leral.net | S'informer en temps réel

Révélation de l’ASRED sur Reubeuss : Le détenu Abou Wade a encore deux balles dans le corps et deux blessés menacent de se suicider

L’association pour le soutien et la réinsertion des détenus (ASRED) a réagi à travers un communiqué, au mouvement d’humeur des détenus blessés lors de la mutinerie de Reubeus. L’association confirme la grève de la faim qu’ils ont entamé hier et revient sur les raisons. Aussi il alerte sur la situation critique de certains d’entre eux.


Rédigé par leral.net le Jeudi 3 Novembre 2016 à 21:56 | | 0 commentaire(s)|

« Les détenus internés au Pavillon spécial, suite à la mutinerie de Rebeuss, ont entamé une grève de la faim depuis le mercredi 02 novembre 2016, à 12 heures. Il s’agit notamment de Amadou DIOP alias Ndiol (Mandat de dépôt le 12/11 /2015), Abou WADE (06 Mai 2014), Amdy Moustapha (13 Mai 201)5, Cheikh DIOP (25/07/2016), Pape Matar DIOP (18/ 05/2016), le mineur Saliou GUEYE (13/07/2016), Famara SANGHARE (04/05/2016) », lit-on dans le communiqué.

Et de poursuivre : « Ils demandent à la Direction de l’administration pénitentiaire (Dap) de remettre leurs dossiers à leurs avocats et leurs juges. Ces derniers exigent la production de ces documents médicaux, prouvant que leur état de santé est incompatible avec la détention et aussi pour pouvoir statuer sur leur demande de liberté provisoire. Ils demandent aussi que le Ministre de la Justice respecte ses engagements tenus lors de sa visite au Pavillon spécial, le samedi 25 septembre dernier ».

Sur l’Etat de santé et le moral des détenus blessés, l’ASRED se montre très préoccupée; et pour cause. « Les mutilés internés au Pavillon spécial veulent obtenir une liberté provisoire, pour raisons médicales, car plusieurs d’entre eux ont raté leurs rendez-vous médicaux. C’est le cas d’Abou WADE qui avait reçu des balles dont deux restent toujours dans le corps, lui occasionnant une infection des pieds. Deux détenus blessés menacent de se suicider si l’autorité tarde à réagir », révèle l’Association.

En outre, l’ASRED se porte en faux contre le nombre de gardes pénitentiaires annoncé. « L’Asred dément l’information selon laquelle 14 gardes pénitentiaires ont été blessés lors de la mutinerie car, aucun hôpital la place n’a reçu de gardes blessés », lit-on dans le communiqué co-signé par le président Ibrahima Sall et le coordonnateur Cheikhou Camara. Ces derniers qui renvoient le ministre de la justice Me Sidiki Kaba dans son cabinet d’avocat, car incapable pour eux, de jouer pleinement son rôle Garde des Sceaux.


Jotay






Hebergeur d'image