leral.net | S'informer en temps réel

Réponse aux « Lundi de Madiambal » post Charlie


Rédigé par leral.net le Vendredi 23 Janvier 2015 à 10:12 | | 0 commentaire(s)|

Réponse aux « Lundi de Madiambal » post Charlie
Depuis les événements de Charlie Hebdo survenus la semaine dernière, Madiambal DIAGNE a fait paraître dans le journal « le Quotidien » 02 « lundi de Madiambal » qui ont suscité en moi des interrogations, de l’incompréhension et surtout un profond désaccord.

Dans le 1er « lundi », c’est un véritable dithyrambe que l’auteur fait à l’endroit du Président français et de ses invités à la marche de Paris.

«Ils n’ont pas eu peur » ! s’écrie-t-il, comme pour dire que ces personnalités qui étaient là pour applaudir les blasphémateurs du Prophète de l’Islam étaient des héros à magnifier.

Quant au second « lundi », avec entretemps la récidive de Charlie, l’auteur s’étonne que l’opinion n’accepte pas la présence des dirigeants africains notamment, à la manifestation, allant même jusqu’à assimiler les opposants à la marche à des « barbares ». Cela me semble excessif.

Les valeurs de la République, malgré toute leur importance, ne sauraient jamais être considérées comme une licence pour insulter librement la foi et la dignité de plus d’un milliard et demie d’individus.

L’auteur cite Voltaire dans son argumentaire, mais je ne crois pas que l’angle de compréhension de la pensée du philosophe français corresponde au contexte de l’affaire Charlie.

Pour voltaire, il s’agit simplement de considérer qu’il est impérieux que les gens aient la possibilité d’exprimer leur pensée ; mais, cette liberté n’a jamais signifié liberté d’insulter la foi religieuse et les références sacrées d’autrui.

Ou alors, Monsieur DIAGNE, vous attendiez vous à ce que les musulmans fussent aux côté de Charlie pour insulter l’Envoyé de DIEU (PSL) ?

La peinture que vous faites de la manifestation de Paris est magnifique. Là, rien à dire, le tableau est féérique. Mais, la présentation aurait pu être beaucoup plus sobre, beaucoup plus modeste. Pourquoi magnifier l’attitude de ces manifestants en ne voyant que la dimension de la lutte antiterroriste ?

Pourquoi, en aucun moment, vous ne vous indignez, ne serait-ce qu’en tant que croyant, de ce qu’a fait Charlie ? Pourtant, contrairement à votre perception des choses, on aurait pu voir dans ce qui est arrivé à ces journalistes blasphémateurs, simplement une punition juste et méritée.

Et, cela ne signifierait nullement faire l’apologie du terrorisme ou de la violence ! Ces actes n’ont aucune justification à mes yeux ; mais, quelle que soit l’identité de la main qui frappe, on doit considérer aussi la dimension de la faute commise. Avant d’épiloguer sur la réaction, considérons d’abord l’action.

Le SEIGNEUR, dans Son Livre Sacré dit : « Ceux qui offensent ALLAH et Son Messager, ALLAH les maudit ici-bas, comme dans l’au-delà et leur prépare un châtiment avilissant » (S.33 V.57). La Parole de DIEU n’est pas un vain mot.

Les relations entre le Président Hollande et les Charlie ont été relatées avec beaucoup de pathétique ; nous respectons le choix des gens, mais nous trouvons quand même étrange cette proximité, si l’on prend en compte les « révélations » contenues dans le discours du dessinateur Luz, lors de l’enterrement de Stéphane Charbonnier dit Charb Rédacteur en chef de l’hebdomadaire. Il y a en effet de quoi frémir devant les mœurs de ces gens.

C’est bizarre, monsieur DIAGNE, mais ces aspects ne sont jamais pris en compte dans vos brillants développements. Ou alors, comme les « toubabs », la liberté d’expression c’est aussi, pour vous la liberté d’insulter les convictions religieuse d’autrui ?

Ne pensez-vous pas, monsieur DIAGNE, que liberté pour liberté, la foi et les convictions des gens devraient faire l’objet de la plus grande protection de la part de l’Etat?

