leral.net | S'informer en temps réel

« Rendons à Abdou ce qui lui appartient : Gaccé ngalama Diouf ! »

Alors que la presse sénégalaise ne semble intéressée que par la clameur issue de la publication des Mémoires de Son Excellence Abdou Diouf, ancien Président de la République du Sénégal, Secrétaire Général sortant de l’OIF, il nous a semblé important, d’essayer à tout le moins de recentrer un peu le débat sur l’essentiel. En effet quel est le thème actuel du XVème Sommet de la Francophonie que le Sénégal a l’insigne honneur d’abriter pour la deuxième fois de Son Histoire ?


Rédigé par leral.net le Vendredi 28 Novembre 2014 à 22:44 | | 0 commentaire(s)|

« Rendons à Abdou ce qui lui appartient : Gaccé ngalama Diouf ! »
«Femmes et Jeunes vecteurs de paix, acteurs de développement» nous semble t-il, tel est le thème de ce sommet. Mais à quoi avons-nous assisté ces derniers jours, sinon à des querelles aux ras de pâquerettes.

Le Sénégal pays de la Téranga tant chanté est-il digne d’accueillir un tel Sommet dans ces conditions ? Assurément que non, ce Sommet méritait d’être tenu dans de meilleures conditions !

En effet le retour au pays de la Téranga n’est point un hasard eu égard à l’apport historique joué par Feu le Président Leopold Sédar Senghor dans la mise en place de l’Agence de Coopération Culturelle et Technique (ACCT) qui est devenue après moult péripéties l’OIF.

Dans un tel contexte et pour ne retenir que cela, il nous semble que le Sénégal, l’Afrique, debout comme un seul homme se devait de rendre de la manière la plus solennelle, Hommage à un Homme qui a servi, le Sénégal, l’Afrique et le Monde avec abnégation et dévouement.

Nous l’avons souligné tantôt dans le thème du sommet il y a le mot PAIX ! Abdou est assurément un Homme de Paix ; les faits sont là, têtus comme disait Lénine pour le démontrer. En effet nous fûmes partie de cette « jeunesse malsaine » qui dans les années 88, affrontions tous les jours son régime. Nous avons inhalé les fumées des bombes lacrymogènes mais nous étions déterminés et nous le croyons, NDIOL dans son for intérieur, était fier de voir notre détermination. Il y avait moult occasions pour que le pays basculât mais il a tenu tel, un timonier le bateau Sénégal jusqu’à le transmettre intact en 2000 au Président Abdoulaye Wade.

PAIX disions-nous ? Au pays de Mame Abdou Aziz Sy Dabakh Malick, n’a-t-on pas dans un avenir récent convoqué ce Saint Homme à l’Hémicycle pour désamorcer la bombe du 23 Juin 2011 ? Il est plus que crucial aujourd’hui pour tous les sénégalais de taire leurs querelles, de considérer que le seul PARTI qui vaille c’est le SENEGAL. Aussi bien l’Eglise, les Chefs religieux que les différentes composantes de la société civile, peuvent nous aider à y parvenir dans la dignité et le respect de TOUS si nous le voulons.
NDIOL disait souvent Réunissons nous autour de l’essentiel, nous disons Réconcilions nous pour préserver notre PARTI le SENEGAL !

Sur le PLAN ECONOMIQUE ; au-delà du Sénégal où il a légué à son successeur plusieurs milliards dans les caisses de l’Etat, un élément nous semble essentiel à relever concernant le Président Diouf surtout au moment où on parle de Francophonie économique.

En effet Son Excellence Abdou Diouf a été d’un apport décisif dans la mise en place de l’Organisation pour l’Harmonisation du Droit des Affaires en Afrique (OHADA), pour en avoir été l’un des pères fondateurs, alors qu’il était Président de la République du Sénégal. Il nous revient que c’est lors du Sommet France Afrique des 5 et 6 Octobre 1992 à Libreville qu’il fût décidé dans une résolution sortie de son discours, la création de ce qu’est devenue l’OHADA, cette belle œuvre qui est le fruit de l’abandon par les Etats parties de leur souveraine capacité à légiférer au bénéfice d’une codification commune du droit régissant les activités économiques et qui marque un progrès singulier dans un domaine jusqu’ici soumis aux caprices et délices du contrôle régalien sur la création de richesses.

D’ailleurs, comme IL le dit si bien dans la préface de notre livre « Régime Juridique des Sociétés commerciales et du GIE dans l’espace OHADA », publié en Juin 2014, suite à la réforme du droit des sociétés OHADA intervenue en Janvier 2014 ; nous le citons « Alors que la Banque Mondiale s’était montrée réticente à la mise en place de cet important outil vecteur de développement, je ne peux m’empêcher de jeter un regard sur le chemin parcouru ».

Nous aurions pu aborder le thème de la Politique étrangère du Sénégal sous Abdou Diouf sur lequel a porté notre mémoire de DEA en 1995 et bien d’autres thèmes encore mais cette contribution aurait atteint un de ses objectifs si par delà les querelles partisanes, le Sénégal se réconciliait avec lui-même !

Profitons de ce XVème Sommet de la Francophonie pour réunir toutes les filles, tous les fils de ce pays, autour de l’ESSENTIEL, pour bâtir et léguer à nos enfants un monde meilleur !

NGACCE GALAMA DIOUF comme aurait-dit le Doyen Hajj Mansour Mbaye, pour Votre legs aux générations futures ! Repos mérité mais nous avons encore grandement besoin de Vos Conseils pour un Sénégal émergent et pour Que l’Afrique notre Afrique, pour que le Monde continuent ensemble à chanter Vos louanges !

Dakar XVème Sommet de la Francophonie
Alioune Dièye
Conseil Juridique et Fiscal
Email : albada09@gmail.com






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image