leral.net | S'informer en temps réel

Retour de Wade : Farba Senghor s’insurge contre une éventuelle fermeture de l’aéroport LSS et l’interdiction du meeting du Pds

Les Sénégalais doivent exercer pleinement leurs libertés ! La décision d’interdire l’accueil du Président Abdoulaye Wade le 23 avril et le meeting sur l’avenue du général De Gaulle le même jour de même que la fermeture de l’aéroport international Léopold Sédar Senghor de12h à 19h au moment où est prévue son arrivée constituent une dérive autoritaire sans précédent.


Rédigé par leral.net le Mercredi 23 Avril 2014 à 10:43 | | 1 commentaire(s)|

Retour de Wade : Farba Senghor s’insurge contre une éventuelle fermeture de l’aéroport LSS et l’interdiction du meeting du Pds
De telles mesures sont extrêmement graves et violent les principes fondamentaux de démocratie dans notre pays. Elles pourraient constituer le début d’une période d’incertitudes et de troubles que tout Sénégalais soucieux de la stabilité et de la paix devrait éviter.

Ces mesures prises par le gouvernement de Macky Sall dénotent une absence de réflexes politiques positifs et de doigté dans la gestion du pays. Il s’agit d’une violation flagrante de notre constitution qui dispose en son article 8 que la République du Sénégal garantit à tous les citoyens les libertés individuelles fondamentales …. ainsi que les droits collectifs. Parmi ces libertés et droits figurent les libertés civiles et politiques dont la liberté de réunion, la liberté de déplacement, la liberté d’opinion, la liberté d’expression et la liberté de manifestation.

Toutes ces libertés sont entrain d’être bafouées et le dialogue politique et social s’éloignent ainsi inéluctablement car l’ancien président du Sénégal ,Abdoulaye Wade , Secrétaire Général National du 1er parti politique et chef incontesté de l’opposition ne fait l’objet d’aucune poursuite judiciaire ni d’aucune interdiction de séjour dans son propre pays qui lui valent ces mesures draconiennes sans précédent dans l’histoire de l’Afrique .C’est un recul démocratique par rapport au président Abdou Diouf et son régime qui avaient permis à Maitre Abdoulaye Wade de rentrer tranquillement à la suite d’un très long séjour en France en 1999 avec un accueil de plus d’un million de personnes.

En conséquence, je demande la levée immédiate et sans condition de ces mesures qui rangent le Sénégal parmi les rares pays dictatoriaux où existe la négation des droits de l’homme.

Je demande également au Président Abdoulaye Wade de ne rien changer dans son programme de vol. Les sénégalais doivent exercer pleinement leurs libertés et accueillir leur leader. Le monde entier constatera ainsi les forfaits qui seront commis au Sénégal en matière de violation des droits de l’homme par un régime incapable de tenir ses multiples promesses.

Farba Senghor






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image