Par rapport maintenant à vos prédications sur le Sénégal et les pays du Sahel, la première cible des « jihadistes » comme vous dites, sachez que l’Islam confrérique pose beaucoup moins de problème aux « jihadistes » que cet esprit occidental extrémiste et réfractaire à toute foi religieuse.

À cause de son ascension permanente en effet, l’Islam constitue de plus en plus une équation et l’ennemi juré pour l’Occident qui, du coup, devient la véritable cible des « terroristes ».

Concernant les mausolées des Saints dans nos cités religieuses, ne vous en faites pas ; et, évitez, en tant que croyant d’être inutilement un oiseau de mauvais augure. Ces sites, croyez-moi, ne sont pas menacés.

Des destructions de mausolées ont certes eu lieu à Tombouctou, mais, ce n’est pas une raison pour dire que la même chose se passera forcément au Sénégal.

En dépit de toute la proximité entre les 02 pays, le Sénégal n’est pas le Mali, et le Mali n’est pas le Sénégal. Venons-en maintenant à la participation de notre pays à la marche de Paris.

Sachez, Monsieur DIAGNE que cela ne peut pas ne pas « faire débat » ; vous ne pourrez jamais empêcher les musulmans sénégalais de se poser des questions sur la participation de leur Président de la république à ce qui n’est rien d’autre qu’un soutien au permis d’insulter la religion musulmane.

Le Sénégal est quand même musulman à plus de 95% ; et le reste est aussi croyant ! Si le Président de la république voyage avec les deniers publics au nom et pour le compte des contribuables, on ne peut pas ne pas être choqué par ce déplacement

Sachez donc, monsieur DIAGNE, que ce que vous appelez « faire débat et susciter des passions hostiles » est tout à fait légitime.

Vous êtes certainement très intelligent, Monsieur DIAGNE, mais vous ne pouvez pas vous permettre de considérer les millions de sénégalais qui se sont dressés contre Charlie comme des demeurés ; sans compter les autres croyants qui, en Afrique et dans le monde se sont levés comme un seul homme contre l’affront.

Après tout, il n y a eu que 05 ou 06 présidents africains sur plus de 50 à avoir fait le déplacement ! Evidemment, pour vous, ceux qui ne « sont pas Charlie » sont les « barbares du monde ». La France et le Sénégal sont aujourd’hui peut-être des amis ; mais il faut quand même admettre que cette amitié est survenue après quelques péripéties historiques qu’il ne faut pas occulter : traite négrière, colonisation avec ses déportations, spoliations, humiliations et éliminations physiques…

Le Sénégal est peut-être comme vous dites tributaire de la France, mais, croyez-moi, cela a été très chèrement payé. On ne doit rien à la France !

Vous affirmez que les pays arabes et musulmans ont compati à côté de la France ; soit ; encore que les motivations des uns et des autres peuvent être multiples et diversifiées. Mais, quoi qu’il en soit, la représentation que vous vous faites de l’attitude des sénégalais est un peu trop schématisée.

Il est manifeste que le Sénégal n’est pas si isolé que cela dans la révolte. Après l’acte de Charlie, la révolte et l’indignation constituent la règle ; c’est votre posture « d’avocat du Diable » qui constitue l’exception.

Et enfin, monsieur DIAGNE, il est bon que l’on vous rappelle que ces « journalistes réunis dans une salle de rédaction » comme vous dites avec beaucoup de compassion, ont pour passe-temps favori l’insulte et le blasphème à l’endroit de la Meilleure des créatures (PSL).

Je terminerai par ces rappels et recommandations que j’adresse autant à moi-même qu’à mes compatriotes et coreligionnaires : prenons garde à ce que la formation que nous avons reçue de l’école française ne fasse pas de nous des esprits tout cartésiens, niant notre sensibilité d’africain et notre foi de musulman.

Ayons également en toutes circonstances présent à l’esprit ce verset du Livre Saint où le CREATEUR nous dit : « JE n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent » (Coran S.51 V.56)

TOUBA ce jeudi 22 Janvier 2015

Mamadou LO
Inspecteur de l’Education nationale à la retraite
Quartier Guédé TOUBA
lomaxtar@yahoo.fr








Hebergeur d'image





Hebergeur d'image