leral.net | S'informer en temps réel

Rencontre Me Wade-délégation des Libéraux : Baba Wone cherche la taupe qui veut détruire les Wade

L’information sur la délégation de responsables du Pds partis raisonner Wade mercredi dernier n’est pas du goût de Amadou Tidiane Wone. Ce dernier veut dans l’urgence, « identifier » et « neutraliser qui, des six personnes présentes, alimente les médias et cherche à détruire Abdoulaye Wade et sa famille ».


Rédigé par leral.net le Mardi 3 Mars 2015 à 12:49 | | 31 commentaire(s)|

Rencontre Me Wade-délégation des Libéraux : Baba Wone cherche la taupe qui veut détruire les Wade
L’heure est à la traque de la taupe dans l’entourage de Abdoulaye Wade. Son directeur de cabinet ne digère pas que des proches de l’ancien Président filent des informations à la presse. Dans son « Droit de réponse à Madiambal Diagne », Amadou Tidiane Wone, qui répond à l’article sur la délégation de libéraux partis raisonner Wade, repris dans Les lundis de Madiam­bal d’hier, écrit : « (…) Pour la bonne information de vos lecteurs, demandez à votre source de citer correctement la phrase qu’elle me prête car, elle a amputé (volontairement ?) mes propos qui étaient : « Même si le fond de vos propos était vrai, vous ne deviez pas le dire…». L’ancien ministre de la Culture « confirme la tenue de cette réunion » mais ajoute : « Il y avait autour du Président (Wade) six personnes dont votre source. Immanquablement. Notre tâche la plus urgente est donc d’identifier et de neutraliser qui, des six personnes présentes, alimente les médias et donc fait partie du groupe qui cherche à détruire Abdoulaye Wade et sa famille ». Baba Wone promet : « Il finira bien par faire jour ! ».

Dans sa chronique du lundi 2 mars 2015, Madiambal Diagne a rappelé l’article du Quotidien (Voir édition n° 3622 du vendredi 27 février 2015) faisant étant d’une délégation composée de Samuel Sarr, Pape Samba Mboup, alioune Diop, Amadou Tidiane Wone et El Hadj Amadou Sall qui s’est rendue chez Wade, mercredi dernier, pour parler de ses propos contre Macky Sall. Mardi 24 février, l’ancien Président, qui recevait le mouvement Karay Karim, avait traité son successeur de « descendant d’esclaves », entre autres. Cette sortie lui avait valu un concert de réprobations et de condamnations de plusieurs sensibilités du pays et même de certains de ses proches collaborateurs.

Le Qutidien






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image