leral.net | S'informer en temps réel

Report du Fesman : Wade maintient le suspense

Prévu pour se tenir du 1er au 14 décembre 2009, le troisième Festival mondial des arts nègres (Fesman III) devrait connaître son quatrième renvoi. Si Wade décide de s’accorder un temps de réflexion, c’est en réalité pour mieux reporter son projet culturel majeur. Le festival panafricain d'Alger lui aurait ouvert les yeux sur l’ampleur de la tâche.


Rédigé par leral.net le Mercredi 15 Juillet 2009 à 13:03 | | 0 commentaire(s)|

Report du Fesman : Wade maintient le suspense
Le président de République a-t-il été trahi par sa langue? Pas tout à fait. Dans la soirée d’hier, une information tombe sur Rewmi.com : ‘Wade reporte le Fesman jusqu’en 2011’. Le site précise que ‘le président a pris cette décision aujourd’hui [hier] aux Usa, devant près de 100 journalistes à Hilton New York.’ L’info sera reprise par toutes les radios, sans confirmation. Au point de motiver un démenti du ministère de la Communication ; ‘A ce jour, aucune proposition de report du Fesman n’a été enregistrée.’ (Voir en encadré ).
La mesure n'a encore rien d'officiel, mais cela ne devrait tarder. Certes, Abdoulaye Wade a apporté un bémol à sa déclaration surprise de New York. Mais tout porte à croire que l'on s'achemine vers un énième report du troisième Festival mondial des arts nègres (Fesman III). Le président de la République a confié à une source, contactée par nos soins, qu'il s'accorde ‘un temps de réflexion de 15 jours’ pour voir si l’événement serait maintenu à la date prévue, du 1er au 14 décembre 2009. Ce ‘temps de réflexion’ ne serait, selon notre interlocuteur, qu’une façon de mettre la forme à une décision lourde de conséquences. Le président de la République devrait mettre à profit ce délai de deux semaines pour informer, par voies appropriées, les différentes parties engagées dans l'organisation, de la décision de report du festival.

A commencer sans doute par les premiers responsables de la manifestation. Si le ministre d'État en charge du Fesman, Mame Birame Diouf, qui a pris part au voyage présidentiel en Amérique, a sans doute appris la nouvelle sur place, le coordonnateur général Alioune Badara Bèye, resté à DaKar, était, lui, jusqu’à hier soir, dans le flou total. Il s’est d’ailleurs réfugié derrière un mur de silence. Joint par téléphone hier, il a prétexté ‘une réunion familiale’ pour couper court aux questions des journalistes. Son portable sera ensuite sur répondeur le reste de la soirée… Ce qui est certain, c’est que Wade a pris de court tout le monde. Pas plus tard qu'hier le Fesman Tour, ‘un concours national de détection de talents’ été lancé en grande pompe à la Maison de la culture Douta Seck. Mais si la déclaration présidentielle se concrétise, elle n'aurait rien de surprenant. Cela correspondrait au voeu de nombres d’observateurs. Plusieurs personnalités autorisées ont en effet appelé au report du Fesman III. Une pétition avait même commencé à circuler sur le net. Les partisans du report mettent en avant plusieurs arguments : la crise économique, la faiblesse des infrastructures ou les nombreux impairs notés dans les préparatifs de la manifestation.

Lors d'un Conseil présidentiel tenu le 9 juin, le Chef de l’Etat avait montré des signes de perplexité quant à la tenue du Fesman à date échue. Wade s'était dit ‘effrayé par l'ampleur du travail à faire en direction de la 3e édition du Festival mondial des arts nègres’. Mais, n’y aurait-il pas un complexe d'Alger ? Il se dit que c’est le festival culturel panafricain (Panaf 2009) qui a réellement décidé le chef de l'Etat à remettre en cause la date du festival de Dakar. Car le Panaf, qui se tient du 5 au 19 juillet 2009, avec une cinquantaine de pays, a réellement montré à Wade ‘toute l'ampleur du travail à faire ’ pour organiser un festival d’envergure mondiale. Pour accueillir le Panaf, souvent vu comme concurrent du Fesman, Bouteflika a construit un village artistique, présenté comme un véritable bijou architectural. Et la manifestation algéroise, qui réunit près de huit mille créateurs, est d'ores et déjà saluée comme un succès. A titre de comparaison, au Sénégal, à 140 jours du Fesman, qui veut accueillir 200 000 participants, venus de 80 pays, aucune infrastructure n'est encore sortie de terre. Le comité d'organisation en est encore à l'étape d'affichage et de sensibilisation des populations…

C'est sans doute par ‘crainte du ridicule’ que le Sénégal devrait se diriger vers le report, pour la quatrième fois, de l'événement, considéré comme le plus grand projet culturel du chef de l'Etat. Le Fesman avait été initialement prévu pour avril 2006. Il connaîtra plusieurs renvois : 1er au 24 juin 2007; du 1er au 22 juin 2008, avant d’être dernièrement prévu du 1er au 14 décembre 2009.

Si l’échéance de 2011 se confirme, la marge sera très étroite. On serait à un an de la fin du deuxième et probable dernier mandat de Abdoulaye Wade Arrivé au pouvoir en 2000, Me Wade a voulu rééditer une initiative du poète président, Senghor, père du premier Festival mondial des arts nègres, organisé à Dakar en 1966. La deuxième édition a eu lieu en 1977 à Lagos. Le Fesman III a un budget de 30 milliards Cfa. Mais il devrait coûter à l'Etat du Sénégal 5 milliards, selon son coordonnateur général. Le reste devant être couvert la sponsorisation.

source walfadjri






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image