leral.net | S'informer en temps réel

Retour en force des troupes françaises, une ignominie légitimée par les autorités étatiques Sénégalaises !

La lutte contre l'impérialisme pour rompre les liens coloniaux et néocoloniaux, qu'elle soit menée avec des armes politiques, des armes réelles ou avec les deux à la fois, n'est pas sans lien avec la lutte contre le retard et la misère ; toutes deux sont des étapes sur une même route menant à la création d'une société nouvelle, à la fois riche et juste. (...) Ernesto "Che" Guevara.


Rédigé par leral.net le Jeudi 4 Juillet 2013 à 21:05 | | 8 commentaire(s)|

C’est avec beaucoup d’acrimonie que la jeunesse Sénégalaise a ouï le président Macky SALL, vitupérer des propos mortifiants à l’encontre du président WADE. A chacune de ses échappatoires, le président Macky SALL tire à boulet rouge sur son prédécesseur qui a énormément œuvré pour la coopération franco-Sénégalaise.
Le président Macky SALL pose toujours des actions qui dénaturent son apophtegme, si bien que lorsqu’il a été fraichement nommé Président de la République, il est allé baisser sa culotte devant le président SARKOZY, à la veille du deuxième tour de l’élection présidentielle Française. Président Macky SALL, il nous parait franchement déplorable de faire le dithyrambe de la France.
En dépit de l’aigreur qu’il dégage, le Président Macky SALL, est un homme faible. Le retour de la France en terre Sénégalaise ne fait que corroborer l'assujettissement et le complexe qu’il nourrit à l’égard de François HOLLANDE.Les Français ne sont mus que par leurs propres intérêts. Ils sont intervenus au Mali, ni pour assouvir le bien être des Maliens, ni pour les libérer du joug des islamistes mais plus tôt parce que leurs dividendes étaient menacés au Niger. En effet, AREVA, premier producteur mondial d’uranium extorque sans commisération l’uranium du NIGER, pays qui paradoxalement est confronté à des coupures intempestives d’électricité.
C’est un avilissement, Président Macky SALL que de vouloir, rétablir les soldats Français au Sénégal. Leur arrivée sous-tend la protection de leurs investissements dont Bolloré semble vouloir enprofiter. Jamais au plus grand jamais les Français n’accepteront qu’une base militaire Sénégalaise soit implan
ée en Normandie.
Le président WADE, en vrai panafricaniste, n’a jamais été hostile àtoute présence Française au Sénégal, mais leur compagnien’était pas aussi vitale. Ce qui urgeait pour ce patriote, c’était de former et d’outiller notre vaillante armée nationale qui disposed’une notoriété indubitable.
Ayant comme marotte d’être l’antipode du président WADE, le président Macky SALL s’est offert le luxe de vilipender les investisseurs arabes du Golfe qui sont soudainement devenus à ses yeux, des prêtes noms et paradis fiscaux ou les ‘’ennemis de la nation’’ ont caché leurs ‘’biens supposés mal acquis’’.
Visionnaire, le président WADE de par sa clairvoyance, a préféré privilégier la coopération avec ces derniers, ce qui a propulsé l’accroissement exponentiel des investissements sous son magistère.
Comble de l'ironie, le président Macky SALL avec ses sentences discordantes, a choisi de réprouver les économies émergentes du Golfe au profit d’une France en plein désarroi et qui fait face à une crise économique lancinanteavec à la clef plus de 3.000.000 chômeurs. Il peine à ‘’Mackyller’’ la chienlit qu’il offre quotidiennement aux Sénégalais, de plus en plus écrasés par les affres de la vie quotidienne.
Malgré ses allégations inconvenantes, le Président Macky SALL ne cesse d’exalter sa vassalitéà l’attention de la France, un agissement affligeant à l’égard des Sénégalais.


