leral.net | S'informer en temps réel

Retards de salaire : Le SAES menace de paralyser l’Université

L’année universitaire ne démarre pas sous de bons auspices. Le Syndicat autonome des enseignants du supérieur (Saes) «constate avec regret, le non-paiement des salaires du mois d’octobre 2014 aussi bien pour le personnel d’enseignement et de recherche (Per) que pour le Personnel administratif, technique et de services (Pats) des Universités sénégalaises».


Rédigé par leral.net le Jeudi 6 Novembre 2014 à 16:20 | | 0 commentaire(s)|

Retards de salaire : Le SAES menace de paralyser l’Université
Le Saes souligne aussi «l’absence totale de prise en charge sanitaire pour ces mêmes personnels et leur familles dans les structures sanitaires pour défaut de paiement». «Atteint dans son moral et sa dignité, le personnel n’a plus la sérénité nécessaire à l’accomplissement des tâches pédagogiques et administratives», le Saes insiste sur l’insuffisance «des budgets des universités, tardivement approuvés et qui couvrent à peine 8 mois de salaires des enseignants-chercheurs».
Le Saes rappelle que le gouvernement du Sénégal «s’était déjà engagé, auprès de la banque mondiale, dans le cadre de la mise en œuvre des Cdp, au rééquilibrage des budgets des universités publiques qui sont déjà déficitaires et reconduits chaque année, sans tenir compte de la politique de massification incontrôlée de l’Etat».
Dans le même ordre d’idées, le Saes «fustige l’attitude du gouvernement qui, au lieu d’un accompagnement budgétaire sans faille pour les universités existantes, préfère les asphyxier au profit des projets de création de nouvelles universités ou de promoteurs non universitaires d’universités privées». En tout cas, les enseignants du supérieur insistent sur «l’augmentation substantielle, la consolidation, l’équilibrage et la sécurisation des budgets des universités, qui demeurent des urgences à traiter pour stabiliser les universités». «Le Saes tient à informer les étudiants, leurs parents ainsi que l’opinion publique qu’il reste plus que jamais déterminé et mobilisé pour le règlement définitif de cette question», dit-il en n’excluant pas «la paralysie du système qui ne pourra être imputée qu’au seul gouvernement» et réclame avec insistance un règlement total et sans délai «de toutes les sommes dues par l’Université à ses partenaires et aux établissements sanitaires et l’équilibrage des budgets des université."

Le Quotidien






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image