leral.net | S'informer en temps réel

Réponse d'un militant à un chambellan

Dans un quotidien de la place, un certain Abdoulaye Ba Nguer a cru devoir apporter une réplique à une interview accordée par notre responsable et frère, Mamadou Lamine Keita, sur la vie du Parti Démocratique Sénégalais. Pour en savoir un peu plus sur le présumé auteur d’un texte aussi faible dans sa syntaxe que dans sa relation avec la vérité, j’ai interrogé ma petite mémoire de militant habitué aux structures et aux grandes rencontres du parti. Le nom ne me disait rien !


Rédigé par leral.net le Lundi 31 Août 2015 à 10:59 | | 2 commentaire(s)|

J’ai interrogé d’authentiques militants du parti connus pour leur engagement et qui sont au fait de la vie du parti et de ses hauts faits d’armes. Ce nom ne leur disait rien du tout !

J’ai voulu mettre ce torchon sous le boisseau, ou carrément dans la poubelle et continuer avec les militantes et les militants, à Bignona et dans le pays, notre lutte pour un parti plus performant dans la bataille pour la reconquête du pouvoir.

Je me suis vite ravisé quand j’ai lu à la fin de ce texte chaotique, que le bonhomme se présente comme membre du secrétariat national de notre parti, instance supposée être le laboratoire des idées et des politiques alternatives pour convaincre nos compatriotes quant à la pertinence de notre vision du Sénégal.

Au moment où des responsables qui se battent pour porter le PDS dans les communes et les départements n'ont pas accès au secrétariat national, je me suis demandé comment un tel type, et par quel coup de baguette magique, a pu intégrer le saint des saints de mon parti fondé sur des valeurs de justice.

Je n’ai eu qu’une seule réponse dans toutes mes recherches: c’est un chambellan d'Oumar Sarr. Quelle insulte infligée à tous ces maires, ses responsables à la base qui ne ménagent aucun effort pour le triomphe du parti et qui ne sont toujours pas admis au comité directeur ou au secrétariat national ! Est-il admissible, dans un parti sérieux que des insignifiants accèdent au plus hautes responsabilités tout simplement parce qu'ils acceptent de jouer les sales besognes.

J’ai tout de suite compris pourquoi mon responsable et frère, Mamadou Lamine Keita, a été un des principaux initiateurs du Mémorandum du 1er juin ; car si de tels individus ont pu allégrement arriver à souiller une de nos plus hautes instances, c’est parce que le népotisme, le clientélisme les coteries partisanes ont mis à genou les règles de compétition pour accéder aux responsabilités sur la base du mérite et de la valeur de chaque militante et militant.

C’est cette vision axée sur le mérite que Me Abdoulaye Wade a utilisé pour faire émerger, à ses côtés, des hommes et des femmes politiques qui ont fait et continuent de faire la fierté de notre parti et du Sénégal. Je peux nommer entre autres figures : Serigne Diop ; Ousmane Ngom, Joseph Ndong, Modou Diagne Fada, Aliou Sow, Mamadou Lamine Keita, Modou Bara Gaye, Toussaint Manga, Fatou Thiam etc. Non ! Oumar Sarr, dont la trajectoire n'a croisé celle de Wade et du PDS que dans une jonction pour assouvir une ambition personnelle, ne peut pas être un exemple pour les libéraux. En vérité, on ne peut pas faire du libéralisme dans du sang trotskiste.

En bon chambellan, Abdoulaye Ba Nguer a cru devoir défendre son mentor en le présentant comme étant le meilleur des libéraux tout en inventant des mensonges sur le maire de Bignona. Birago Diop n'a-t-il pas raison de dire : « quand la mémoire va chercher du bois mort, elle ramène le fagot qui lui plait ». J’ajoute à la réflexion du célèbre poète, qu’à défaut de bois mort, les mémoires peu productives accuseront la tempête du jour. Quand vous portez un bébé qui n’est pas le vôtre, vous arrivez forcement au même résultat. Mon frère Mamadou Lamine Keita, en bon casamançais, avance sans masques, expose publiquement ses positions devant ses militants et devant la direction du parti, alors que les produits du trotskisme font porter leur plume à des innocents cobayes sans grade.

Le débat ne sera pas perverti, il sera assumé et mené jusqu’au bout car il y va de la survie de notre parti. La nouvelle génération, à laquelle appartient Mamadou Lamine Keita, est porteuse d’une alternative nouvelle face aux partisans du statu quo dont Oumar Sarr est le porte étendard.
Insultez, invectivez, inventez, calomniez il en restera toujours !

Pour notre part et en parfaite intelligence avec notre leader, nous préférons axer le débat sur:

- la libération de tous les détenus politiques et en particulier de notre candidat Karim Wade;
- la formulation d'une politique alternative à celle du pouvoir en place;
- la réorganisation de toutes les structures du parti, de la base au sommet, et en dehors de tout népotisme néfaste;
- la planification stratégique à mettre en place pour relever les nouveaux défis;
- la formation de nos cadres pour construire une expertise libérale apte dans un environnement socioéconomique en perpétuelle mutation;
- la place de notre parti dans l’échiquier politique national et international;
- la sauvegarde et la perpétuation du legs de Wade au Sénégal, en Afrique et dans le monde.

Le jour où ceux qui ont fait porter ce texte lamentable à cet énergumène, auront le courage de leur point de vue, le débat sera plus sain et portera sur d’autres sujets beaucoup plus intéressants que des commérages dont les trotskistes ont la plus parfaite maitrise dans leur art de divertir. Nous disons à Abdoulaye Ba Nguer, un jeune porteur de serviette d'Oumar Sarr, et au autres sbires de cet homme que s'ils veulent une bataille, ils auront une guerre. Pour cette fois-ci, nous nous interdisons de descendre en profondeur dans les caniveaux mais à la prochaine occasion, rien ne nous arrêtera. A bon entendeur, salut.

Mass DIOP
Membre de la Fédération PDS de Bignona
Secrétaire Général du CLC de Bignona.









Hebergeur d'image