leral.net | S'informer en temps réel

Retard de la loi sur le statut des daaras : « La Fédération des maîtres coraniques du Sénégal bloque tout », peste Imam Mbaye Niang

La loi sur le statut des daaras accuse un retard et la faute incombe à la Fédération des maîtres coraniques du Sénégal. Tel est l’avis de Imam Mbaye Niang qui charge ladite fédération qu’il accuse de tout bloquer pour des intérêts inavoués. « La loi est en gestation. On avait organisé une concertation autour du texte. Il n’y a que la Fédération des maîtres coraniques du Sénégal qui émet des réserves sur certains passages du texte. On ne peut pas savoir exactement ce que veulent les membres de cette fédération », fustige imam Mbaye Niang dans le quotidien L’Observateur de ce jeudi.


Rédigé par leral.net le Jeudi 30 Juillet 2015 à 11:21 | | 12 commentaire(s)|

« Ce qu’on leur demande, c’est de donner leur avis sur le texte. Ils ont promis de le faire depuis plus de deux mois. La date butoir fixée était la fin du mois de mai dernier. Mais depuis lors, la fédération ne réagit pas. On ne peut pas savoir les observations qu’ils ont sur le texte », a souligné Imam Mbaye Niang indiquant que « ceux qui vivent de l’exploitation des enfants n’accepteront jamais l’organisation du secteur de l’enseignement coranique ». Le député reconnait que l’enseignement coranique, telle qu’elle est pratiquée au Sénégal, pose problème. Parce que, d'après lui, « il y a des gens qui vivent de l’exploitation des enfants, de l’enseignement coranique. Ces gens n’accepteront jamais l’organisation du secteur de l’enseignement coranique de peur d’être privés de leur source de vie ». Imam Mbaye Niang estime que quelles que soient les réticences, « tôt ou tard, le secteur de l’enseignement coranique sera organisé. « Nous sommes en retard par rapport à beaucoup de pays », regrette-t-il dans le journal repris par seneweb. Il renseigne d'ailleurs, à propos de l'exploitation d'un terrain cédé par l'Etat et destiné à la prise en charge des daaras, que la Banque islamique a accepté d’injecter 10 milliards de FCfa et l’Etat du Sénégal va ajouter 2 autres milliards de FCfa.






Hebergeur d'image