Résultat : aucun financement des émiratis ne sera visible sous son règne et pire encore l’argent ne circule plus au Sénégal car les investissements ont drastiquement baissé, entrainant du coût une atténuation des afflux monétaires, accentuant ainsila paupérisation des Sénégalais. Ce qui est du reste antinomique aux proposvociférants et abracadabrantstenus par le président Macky SALL et son premier ministre Abdoul MBAYE qui estiment qu’il s’agitplus tôt de l’amenuisementdes fluxde‘’l’argent sale’’.
Le président Macky SALL pilote à vue le Sénégal avec des mesures tarabustantessi bien que le bas peuple se sent emberlificoté et aliéné. Après plus d’un an d’exercice, le ciel Sénégalais s’assombrit nonobstant ses laïus et éclaboussures.
Au lieu de s’attaquer aux urgences de l’heure, le président Macky SALL passe son temps à radoter.Le lendemain des Sénégalais parait plus quejamais différé à chaque fois que l’on pense atteindre le bout du tunnel. Ces sbires nous affirmeront qu’il faut lui accorder une période de grâce même si l’on sait que personne ne l’en obstrue. Le président Macky SALL continue ainsi de se voiler la face même si la réalité est si saillante !
Malheureusement, les Sénégalais n’ont que leurs yeux pour s'apitoyer sur leurs tristes sorts, les sempiternellesdéclarations jamais concrétisées du président Macky SALL ne consolent plus. Nul besoin d’attendre 2017, les Egyptiens nous ont balisé le chemin par conséquent l’imminence de la chute du président Macky SALL n’est plus un secret de polichinelle, seule la manière dont elle interviendra demeure encore un suspens….


Eternel Wadiste
Moise RAMPINO




1.Posté par yaks le 04/07/2013 20:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

MERCI MOISE

2.Posté par Djinné le 04/07/2013 22:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

IL FAUT VRAIMENT ÊTRE MALHONNÊTE (OU ÊTRE UN LIBERAL AIGRI) POUR COMPARER LA SITUATION DU SENEGAL A CELLE DE L'EGYPTE.
MAIS LE PEUPLE VEILLE...DEMOCRATIQUEMENT.

3.Posté par noro le 04/07/2013 23:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je pense que ce monsieur ne parle pas de abdoulaye wade qui depense son argent a versaille en france. peut etre qu il ya un versaille au senegal ou quelque part en afrique.

4.Posté par ABDOU FALL le 05/07/2013 15:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce rampino n'est qu'un fils de pute

5.Posté par XOUKH313 le 05/07/2013 15:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un piètre "APPRENTI-OPPOSANT" ce Mr Moîse RAMPINO ! A lire son "texte" on se demande de quoi ce Monsieur veut nous parler ? Les contradictions y sont tellement effarantes qu'on éprouve de la peine pour en tirer quelque chose.

En se proclamant "ETERNEL WADISTE" ce Rampino oublie vite qu'il y avait LA CONSTANTE que ses VARIABLES ont vite désertée dès les premiers coups semonce de MACKY SALL au premier tour des Présidentielles. On n'en parle plus de cette CONSTANTE qui n'était que temporaire et circonstancielle pour ne pas dire ETERNELLE..

A la place d'un "ETERNEL WADISTE", je vous suggère en toute humilité de vous comporter pour l'ETERNITE et pour la postérité en un "NOSTALGIQUE WADISTE" , c'est plus ETERNEL avec beaucoup plus de GARANTIE.

6.Posté par XOUKH313 le 05/07/2013 15:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un piètre "APPRENTI-OPPOSANT" ce Mr Moîse RAMPINO ! A lire son "texte" on se demande de quoi ce Monsieur veut nous parler ? Les contradictions y sont tellement effarantes qu'on éprouve de la peine pour en tirer quelque chose.

