leral.net | S'informer en temps réel

Réponse des enseignants à Mary Teuw Niane : "Les 300 milliards dont il parle sont à 300 milliards d’années lumières de la vérité"

Suite à la sortie du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche pour dire que toutes les revendications des enseignants du supérieur ont été satisfaites et que le gouvernement n’accepterait plus que les grèves continuent, ces derniers sont montés au créneau pour apporter une série de réponses à ces allégations.


Rédigé par leral.net le Vendredi 1 Avril 2016 à 22:24 | | 30 commentaire(s)|

Réponse des enseignants à Mary Teuw Niane : "Les 300 milliards dont il parle sont à 300 milliards d’années lumières de la vérité"
A l’entame de la rencontre avec la presse, le chargé des revendications du Syndicat autonome des enseignants du supérieur (Saes) a tenu à préciser que le ministre de tutelle n’est plus leur interlocuteur : « Depuis l’an dernier, le gouvernement l’a dessaisi et celui qui parle normalement au nom du gouvernement, c’est le ministre du Travail », a tenu à préciser Seydi Ababacar Ndiaye.

Yankhoba Seydi, qui était, pour sa part, chargé de donner des éclairages sur les 300 milliards avancés par le ministre de tutelle et qui seraient destinés à satisfaire la plateforme revendicative de ces enseignants, a indiqué que « ce sont des chiffres astronomiques qui donnent le vertige à tout le monde". En réalité, a-t-il fait savoir, "les 300 milliards dont il parle sont à 300 milliards d’années lumières de la vérité et ce sont 300 milliards de contrevérités », a-t-il ajouté. Il a aussi tenu à préciser qu’en fait, cette somme dont M. Mary Teuw Niane fait allusion représente la somme prévue dans le programme de développement de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (Pdesr).

« Quand un gouvernement ose falsifier la vérité a ce point rien que pour mettre en mal un syndicat sérieux comme le Saes, non seulement avec la population, mais avec les étudiants, cela devient grave », a regretté M. Seydi. Ce dernier de demander aux corps de contrôle de l’Etat de se saisir du dossier en procédant à l’audit des universités puisque « si c’est cela qui entre dans ce qu’ils appellent les revendications du Saes sachant que ce n’est pas le cas, il va falloir que l’on prenne tout de suite les devants. Cet argent-là n'est pas destiné qu'au Saes, il n'est pas revenu au Saes, ce n'est pas l'argent que revendiquent les enseignants », a –t-il conclu.

Mariama Kobar Saleh






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image