leral.net | S'informer en temps réel

Ras-le-bol des troubles et huées : Le responsable de GC et les libéraux sermonés

Même s'il a été relaxé par la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei), l'ex-chef de Cabinet n'a pas échappé au sermon des juges qui n'ont pas épargné les avocats et partisans de Karim Wade.


Rédigé par leral.net le Vendredi 7 Novembre 2014 à 11:38 | | 1 commentaire(s)|

Ras-le-bol des troubles et huées : Le responsable de GC et les libéraux sermonés
Des cris, des huées et mêmes des insultes fusent à travers la salle depuis l'ouverture du procès de Karim Wade. Malgré la condamnation de Moise Rampino à deux ans ferme pour troubles et les mises en garde quotidiennes du président Henri Grégoire Diop, certains souteneurs de Karim Wade ne ratent jamais une occasion pour manifester leur approbation. Le parquet spécial, les avocats de l'Etat et les témoins à charge sont souvent les cibles de ces attaques.

Hier, le procès de Bachir Diawara a été une occasion pour bien savonner les libéraux "troubleurs d'audience". Le ton du sermon a été donné par l'assesseur Emmanuel Corréa. Prenant au mot le prévenu, il lui a signifié qu'il ne servait à rien de dire à la Cour : "Je vous respecte" pour ensuite faire des signes d'irrespect. A sa suite, son collègue Yaya Amadou Dia demandera au prévenu ce que cela lui ferait si quelqu'un venait à troubler une réunion qu'il dirigeait en tant que leader. "Naturellement ,cela ne me ferait pas plaisir. Je ferais régner l'ordre", a répondu l'ex-chef de Cabinet.

L'assesseur Magatte Diop, lui, n'y est pas allé par quatre chemins pour décrier le comportement des libéraux. "Ce qui se passe ici, vous ne le voyez nulle part, c'est la stricte vérité. Même quand la séance est suspendue et que les membres de la Cour sont là, on entend des signes d'approbation ou de désapprobation". Toutefois, a-t-il ajouté d'un ton ferme, "c'est peine perdue car nous sommes là pour la manifestation de la vérité". Le juge de se tourner vers Bachir Diawara en assénant : "Vous êtes un exemple, il y a des comportements qui vous rabaissent". Et, pour boucler la boucle, le président incrimine la défense, car, selon lui, c'est le manque de respect des conseils de Karim Wade vis-à-vis de la Cour qui fait le lit de certains comportements dans la salle.

Au nom du parquet spécial, Antoine Diome a déploré que "depuis le début de cette affaire, il y a toujours eu des troubles, du tumulte", relevant le cas Moise Rampino qui n'a pas servi d'exemple. "C'est une question de respect et de savoir-faire. (...) La justice n'est pas une question de parti politique. Nous ne sommes pas des politiciens. Magistrats, nous sommes et magistrats, nous demeurerons".






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image