papa, vous n'aurez jamais frôlé le gouvernement. Là où j'ai encore plus mal, TOUS les pouvoirs qu'il t'a confié. La faute c'est aux Sénégalais comme un Champ de PATATES laissent trop faire. Ce gosse ne croit mêmepas en lui. Wade en 2000, ce n'était pas pour qu'il reste mouy osé naan 3é mandat, mais seulement pour faire quitter le PS nga kham né niom tam khawone nagnou ray. Tanor doy na seuk ak barké, amoulo Thiathe.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image