Leral.net | S'informer en temps réel



Remaniement ministériel : la composition du gouvernement de Manuel Valls.

le 2 Avril 2014 à 09:47 | Lu 351 fois

La composition du gouvernement est révélée ce matin. Voici la liste de tous les ministres choisis par le Premier ministre


Remaniement ministériel : la composition du gouvernement de Manuel Valls.
16 ministres, 8 hommes, 8 femmes : Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du développement international, Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie, Benoît Hamon, ministre de l'Education de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Christiane Taubira, Garde des Sceaux ministre de la Justice, Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics, Arnaud Montebourg, ministre de l'Economie, du redressement productif et du Numérique, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, François Rebsamen, ministre du Travail, de l'Emploi et du Dialogue social, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des Femmes, de la Ville de la Jeunesse et des Sports, Marylise Lebranchu, ministre de la Décentralistaion, de la Réforme de l'Etat et de la Fonction publique, Aurelie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt, porte-parole du Gouvernement, Sylvia Pinel, ministre du Logement et de l'Egalité des Territoires, Georges Pau-Lanvevin, ministre des Outre-Mers.
[11h20] Du mouvement sur le perron... Mais déjà 5 minutes de retard.
[11h16] L'attente est énorme sur le perron de l'Elysée. L'annonce officielle ne devrait pas tarder. François Hollande quitte la cour de l'Elysée.
[11h11] François Hollande est resté à l'Elysée. Il devait partir à 10h30, mais a finalement reporté son départ pour l'annonce du nouveau gouvernement.
[11h07] Les radicaux pourraient refuser de participer au gouvernement. Le refus des Verts d'intégrer la nouvelle équipe ministérielle serait à l'origine de ces interrogations.
[11h03] Bernard Cazeneuve pourrait finalement devenir ministre de l'Intérieur. De nombreuses informations contradictoires affluent. Tout sera éclairci dans quelques minutes.
[10h56] Le nom de tous les ministres sera connu dans quelques minutes. En revanche, les secrétaires d'Etat ne seront connus que la semaine prochaine.
[10h42] Bernard Cazeneuve, un temps annoncé au secrétariat général de l'Elysée, aurait finalement la charge du ministère de l'Economie, selon iTélé.
[10h23] La composition du nouveau gouvernement sera annoncé à 11h15
[09h43] Selon RTL, Michel Sapin refuserait le ministère de l'Economie si Arnaud Montebourg est aussi à Bercy. Ce dernier devrait hériter d'un ministère de l'Industrie élargi, avec de nouvelles prérogatives et un champ d'action plus vaste.
[09h24] Stéphane Le Foll est annoncé au poste de porte-parole du gouvernement. Le ministre de l'agriculture a été le porte-parole de François Hollande au PS pendant 11 ans. Il pourrait tout de même conserver son portefeuille.
[Le 2 avril à 9h00] Reprise du direct - La secrétaire nationale d'EELV, Emmanuelle Cosse, explique dans Le Monde pourquoi les écologistes refusent de participer au gouvernement. Selon elle, "la volonté de François Hollande de faire bouger les lignes" n'est pas claire, et parle d'"échec de la majorité".

Le changement, c'est maintenant !
François Hollande s'est exprimé à la télévision à 20 heures lundi soir pour annoncer un remaniement. Le Président de la République a choisi de "nommer Manuel Valls à la tête du gouvernement de la France". Un choix qui avait été largement anticipé dans l'après-midi par la presse, qui rapportait que le chef de l'Etat et le ministre de l'Intérieur s'étaient longuement entretenus dans la matinée. Reste à Manuel Valls la mission de former un nouveau gouvernement "de combat", selon les termes employés par Français Hollande lui même. Une expression qui signifie d'abord que ce gouvernement sera resserré.
Qui fera partie du gouvernement Valls ? Les rumeurs s'accumulent depuis le revers de la gauche aux municipales ce dimanche. La composition du nouveau gouvernement sera dévoilée mercredi 3 avril dans la matinée. Et durant cette journée de mardi, les rendez-vous se sont enchainés du côté de l'exécutif : Manuel Valls a reçu à Beauvau une délégation d'écologistes, dont Jean-Vincent Placé, François de Rugy, Barbara Pompili et Emannuelle Cosse. Après une brève passation de pouvoir à Matignon avec Jean-Marc Ayrault à 15 heures (voir les images ci-dessous), il a enchainé d'autres rendez-vous avec, entre autres, Arnaud Montebourg, Claude Bartolone ou encore Vincent Peillon.
Quid des écologistes ?
Première grande question : les écologistes resteront-ils au gouvernement ? Peu après le discours de François Hollande diffusé sur les grandes chaînes de télévision, Le Monde informait ses lecteurs que Cécile Duflot et Pascal Canfin ne feraient pas partie de la nouvelle équipe gouvernementale. Une information qui confirme les déclarations de plusieurs parlementaires socialistes qui avaient affirmé sur iTélé que la ministre du Logement ne serait pas présente dans le nouveau gouvernement. Ce mardi matin sur France Inter, Pascal Canfin a affirmé que le poste de "numéro 2 du gouvernement" avait été proposé à Cécile Duflot. Poste qu'elle aurait refusé. Les écologistes se sont, de plus, prononcés contre la participation d'EELV au gouvernement. Mais on le sait de source sûre : le sénateur écologiste Jean-Vincent Placé a quant à lui tenté toute la journée de maintenir le pacte entre EELV et le PS. Les co-présidents du groupe EELV à l'Assemblée Barbara Pompili et François de Rugy seraient aussi personnellement intéressés par un siège. Le fait que François Hollande mentionne la transition énergétique en seconde position dans la liste de ses priorités lors de son allocution, juste après le pacte de responsabilité, peut être un indice.

