leral.net | S'informer en temps réel

Rapport de l’Onu femme : La gent féminine toujours dans la précarité...

Confinées à des emplois faiblement rémunérés et de mauvaise qualité, les femmes sont encore à la traîne en ce qui concerne leur progrès en vue d’une autonomisation réelle. L’Onu femme estime, dans son rapport publié hier, que, malgré l’écart de participation à la main d’œuvre entre les deux sexes qui s’est resserré, les femmes sont toujours dans la précarité.


Rédigé par leral.net le Mardi 9 Juin 2015 à 13:18 | | 1 commentaire(s)|

Rapport de l’Onu femme : La gent féminine toujours dans la précarité...
Le taux de participation des femmes à la main d’œuvre a connu des progrès mais la gent féminine fait toujours face à la précarité dans le domaine de l’emploi. C’est en tout cas ce que montre le rapport réalisé par l’Onu Femme intitulé : « Le progrès des femmes dans le monde 2015-2016 : transformer les économies, mais il demeure considérable puisqu’il s’élève à 26,4%. Lors d’une conférence de presse, en marge de la présentation du rapport, la représentante résidente de l’Onu femmes, Joséphine Odera, a reconnu que cette étude a montré que « le taux de participation des femmes à la main d’œuvre fluctue considérablement d’une région à une autre ». « En Afrique subsaharienne, les taux de participation des femmes à la main d’œuvre sont passés de 59 à 64 % entre 1990 et 2013 », a-t-elle révélé dans les colonnes du Quotidien.

Le rapport informe aussi que les femmes sont trop souvent confinées à des emplois faiblement rémunérés et de mauvaise qualité. « Les femmes sont généralement surreprésentées dans les emplois mal rémunérés. En Afrique subsaharienne, au moins 75% de l’emploi des femmes sont informels. Certains éléments donnent à penser que le nombre d’emplois non protégés partage de nombreux caractéristiques avec l’emploi informel », lit-on dans le document.

Outre la question des emplois mal rémunérés, les femmes font aussi face à « la part disproportionnée des soins non rémunérés qu’elles assurent et qui limite les occasions qui s’offrent à elles ». « Les femmes accomplissent deux fois et demie plus d’activités de soins et de travaux domestiques que les hommes. Dans la plupart des pays, lorsque le travail rémunéré et celui non rémunéré sont combinés, les femmes travaillent de plus longues heures que les hommes », informe-t-on dans le document. Toutefois, elle déclare que si notre économie était réellement adaptée aux besoins des femmes, elles auraient un accès égal aux opportunités et aux ressources, ce qui leur permettrait d’accéder à l’indépendance économique et de mener une vie digne. Elles accompliraient leur travail sans crainte du harcèlement sexuel ou de la violence. Le travail rémunéré ou non rémunéré accompli par les femmes serait respecté et valorisé », a-t-elle dit. Ainsi, l’Onu femme recommande un nouveau programme économique « avec des emplois décents pour les femmes, des politiques sociales ayant une perspectives de genre et enfin des politiques macro-économiques reposant sur les droits des femmes ».






Hebergeur d'image