leral.net | S'informer en temps réel

Retraite politique en vue : Moustapha Niasse mijote sa sortie

Il y a une chose rare dans la classe politique sénégalaise, renseigne EnQuête qui indique que le président de l’Assemblée nationales, Moustapha Niasse, a décidé de se mettre en retrait du Secrétariat général de son parti d’ici quelques mois alors que les sympathisants ont célébré le même jour sa rupture avec le Parti socialiste (Ps) et le lancement de l’Alliance des forces du progrès (Afp).


Rédigé par leral.net le Mercredi 17 Juin 2015 à 09:21 | | 4 commentaire(s)|

Retraite politique en vue : Moustapha Niasse mijote sa sortie
Selon plusieurs de ses proches, l’actuelle deuxième personnalité de l’Etat dans l’ordre protocolaire leur a confié son désir de se désengager de la gestion au quotidien de sa formation politique dont il pourrait devenir le président d’honneur. A 76 ans, Moustapha Niasse s’inscrit dans la même dynamique que son mentor en politique, le Président Léopold Sédar Senghor, qui a volontairement quitté le pouvoir à l’âge de 74 ans en 1980. « Il est décidé à franchir le pas », a confié un de ses conseillers qui explique que « la transition », à la tête du parti, pourrait prendre des mois. « La personnalité ou l’équipe qui devrait lui succéder à la tête de l’Afp va faire l’objet d’un consensus le plus large possible car il y va même de la survie de l’Afp quand on connait son charisme et son coefficient personnel auprès des militants d’abord et des Sénégalais ensuite », a-t-il ajouté.

Quid de la présidence de l’Assemblée nationale ? « Se retirer ne signifie pas toujours partir », a répondu notre source. En termes clairs, il est fort probable que ce changement à la tête de l’Afp, si le projet aboutit, ne modifiera pas les alliances au sommet, avec l’Apr du Président Sall en particulier. Il y a quelques mois, Moustapha Niasse, par deux fois Premier ministre (1983 et 2000), trois fois candidat à la présidentielle, avait annoncé qu’il ne briguerait plus la magistrature suprême, portant son choix sur le Président Macky Sall pour cette échéance. Cette décision avait provoqué une levée de boucliers au sein du parti, en particulier de son ancien numéro deux, Malick Gackou, finalement exclu, représentatif de cette importante frange jeune de l’Afp qui ne pouvait se reconnaitre dans cette option. Ils ont récemment fondé le Grand Parti.

Des députés ont inscrit à l’ordre du jour du Parlement, il y a quelques jours, d’abrogation de la loi Sada Ndiaye qui fixe à un an renouvelable le mandat du président de l’Assemblée nationale. Ils entendent le porter à 5 ans.






Hebergeur d'image