En se proclamant "ETERNEL WADISTE" ce Rampino oublie vite qu'il y avait LA CONSTANTE que ses VARIABLES ont vite désertée dès les premiers coups semonce de MACKY SALL au premier tour des Présidentielles. On n'en parle plus de cette CONSTANTE qui n'était que temporaire et circonstancielle pour ne pas dire ETERNELLE..

A la place d'un "ETERNEL WADISTE", je vous suggère en toute humilité de vous comporter pour l'ETERNITE et pour la postérité en un "NOSTALGIQUE WADISTE" , c'est plus ETERNEL avec beaucoup plus de GARANTIE.

7.Posté par GONE le 05/07/2013 16:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L’analyse sommaire d’actes posés par le Président Macky Sall depuis sa prestation de serment, porte à croire qu’il a mis ou serait entrain de mettre en jeu, et de manière périlleuse, ce que nous avons de plus précieux : notre SOUVERAINETE.


La promptitude suspecte de la signature de nouveaux accords militaires avec a France ; juste au sortir des dernières élections présidentielles sénégalaises et à l’orée de celles françaises nous porte à y voir les termes d’un respect d’accords scellés par gages avec le gouvernement de Sarkozy avant même la victoire de Macky Sall.

Ce premier acte d’importance en manière de politique internationale, posé en catimini, est loin d’avoir été une promesse électorale ou un objectif programmatique affiché, et a suscité nos interrogations sur bien d’autres décisions de gouvernance mises en branle par SEM Macky Sall.

En effet : comment peut-on envisager la nomination d’un collaborateur particulier, courroie de transmission privilégiée de toute l’activité gouvernementale, au su et au fait des décisions les plus essentielles de la république, notre CHER SENEGAL ; en l’occurrence un directeur de cabinet présidentiel en la personne d’un ancien ambassadeur européen, que d’aucun prendrait pour un agent d’intelligence aux services des intérêts français. N’a-t-il pas été ambassadeur de l’Union Européenne aux îles Fidji ? En cas de conflits d’intérêts entre le Sénégal et l’Europe ou la France pour quel bord flancherait- il ? Pour combien ont pesé les influences des lobbies franco-européens à sa nomination ?

Kula abal ay bët

fako neex ngay xool Comment peut-on envisager la nomination concomitante d’un responsable du management gouvernemental, commandant de notre navire SUNUGAL et d’un intendant national, garant de notre économie, tous deux étant reconnus dans le cercle restreint des fidèles élites locales au service de la défense des intérêts financiers français. N’ont-ils pas été des Directeurs de banques sénégalaises de filiales françaises ? Et membres du Conseil d’Administration de BNP Paribas ? Ne représenteraient-ils au sommet de l’état que les intérêts de BNP, de Bolloré, de Bouygues ?

Ku la fees loo yapp loola

Comment peut-on envisager la nomination d’un chargé des échanges et émissions d’informations relatives à notre NATION, mission sérieuse requérant une maitrise parfaite des réalités du pays et des nécessités d’interactivités entre ses composantes, en la personne d’un ministre de la communication en rupture de ban avec nos préoccupations, priorités et urgences ; d’ailleurs sait-il les sérier. Car depuis des lustres il a préféré l’autre Rhin (Allemagne) à notre cher SENEGAL. Au nom de quoi peut-il être la voix de ceux qui sont la voie ?

Gan du yewwi bëy

Comment peut-on envisager la nomination d’un gouvernement de 25 membres, peut-être extensible à 30 et en finir par l’adjonction d’un shadow team gouvernemental l’élargissant à 42 ministres. Cela ne dénoterait-il pas d’un défaut d’autonomie en la personne du président de la république ? D’une contrainte par chantage de ses alliés politiques à récompenser ? Ou pire, d’une perte de souveraineté à l’échelle locale ?

