leral.net | S'informer en temps réel

Relevée de la tête de la direction de douta Seck par Awa Ndiaye - Awa cheikh Diallo reconduite à son poste par Youssou Ndour


Rédigé par leral.net le Mercredi 2 Mai 2012 à 17:02 | | 0 commentaire(s)|

Le ministre de la Culture et du Tourisme, Youssou Ndour, est en train de corriger les imperfections laissées par son prédécesseur Awa Ndiaye. Il vient de reconduire la directrice de la Maison de la Culture Douta Seck, Awa Cheikh Diallo, relevé de ses fonctions, «sans motif», selon elle.
Une bonne nouvelle est toujours bien accueillie. Surtout quand elle vient corriger une injustice. Awa Cheikh Diallo, nouvelle directrice de la Maison de la Culture Douta Seck, ne dira pas le contraire. Relevée de ses fonctions au mois de février passé, par l’ex-ministre de la Culture, Awa Ndiaye, alors qu’elle avait loué la salle des fêtes de Douta Seck aux militants de l’Apr de la Médina pour les besoins de la campagne électorale de l’élection présidentielle passée, Mme Diallo a été remise dans ses droits avant-hier par le ministre de la Culture et du Tourisme, Youssou Ndour. «J’ai reçu une note hier (avant-hier) qui m’a notifié que je pouvais reprendre service comme directrice de la Maison de la Culture Douta Seck», se réjouit-elle au bout du fil. Sur les raisons qui avaient motivé la tutelle, Mme Diallo joue la carte de la prudence. «J’avoue que je ne peux pas dire exactement les raisons, ces décisions-là ne sont jamais motivées. C’était lors de la campagne électorale, dans un contexte politique tendu, suite à une conférence de presse tenue par les militants de l’Apr de la Médina. Dans la note qui m’a relevée, il n’y avait pas de motifs», explique-t-elle. Très heureuse quant à l’issue de cette affaire, elle y voit une injustice que le ministre de la Culture a réparée. «Comme j’ai été relevée de mon poste pour des raisons inavouées. Je crois que c’est juste une injustice qu’il vient de réparer. Je l’ai accueillie avec beaucoup de satisfaction, car je me dis que désormais, on peut s’attendre à une gestion beaucoup plus démocratique. Je n’ai pas encore rencontré Youssou Ndour. Il est certainement en train de voir tous les dossiers qu’il a trouvés dans son ministère», estime-t-elle.
Malgré toute sa joie, elle dit avoir un pincement au cœur, car elle doit encore remplacer une de ses collègues qui a été affectée à ce poste. «Une collègue, Fatou Sidibé Guèye Diallo, m’a remplacée au mois de février et je reviens à mon poste en avril, ce n’est pas souvent facile, cela peut créer des frustrations au niveau du personnel, des malentendus, mais la base de tout cela, c’est que la première note qui m’a relevée de mes fonctions, les gens l’ont trouvée injuste», regrette-t-elle.



SOURCE:Piccmi.com






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image