leral.net | S'informer en temps réel

Reforme de la Justice : Macky Sall mobilise ses alliés et décroche leur soutien


Rédigé par leral.net le Vendredi 2 Décembre 2016 à 08:34 | | 4 commentaire(s)|

Avant-hier, le chef de l’Etat a reçu presque tous les leaders de la mouvance présidentielle, avant de recevoir hier, Wattu Sénégal. Au cours sa rencontre avec ses alliés, Macky Sall les a sensibilisés sur le projet controversé avec les magistrats. Curieusement, il a réussi à convaincre la quasi totalité du bien fondé de la réforme, particulièrement sur l’augmentation de l’âge de la retraite.

Même ceux qui en étaient hostiles ont épousé sa position à l’instar du président du Hcct, Ousmane Tanor Dieng, Samba Sy, secrétaire général du Pit, Mamadou Ndoye, Souty Touré, qui ont toutefois, déploré le manque de communication sur la question. En effet, Macky est revenu sur ce qu’il a fait pour les magistrats, notamment la suppression de la taxe sur l’indemnité de judicature (800 000).

Aussi, le chef de l’Etat a invoqué son devoir régalien en indiquant qu’il revient à l’Exécutif de prendre l’initiative de la loi, au législatif de légiférer et au pouvoir judiciaire d’appliquer les lois. En définitive, le chef de l’Etat a juré que cette modification concerne 16 hauts magistrats et qu’elle n’avait rien de personnel.

Par ailleurs, ce projet de réforme de la justice qui a suscité une levée de boucliers des magistrats est en passe d’être adopté malgré les récriminations. Les rencontres entre le ministre de la Justice et l’Union des magistrats ainsi que le président du Groupe parlementaire de Benno, Moustapha Diakhaté n’ont pas pu infléchir le gouvernement dans sa posture.

En tout cas, le ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba a présenté, hier, les projets de réformes en commission technique. Les députés membres de la commission ont adopté les trois textes sans débat. Le député Thierno Bocoum qui s’en est opposé en invoquant le règlement intérieur, a été inaudible, face à la majorité mécanique qui a adopté le projet sur l’organisation du Conseil supérieur de la magistrature et celui portant modification de la Cour Suprême sans débat. Il a préféré bouder. En attendant, les plénières sont prévues lundi prochain.

Source  L’As
 






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image