leral.net | S'informer en temps réel

Réalisation du monument de la Renaissance: l'IGE révèle des magouilles financières


Rédigé par leral.net le Mardi 20 Juin 2017 à 23:24 | | 0 commentaire(s)|

Des dessous comme malversations voire détournement de budget ont été signalés par l’Inspection Générale d’Etat (IGE) qui après investigations, rapporte que 8 milliards de travaux supplémentaires ont été ajoutés au coût initial du marché qui s’élevait à 12 milliards de Fcfa.

Dans les colonnes de Dakar Times, ce rajout est sans traçabilité, explique l’Ige dans son rapport: « aucun dossier technique n’a été produit de la détermination du coût de l’ouvrage tout comme pour les travaux supplémentaires ».
 
Des malversations voire enrichissement illicite ont été notés dans un rapport de l’Inspection d’Etat Général (IGE)  sur la réalisation du monument de la Renaissance africaine. A cet effet, ledit rapport fait part « des violations du code des Obligations de l’Administration et du Code des Marchés publics » par les libéraux lorsqu’ils engageaient le marché de la construction du monument.
 
D’abord, sans appel d’offre, la réalisation du monument a été  confiée à une entreprise sous la forme d’un marché de gré à gré, selon les investigations rapportées par l’IGE. A rappeler qu’il est obligatoire de recourir à un marché (publicité et appel à la concurrence par voie d’appel d’offres) lorsque le montant des travaux est égal ou supérieur à 25 millions Fcfa.
 
Pis encore, le montant au début de l’ouvrage a été fixé à 12 milliards selon le quotidien. A la fin du chantier, des travaux supplémentaires de 8 milliards de Fcfa. Ce qui explique selon l’Ige, que ce montant supplémentaire a aussi été fixé de manière forfaitaire dans la mesure où aucun dossier technique justificatif n’a été produit. 
 
En outre, l’Ige de renseigner que  l’augmentation des fournitures, services ou travaux résultant d’un ou de plusieurs avenants, ne doit en aucun cas dépasser 25% des quantités prévues au marché initial, ni 50% de son montant pour les travaux après application des éventuelles clauses d’actualisation et de révision.

Loin du respect de ces normes, les quantités de travaux supplémentaires sont supérieures à 66% du marché initial. Toutefois, cette magouille flagrante devrait faire l’objet de poursuite judiciaire pour éclairer la lanterne des Sénégalais sur cette affaire.
 
Avec Rewmi








Hebergeur d'image