leral.net | S'informer en temps réel

Radicalisation du Ps, de la Ld et du Pit : Macky Sall face à une Gauche révolutionnaire

Après la sortie de la Ligue démocratique Ld, c’est au tour du Pit d’Amath Dansokho de tirer sur le gouvernement de Macky Sall. Cette radicalisation porte à croire qu’il y a une force de Gauche favorable à l’application des conclusions des Assises nationales qui se prépare autour du Parti socialiste en vue de l’élection présidentielle de 2017. Quand Oumar Guèye, parle de « stratégie concertée de déstructuration » des actions du gouvernement, Le Quotidien suppose qu’il s’agit d’une allusion à un éventuel regroupement du Ps, de la Ld, et peut-être, du Pit.


Rédigé par leral.net le Mardi 9 Juin 2015 à 11:59 | | 3 commentaire(s)|

Radicalisation du Ps, de la Ld et du Pit : Macky Sall face à une Gauche révolutionnaire
Qu’est-ce que le Président Macky Sall a fait à ce jour des conclusions des Assises Nationales ? Cette question donne des sueurs froides et suscitent de vifs regrets de la plupart des responsables de la Gauche avant 2012 et actuellement au pouvoir. L’annonce d’un référendum a atténué les soucis. Mais encore avec quelles réformes ? D’ailleurs, d’aucuns conditionnent leur soutien au candidat sortant à la pertinence de ce qu’il tirera des travaux de la Commission nationale de réforme des institutions (Cnri), une sorte d’Assises nationales bis. A moins que les membres de la Confédération des forces de Gauche, réunis en février dernier, décident de miser sur leur propre cheval. Possible, mais peu probable. La Ligue démocratique (Ld), le Parti de l’indépendance et du travail (Pit), le Rassemblement national et démocratique (Rnd) de Diallo Diop, Yonou Askan wi (Yaw), le Rassemblement des travailleurs africains/Sénégal (Rtas), l’Union pour la démocratie et le fédéralisme (Udf/ Mboolo-mi), etc., tous membres de Benno Bokk Yakaar, n’excluent pas, en effet, de s’allier avec d’autres. Si l’objectif fixé à l’Endss est de « rassembler » et de « moderniser » la Gauche, il reste que celle-ci n’hésitera pas à se rapprocher de formations qui avaient porté les Assises nationales. Le coordonnateur de ce regroupement de la Gauche, Pape Demba Sy, ajoutait que ce regroupement vise une « grande organisation politique en vue d’un projet alternatif de transformation sociale et la prise démocratique du pouvoir autour de partis d’obédience marxiste-léniniste ». Un projet alternatif à celui du gouvernement de Macky Sall ? En tout cas, cette « Gauche nouvelle » se dit « ouverte » à toutes les forces qui tiennent à l’application des conclusions des Assises nationales. Une autre façon d’exprimer ses frustrations de l’accueil réservé au rapport de la commission Mbow qui dort encore dans les tiroirs du président de la République qui promet d’en tirer ce qu’il en jugera « bon ».

L’inspiration de Youm
Ce choix de Macky Sall n’agrée pas bon nombre de Marxistes, Maoïstes et Léninistes pour qui les réformes institutionnelles devraient accompagner la politique de développement en ce sens que ce pays ne saurait émerger sans « refondation de l’Etat ». Mais leur allié aux commandes a choisi de décider en 2016 par un référendum, à un an seulement de la Présidentielle. Mais ce timing serré n’arrange pas les socialistes qui votent plutôt 2015 et, sur ce point, le Ps exploitera à fond les divergences. Déjà, Tanor annonce la Ld dans ce « Grand rassemblement de la Gauche » sur lequel le Ps mise pour porter son candidat. Et c’est peut-être cette tentative de rassemblement du Ps et de certaines forces de Gauche qui justifie l’insinuation de Me Oumar Youm, répondant à Amath Dansokho qui avait déclaré dans L’Observateur du samedi que « notre pays est en danger ». « Je crois qu’il y a une stratégie concertée derrière cette tentative de destruction de ce que nous sommes en train de faire. Au-delà de cette maladresse, il y a une volonté d’imploser le Benno et de l’imputer à l’Apr. Mais nous sommes sereins et, peut-être, les prochains jours nous révélerons les tenants et les aboutissants de cette stratégie », a dit le porte-parole du gouvernement dimanche, à Mbour.

Le Ps, Candidat des forces de Gauche ?
En jetant un regard critique sur la gestion à laquelle ils participent, ces « faiseurs de roi » s’éloignent également de leur allié habituel, Moustapha Niass, qui a déjà embarqué ce qui reste de son parti dans le bateau de la réélection de Macky Sall. Malgré les « biscuits » du pouvoir, La Ld et le Pit préfèrent garder leurs couleurs d’objecteurs des pratiques que de porter celles de perroquets qui ressassent sous tous les toits la chanson de « l’émergence ». Aujourd’hui, l’espoir d’une refondation institutionnelle est tourné vers celui qui a plus ou moins fait siennes les recommandations des « Assisards » : le maire de Dakar. Sans aucune obligation, Khalifa Sall a été l’un des rares élus de Bss à effectuer une déclaration publique de patrimoine au lendemain de son élection, en 2009. Si Cheikh Guèye est resté premier adjoint au maire de Khalifa Sall et, de façon général, si la Ld l’a accompagné dans Taxawu Dakar, c’est en partie dû à une conviction partagée par Abdoulaye Bathily. Des tentatives de rapprochement sont en cours et se précisent. A l’issue de la dernière réunion du Comité central du Ps, Ousmane Tanor Dieng a annoncé la mise en place d’un groupe de travail avec la Ld.






Hebergeur d'image