leral.net | S'informer en temps réel

Réponse à Issa Thioro Guèye: Mbaye-Jacques est déjà le Mandela de Rufisque ! (Par Yatma Fall)

Dans un air de campagne électorale prématurée, en ce mois de décembre 2013, notre ami, Issa T. Guèye, pris par l’euphorie de son statut nouveau de politicien, s’est fendu d’un texte pour raconter sa pêche aux voix lors de son passage au quai de pêche de Rufisque.


Rédigé par leral.net le Jeudi 19 Décembre 2013 à 12:22 | | 4 commentaire(s)|

Réponse à Issa Thioro Guèye: Mbaye-Jacques est déjà le Mandela de Rufisque ! (Par Yatma Fall)
Son récit, malgré les figures de style utilisées, n’aurait certainement pas attiré l’attention du lecteur s’il n’avait pas mentionné le nom de Mbaye-Jacques DIOP. Pour le tourner dérision ?

Dans sa réflexion, Issa Thioro, croit devoir conseiller au Maire Honoraire de Rufisque dont le nom a été cité par les vaillants pêcheurs, de prendre du recul. Mais notre ami ignore que ceux qui sont avertis savent que le quai de pêche est l’une des plus belles réalisations de Me Mbaye-Jacques DIOP alors qu’il exerçait les fonctions de Maire de la ville de Coumba Lamba. Normal, alors, si ceux qui le fréquentent, en proie au doute qui les assaille face à son état de dégradation avancée, pensent, naturellement, à son réalisateur, dans un contexte rufisquois tel que décrit par le journaliste-politicien lui-même. Heureusement que Mbaye-Jacques DIOP est encore là, vivant parmi nous !

Pourtant le conseil de notre ami semble empreint de « générosité » puisqu’il souhaite au patriarche de Rufisque de devenir le Mandela de la vieille ville.

C’est là qu’il faut se demander où était Issa Thioro Gueye pour ignorer que Mbaye-Jacques est déjà le Mandela de Rufisque.

Mandela dont nous renouvelons, ici, notre salut à son illustre mémoire, a marqué son temps de fort belle manière que l’on pourrait résumer en trois grandes étapes qui, curieusement, toutes proportions gardées, ressemblent aux trois grandes étapes du parcours politique de Mbaye-Jacques DIOP.

Le chef xhosa s’est d’abord distingué par son refus de l’asservissement auquel, le régime blanc de l’apartheid voulait soumettre à son peuple ; ce qui lui valut plus d’un quart de siècle de prison. A la fin des années 50, alors que le Sénégal était encore sous domination coloniale, Mbaye-Jacques DIOP, était un habitué des cachots des commissariats de police des blancs, pour s’être engagé, très jeune, dans la lutte de libération de son peuple du joug colonial, à travers les conférences mémorables et autres manifestations qu’il initiait.

Mandela est aussi respecté à travers l’Afrique et le monde pour avoir formé et propulsé ses jeunes compagnons de l’ANC comme Thabo Mbeki ou Jacob Zuma qui ont joué et jouent encore un rôle important dans l’Afrique du Sud moderne. De la même manière, les jeunes compagnons de Mbaye-Jacques DIOP ont bénéficié de sa formation et de son appui avant de faire la fierté des Rufisquois. Si Ngoné Ndoye a été un excellent ministre de la République reconnu par tous, Seydou Diouf quant à lui, passe pour être l’un des plus grands parlementaires sénégalais, spécialistes des questions budgétaires, de l’indépendance à nos jours.

Mais Mandela a émerveillé le monde lorsque, à la fin de son mandat à la tête de l’Afrique du Sud, contre toute attente et malgré les sirènes du pouvoir, il décida de se retirer et de passer la main aux plus jeunes, après avoir réalisé la réconciliation de son peuple. En 2002, à la fin de son troisième mandat à la mairie de Rufisque, Mbaye-Jacques DIOP, malgré l’avis contraire de ses amis pour ne pas dire la pression de ses partisans, décida de se retirer en déclarant invariablement « il est temps de partir pour laisser la place aux jeunes ».

Fidèle à cette conviction, il répétait, encore, dans l’observateur de cette fameuse journée du lundi qu’il n’est candidat à rien et ne cherche aucun poste, aucune prébende, pendant que notre ami Issa Thioro Gueye, nouveau libérateur autoproclamé de Rufisque déambulait dans les méandres du quai de pêche pour pêcher des voix.

Enfin, Mbaye-Jacques est déjà le Mandela de Rufisque pour pouvoir, aujourd’hui, y aligner près de quatre cents (400) homonymes. Un cadeau de reconnaissance que ses concitoyens à qui il a rendu service, lui ont offert.

Yatma FALL
Rufisque



1.Posté par LIRE le 19/12/2013 11:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous osez comparer ce grand voleur à MANDELA. Soyons sérieux

2.Posté par diouf le 19/12/2013 14:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

thiey issa ,
thiey issa thiro gueye notre future maire

3.Posté par AKIM le 19/12/2013 16:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

nagnou léral les ossements déterrés a la mairie de rufisque

4.Posté par Maïmoune le 19/12/2013 20:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Avoir autant d'homonymes ne veut pas signifier qu'on aurait des mérites extraordinaires. Donner deux trois fois à une pauvre famille de quoi nourrir sa famille pendant des mois et il fera de vous un saint, un bienfaiteur qu'on se doit de remercier par des mots, et le plus souvent l'honorant en donnant son prénom à un de ses enfants. Monsieur M'baye Jacques Diop a fait la pluie et le beau temps à Rufisque pendant au moins quarante ans. Il a fait envoyer des étudiants en Europe, aux Etats-Unis, il a fait accorder des bourses à des familles démunies. Ce temps est révolu, et Rufisque est moins moderne que dans les années 50. Il faut un rassemblement de citoyens de Rufisque pour faire de cette Ville l'une des plus modernes, du Sénégal, avec au moins une unité de traitement des eaux usées et rejeter les eaux pluviales dans la mer. C'est une honte pour tous les Sénégalais qui aiment cette Villes. Si, avec l’IIIème acte de la décentralisation, si une équipe de jeunes apolitiques ne prenait. Pas la VILLE ce serait une perte pour au moins deux générations, et les milliards annuels seront bouffés par une bande de copains et de coquins qui se fichent des populations et ne seraient là que pour satisfaire des intérêts personnels. Aucun jeune de Rufisque n'acceptera de passer son tour pour 2014

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image