leral.net | S'informer en temps réel

Retrait du projet de loi instituant le ticket présidentiel : Les Assises Nationales saluent la maturation de l’esprit citoyen

Les Assises Nationales, dans une déclaration reçue à la rédaction par courriel, saluent la maturation de l’esprit citoyen au sein des populations sénégalaises et apportent leur soutien à toute mobilisation pour le renforcement de la démocratie dans la paix et la concertation, dans un large esprit de consensus, conformément à la philosophie de sa démarche.


Rédigé par leral.net le Mercredi 6 Juillet 2011 à 01:31 | | 2 commentaire(s)|

Retrait du projet de loi instituant le ticket présidentiel : Les Assises Nationales saluent la maturation de l’esprit citoyen
Le 23 juin 2011, un jalon historique a été posé dans l’évolution de notre pays et dans sa marche vers la plénitude de la démocratie. Les citoyens du Sénégal et de la Diaspora, hommes et femmes, jeunes et adultes, retraités et travailleurs se sont mobilisés en masse pour s’opposer au passage en force à l’assemblée nationale, à travers une procédure d’urgence, d’une réforme constitutionnelle substantielle menée sans consultation du peuple alors que dans son essence elle relève de la seule souveraineté de celui-ci. Ce projet de loi constitutionnelle visait,en effet, en ses articles 2 et 3 à créer un nouveau type de pouvoir à partager entre un président et un vice président désormais élu et à instaurer un système électif inédit où il suffirait de 25% des suffrages exprimés pour que le ticket Président et Vice Président soit élu, ce qui revient à une suppression pure et simple du second tour de l’élection présidentielle et à confier les responsabilités de la nation à ,une petite minorité agissant hors de tout contrôle populaire. . La démarche initiée par les Assises nationales est, quant à elle, fondée sur une analyse de l’évolution du pays depuis l’indépendance et sur une concertation sans exclusive des populations de tous les départements et de la Diaspora. Elle a abouti à l’adoption et à la signature de la Charte de Gouvernance démocratique par toutes les parties prenantes : partis politiques, organisations de la société civile, personnalités diverses. Les signataires de cette Charte se sont engagés unanimement à œuvrer à son application dans leurs positions, démarches et actions de citoyen. Cette Charte vise à instaurer au Sénégal un Etat où règne le Droit et la Justice, où la gouvernance est fondée sur l’éthique et l’équité ; où la démocratie est participative et permet le contrôle de l’action des élus par les citoyens et la concertation entre toutes les parties intéressées sur les orientations politiques, économiques, sociales et culturelles majeures ; les institutions sont séparées, équilibrées et fonctionnelles, les libertés individuelles et collectives garanties ; où enfin, un contrôle systématique porte sur l’utilisation appropriée des deniers et du patrimoine publics. Les Assises Nationales saluent la maturation de l’esprit citoyen au sein des populations sénégalaises et apportent leur soutien à toute mobilisation pour le renforcement de la démocratie dans la paix et la concertation, dans un large esprit de consensus, conformément à la philosophie de sa démarche. Dakar, le 02 juillet 2011 Le Directoire des Assises Nationales



1.Posté par L'Expert le 06/07/2011 13:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

OFFRE EXCEPTIONNELLE, PERSONNALISEE ET POINTUE DE FORMATION SUR LA PLAINIFICATION, LE SUIVI-EVALUATION, LE CONTROLE ET PILOTAGE DE PROJETS A L'AIDE DU LOGICIEL INFORMATIQUE MS PROJECT.
Contact : manaprojet@gmail.com

2.Posté par mad le 06/07/2011 15:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ok.
Mais vous devez vous prononcer et défendre les citoyens que les policiers arrêtent arbitrairement après le 23 et le 27 juin. Si on ne réagit pas, les partisans de Wade vont en profiter pour arrêter des personnes qu'ils soupçonnent et dont ils pensent qu'elles ne sont pas d accord avec le régime.
Si les policiers étaient libres de faire leurs enquêtes, on pourrait comprendre. Mais, non. Ces policiers ne sont pas libres. La hiérarchie est corrompue : la preuve avec les meurtres arbitraires de Malick Bâ et d'audres.
Ensemble, disons non, avant qu'il ne soit tard.
Ne laissons pas les policiers faire. Car, si les partisans de Wade tuent, frappent, ... ces policiers ne bougent pas.
Basta!!!!!!!!!!!!!!

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image