Digé bor la

Comment peut-on envisager la mise sur pied d’une fondation de première dame, dans le sillage de celles précédentes et déjà décriées avec euphorie, urbi et orbi, par des ténors politiques du nouveau régime, pour leur inutilité avérée ? Comment comprendre alors que ces mêmes ténors politiques puissent en si peu de temps, se démettre et s’employer à la mise sur pied de l’entité “ Servir le Sénégal “ si ce n’est pour être dans les bonnes grâces de Madame Sall ?

Et ce, un mois seulement après la prestation de serment du président élu, et la volonté déclarée de ses conseillers d’en finir avec de telles structures. C’est donc dire que s’il ne tenait qu’à Macky Sall et ses ouailles plus jamais une fondation ou un cabinet de première dame ne verraient le jour. Revenir les créer si promptement, avec à l’appui, non pas un personnel technique mais plutôt de gros calibres politiques de la trempe de Moustapha Diakhaté et Alioune Fall ; ne serait-il pas de nature à susciter nos inquiétudes ?

De surcroît en faire une affaire de famille présidentielle, comme en atteste l’intervention claire-obscure de Abou Abel Thiam qui plaide : “ Aubrun est ami à la famille Sall avant que celle-ci n’accède au pouvoir “, (notez son lapsus révélateur : c’est la famille Sall ou Macky Sall qui accède au pouvoir). Cela ne dénoterait-il pas d’un défaut d’autorité du Président de la République et de ses conseillers ? Ou pire, d’une perte de souveraineté à l’échelle locale, via un leadership souterrain au sein de la famille présidentielle ? Les sénégalais ont élu Macky Sall et non sa dame ou sa famille. Et l’avenir nous dira qui fait et défait au plus haut sommet de l’Etat.

Kër gi, kër gi : ku yor yar bi ?

Tous les travers ci-dessus mentionnés sont bien connus de l’aréopage médiatico- politique du président Macky Sall, qui paradoxalement se tait, telle une carpe. Pour quel prix ?

Il s’avère qu’aujourd’hui on assiste à une conspiration du silence de la part de certains acteurs politiques et autres hommes de média dont on ne pourrait un seul instant douter de la sagacité de la réflexion et de la profondeur des analyses. Mais que silence de leur part ! Ne serions-nous en droit de les suspecter de connivence avec le système en place, pour avoir obtenu leur part du gâteau ou en attente de la leur ? Ku êmb sa sangal êmb sa kersa Ô peuple du Sénégal notre souveraineté est-elle sauve ? Tant au plan militarostratégique que politico-économique ?

Qui aime bien châtie bien dit l’adage. Au moment où les stratégies de mise en incubation du Nouveau Type de Sénégalais balbutient et se mettent petit à petit en place, pour la promotion d’une pratique politique basée sur L’ÉTHIQUE et la BONNE GOUVERNANCE ; ne pas alerter ici et maintenant l’opinion publique, ou se complaire dans des propos comme “ laissez le président travailler “ constituent des attitudes de compromission lourdes de dangers. En effet, la recherche d’une concrétude pour ce Nouveau Type de Sénégalais, auquel la majorité des sénégalais a souscrit avec ESPOIR pour alterner l’alternance, relève d’une mission sacerdotale exigeante, à assumer pour le SENEGAL ou à trahir pour des intérêts personnels.

To be or not to be, that is question.

8.Posté par candide le 05/07/2013 17:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un apophtegme (du grec ancien ἀπόφθεγμα / apóphthegma (« précepte, sentence ») est un précepte, une sentence, une parole mémorable ayant valeur de maxime :je ne pense pas que le terme savant que vous employez soit bien à sa place dans la phrase .

L'emploi de mots savants ne constitue pas un argumentaire !

je suis de l'avis de NORO , de KOUKH313 et de Djinné.

Quant à GONE juste une question : "connait-il , de par le vaste monde, un homme politique qui arrivant au pouvoir suprême, ne se comporte, peu ou prou, comme le Pt Sall . Hélas, trois fois hélas." ; Mais très bel exposé qui compense largement l'article haineux et atrabilaire de l'éternel wadiste !

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image