leral.net | S'informer en temps réel

Report du second tour du Bfem : Le Cusems déballe les vrais motifs et appelle à la démission de Serigne Mbaye Thiam

Le ministère de l’Education nationale a renvoyé les examens du second tour du Brevet de fin d’études moyennes au jeudi « 25 juillet 2013 à partir de 8 heures ». Prévue initialement pour aujourd’hui, les services de Serigne Mbaye Thiam ont prolongé la date de l’examen à quarante-huit heures pour s’assurer de la « fiabilité et la crédibilité » des épreuves sur l’ensemble du territoire national, disent-ils dans un communiqué.


Rédigé par leral.net le Mardi 23 Juillet 2013 à 14:24 | | 2 commentaire(s)|

Report du second tour du Bfem : Le Cusems déballe les vrais motifs et appelle à la démission de Serigne Mbaye Thiam
Mais, le Cadre unitaire des enseignants du moyen et du secondaire (Cusems) n’approuve pas du tout cette justification apportée par le ministère de l’Education nationale. S’exprimant sur les ondes de la Sud-Fm, le chargé des revendications du syndicat, Dame Mbodj a levé le voile sur les « vraies raisons » de cette prolongation de quarante-huit heures du démarrage des épreuves du second tour. Selon lui, le ministre Sérigne Mbaye Thiam tente ainsi de cacher les nombreux dysfonctionnements notés lors du premier tour du Bfem et qui ont justifié la « mauvaise organisation » de l’examen. Il avait empêché les « déplacements des examinateurs et écourté les séjours dans les jurys d’examens pour économiser de l’argent sur le dos des enseignants », indiquent-t-il. C’est cette mesure « impopulaire, inopportune » et sans précédent qui a été à la base des conditions « catastrophiques » vécues au premier tour. Le Cusems va même jusqu’à demander au ministre Sérigne Mbaye Thiam de donner sa « lettre de démission », vu qu’il est le principale responsable de cette situation.



1.Posté par Junior seck le 23/07/2013 15:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Monsieur Mbodji cherche à noyer le poisson , il doit plutôt nous expliquer le taux d'échec dans les collèges et lycées publics. Les parents d'élèves savent maintenant que les véritables manipulateurs sont les enseignants syndiqués qui ne travaillent pas dans les classes publiques mais qui passent tous leur temps dans les écoles privées pour s'enrichir indûment. L'Etat doit interdire à ses agents d'envahir le privé en vue de permettre le recrutement des nouveaux diplômés dans ces unités de formation. On raconte même que des professeurs non retenus pour siéger dans certains jurys faisaient le pied de grue pour prendre la place de certains de leurs jeunes collègues. Le Mnistre qui connait bien les Mbodji et consorts doit continuer sur sa lancée et surtout couper toutes les heures non travaillées. C'est à ce prix seulement que le Ministre remettra l'école sénégalaise sur les rails de l'excellence. Il devra également supprimer toute subvention aux écoles privées qui emploient des enseignants du publics à compter de la toute prochaine entrée des classes.

2.Posté par DEUG le 23/07/2013 19:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

BIEN DIT JE SUIS D ACCORD AVEC TON ANALYSE .POUR LUTTER CONTRE LE CHOMAGE L ETAT DOIT INTERDIRE TRAVAIL DANS LE PRIVE DES ENSEIGNANTS DU PUBLIC.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image