leral.net | S'informer en temps réel

Recalé par l’OM, Johad Ferretti veut se faire un nom au Milan AC

Écarté de l’OM à 14 ans, Johad Ferretti a signé au Milan AC cet été. Ce latéral droit français de 18 ans nourrit de grandes ambitions, mais garde un souvenir amer de son bref passage au sein de son club de cœur.


Rédigé par leral.net le Mercredi 26 Septembre 2012 à 13:49 | | 0 commentaire(s)|

Recalé par l’OM, Johad Ferretti veut se faire un nom au Milan AC
Le centre de formation de l’OM est devenu l’une des préoccupations principales du club phocéen. Souhaitant se doter des meilleures installations afin d’accueillir les meilleurs jeunes de la région, Marseille a décidé de miser gros sur la formation afin de pouvoir disposer régulièrement d’un ou plusieurs joueurs du cru, capables d’intégrer efficacement l’équipe première. Si Chris Gadi et Billel Omrani, les deux plus prometteurs espoirs de l’OM n’ont pas réussi à se faire une place au soleil parmi les stars marseillaises, c’est le jeune Rafidine Abdullah qui représente au mieux la nouvelle stratégie du club phocéen.

Mais pour un joueur qui perce, combien sont écartés ? Cette question, Johad Ferretti se l’est forcément posé. Cet ancien pensionnaire du centre de formation marseillais n’avait pas été conservé alors qu’il avait 14 ans. Parti ensuite tenter sa chance à Grenoble, il a atterri par hasard au Genoa à 16 ans. Après un prêt à Novara, c’est le grand Milan AC qui a décidé de le recruter en toute fin de mercato estival dans le cadre d’un échange avec son club partenaire.

Un parcours atypique pour le jeune latéral droit de 18 ans qui est déjà un maillon essentiel de la Primavera du club lombard (l’équipe des jeunes) et qui a effectué quelques entrainements avec les pros. Interrogé par Le Phocéen, Ferretti rêve éveillé et croit beaucoup en ses chances, d’autant que le Milan AC a décidé clairement de miser sur les jeunes, faute de moyens d’envergure. « Évidemment, c’est un rêve de gosse. Monsieur Galliani est venu me voir, il m’a même glissé quelques mots. Comme je suis arrière droit, il m’a dit que si je voulais réussir au Milan, aller en équipe première, il fallait que je monte beaucoup. Avec la crise, ils font un travail sur les jeunes. Là, j’ai fait mes 3 premiers matchs avec la Primavera, quelques entraînements avec les pros. Pour l’instant c’est super. Mais rien que pour garder cette place, il va falloir beaucoup travailler. On est 4 arrières droits en réserve. Mais ils m’ont dit qu’ils me suivaient depuis deux ans donc j’y crois. »

En quatre ans, le natif de Marseille qui possède en outre la triple nationalité (française, algérienne et italienne), a fait du chemin et entend bien faire regretter l’OM de ne pas l’avoir conservé. « C’est sûr que je me suis dit plein de fois dans ma tête que j’aurais pu être à l’OM. Le soir avant de me coucher des fois ça revient. Le coup de la petite voix qui me fait regretter. Surtout que je suis toujours en contact avec Larry Azouni, Julien Fabri, Laurent Abergel… Mais après ce n’est pas de ma faute, c’est leur problème. Mais l’OM, c’est l’OM, même maintenant, si on regarde bien, ils ne font pas tant monter les jeunes. C’est dommage. »

Avant de fustiger assez durement la stratégie de recrutement du club phocéen. « Mais il y a trop de grands noms pour leur laisser leur chance. Regardez ce mercato : à la dernière journée, ils ont pris 3 joueurs. C’est n’importe quoi. Il faut avoir le courage de faire jouer les jeunes. Mais c’est la mentalité française. L’OM fait déjà jouer Raffidine (Abdullah) c’est bien. Mais 1 sur combien ? C’est trop peu pour un club qui a dit qu’ils allaient désormais se tourner vers son centre. Au Milan, De Sciglio et El Shaarawy sont nés en 1992 et ils sont titulaires. » José Anigo et Henri Stambouli devraient apprécier.

Sébastien DENIS






Hebergeur d'image