Les nouveaux entrants
Parmi les nouvelles figures possibles pour le gouvernement, l'écologiste Jean-Vincent Placé pourrait donc lui-même faire son entrée. Le président du groupe EELV au Sénat pourrait être le nouveau représentant de son parti dans l'exécutif. Une information qui va dans le sens de cette hypothèse : Jean-Vincent Placé a annulé sa participation à l'émission #DirectPolitique de mardi matin. Il ne souhaitait pas s'exprimer "avant que François Hollande n'ait pris la parole"... Aussi, François de Rugy, le co-président du groupe écologiste à l'Assemblée, pourrait faire son entrée dans le nouveau gouvernement.
La liste des personnalités qui pourraient faire leur entrée contient aussi le nom de Bertrand Delanoë (bien que celui-ci ait refusé la Justice et ne "souhaiterait pas" participer à ce nouveau gouvernement d'après iTélé). L'ancien patron de l'OMC Pascal Lamy et Ségolène Royal sont les noms plus fréquemment cités. Les rumeurs autour d'un retour de Ségolène Royal dans l'exécutif sont en tout cas persistantes : l'ancienne compagne de François Hollande et ancienne ministre pourrait ainsi décrocher le portefeuille d'un super-ministère, allant de l'Education à la Jeunesse mais aussi à la Culture. A la faveur du départ de Vincent Peillon notamment. Elle pourrait aussi prendre la tête d'un grand ministère de l'Ecologie. Selon Le Parisien, le retour de la présidente de la région Poitou-Charentes au gouvernement serait même acté.
Gouvernement restreint ? Ceux qui sont "out"
Jusqu'à présent, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault comptait 38 ministres, Premier ministre compris. La nouvelle équipe sera-t-elle vraiment resserrée ? La rumeur évoque 18 ministres, selon un conseiller ministériel joint par L'Express. François Hollande choisira-t-il cette fois d'avoir quelques secrétaires d'Etat ici et là, plutôt qu'une ribambelle de ministres délégués ? Le chef de l'Etat et son nouveau Premier ministre risquent en tout cas d'être confrontés à un défi de taille : celui du respect de la parité, alors que de nombreuses ministres sont données sur le départ.
Ces dernières semaines, la liste des ministres sur la sellette a été faite et refaite dans la presse : Pierre Moscovici, Michel Sapin, Vincent Peillon, George Pau-Langevin, Hélène Conway-Mouret, Sylvia Pinel, Anne-Marie Escoffier. La ministre de la Francophonie Yamina Benguigui pourrait aussi être en danger, surtout depuis que sa déclaration de patrimoine a fait tiquer la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. Cette organisation affirme avoir "un doute sérieux quant à l'exhaustivité, l'exactitude et la sincérité" de ses déclarations de patrimoine. L'avenir de Christiane Taubira est aussi en suspens. Figure de la gauche elle aussi depuis la loi sur le mariage pour tous, la ministre de la Justice vient d'être ébranlée par l'affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy. Ses désaccords avec Manuel Valls sur les Roms, mais aussi sur la manière de lutter contre la délinquance, sont de notoriété publique. Les deux anciens ministres de la Justice et de l'Intérieur pourront-ils vraiment rester dans le même gouvernement, l'un sous les ordres de l'autre ? Rien n'est moins sûr aujourd'hui.

Source:linternaute.com