leral.net | S'informer en temps réel

Reliquats impayés du combat Modou Lô-Bombardier : Alioune Sarr déplore la médiatisation

Le Dr Alioune Sarr, président du Comité national de gestion (Cng) de la lutte, a dressé, hier, le bilan de la saison qui vient de fermer. Tous les points relatifs au sport de chez nous ont été abordés au cours d'une rencontre avec la presse qui a vu la présence de Bara Ndiaye, l'administrateur de la maison de la presse, et Mamadou Koumé, directeur de l'information et de la Communication de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar.


Rédigé par leral.net le Mercredi 5 Août 2015 à 10:11 | | 0 commentaire(s)|

Reliquats impayés du combat Modou Lô-Bombardier : Alioune Sarr déplore la médiatisation
"La saison a démarré le 1er novembre 2014 pour prendre fin au 31 juillet 2015. Le bilan est un prétexte. Mais, il faut du temps pour finaliser le bilan financier, avoir tous les rapports des commissions pour le remettre au ministère des Sports. On a eu une belle saison même s'il y a eu quelques difficultés comme le report du tournoi de la Tnt et le cas de Soubatel. On a eu 400 tournois dans le territoire national. L'ouverture de la saison prochaine est prévue le 1er octobre. On aura juste le mois de septembre pour nous reposer. Aussi, les sélections nationales se préparent aux jeux africains (4 au 19 septembre 2015), le tournoi de la Cedeao (9-11 octobre, à Dakar)", a dit le Dr Alione Sarr. Revenant sur les cas Tnt et Soubatel, le patron du Cng de déclarer : "Ça fait partie des tâches noires de l'année, certes. La Rdv est là depuis quelques années avec l'Arena Tour. Mais, ce qui est arrivé avec Soubatel (organisateur du combat Modou Lô-Bombardier) n'est pas nouveau dans l'arène. Le rôle du Cng est d'encadrer, de faire en sorte que ceux qui viennent dans le milieu de la lutte trouvent un espace de qualité. Toute épreuve connait des hauts et des bas. Le cas de Soubatel a été porté sur la place publique. Pourtant, il y a quelques années, j'ai reçu un chèque en bois de 45 millions FCfa de la part d'un promoteur. Deux jours après, la banque m'appelle pour me dire que le chèque est en bois. Nous avons payé le reliquat des lutteurs. Ce n'est qu'après que le promoteur en question a sorti des tranches de 500 mille à 1 million FCfa pour éponger sa dette. Ce ne sont pas des choses à porter sur la place publique. Pour la prochaine fois, quand même, nous allons essayer de verrouiller".






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image