leral.net | S'informer en temps réel

Remise des clefs du centre de coordination des secours maritimes (Mrcc) : 480 millions pour sécuriser les côtes sénégalaises

480 millions de FCfa, c’est le coût du centre de coordination des secours maritimes (Mrcc) qui vient d’être réceptionné. Cet édifice équipé de radars et de caméras de surveillance permet de mieux sécuriser les côtes sénégalaises en détectant les navires en danger et éventuellement ceux qui ne sont pas en règle.


Rédigé par leral.net le Lundi 13 Juillet 2015 à 14:38 | | 3 commentaire(s)|

Remise des clefs du centre de coordination des secours maritimes (Mrcc) : 480 millions pour sécuriser les côtes sénégalaises
Le Sénégal vient de se doter d’un centre de surveillance de ses côtes. La remise des clés de ce bâtiment qui a coûté 480 milliards vient d’être effectuée par la directrice de l’agence de de construction de bâtiments et des édifices publiques du ministère du Renouveau urbain, de l’habitat et du cadre de vie. Selon la directrice générale, Mme Socé Diop Dionne, c’est suite au naufrage du Joola que l’Etat du Sénégal a décidé de prendre toutes ses dispositions afin de mieux sécuriser les navires qui transitent le long des eaux sénégalaises ; et ce n’est qu’en 2010 que les travaux ont démarré. « Nous avons réalisé les travaux dans les règles de l’art puisqu’il y avait un architecte mais également un bureau de contrôle. Nous avons fait la réception provisoire, nous allons faire celle définitive pour voir, éventuellement, s’il n’y a pas de vice caché », renseigne Mme Dionne.

Cet acte posé par l’Etat vient à son heure, selon l’Amiral Aly Moussa Sow, secrétaire général de la Haute autorité chargée de la coordination de la sécurité maritime, de la Sûreté maritime et de la Protection de l’environnement marin (Hassmar) qui a salué l’engagement du gouvernement qui répond aux exigences internationales en matière de sécurité maritime. Il indique que ledit centre est équipé d’un système intégré de sécurité maritime constitué de radars pouvant détecter un navire sur une profondeur de 50 à 60 kilomètres « lorsque le radar détecte, le système va aller plus loin en identifiant le navire afin de connaitre son identité, sa nationalité, sa destinations et toutes les informations nécessaires. Lorsqu’il s’approche des côtes, notamment celle de Saint-Louis et celle Dakar, il peut être pris en charge par des caméras qui le suivent de façon permanente et le surveiller et lorsqu’il commet des actes illicites, qu’à partir de la terre, on est en train de contrôler l’ensemble de ses mouvements », a fait savoir l’Amiral Sow.

Mariama Kobar Saleh






Hebergeur d'image