leral.net | S'informer en temps réel

Révélations à la la cérémonie de présentation des condoléances : Madické raconte le prisonnier Wade, le refus de Tanor et la colère noire de Diouf


Rédigé par leral.net le Dimanche 5 Juin 2016 à 14:14 | | 14 commentaire(s)|

Révélations à la la cérémonie de présentation des condoléances : Madické raconte le prisonnier Wade, le refus de Tanor et la colère noire de Diouf
C’est lors des événements heureux ou malheureux que les vilains ou beaux secrets surgissent. A l’occasion de la cérémonie de présentation des condoléances chez Me Madické Niang qui a perdu sa mère, de chaudes révélations ont été faites. Me Madické Niang qui magnifiait ses relations avec l’homme d’affaire, Mbackiou Faye a fait une de ses révélations qui fera assurément beaucoup de bruit. Il raconte en effet que lors qu’Abdoulaye Wade a été arrêté par Abdou Diouf et que ce dernier, comme solution décide d’observer une grève de la fin, c’est Mbackiou Faye qui l’a accompagné chez Serigne Saliou Mbacké. « (…) C’est vrai que je suis du Parti socialiste mais je tiens à t’accompagner», m’a dit Mbackiou Faye. C’est ainsi, poursuit-il sa narration, «que nous sommes partis au petit matin dans ma voiture ; parce que le marabout nous disait toujours que si vous avez besoin de moi, il faut toujours venir avant tout le monde».

Ce jour, raconte toujours Me Madické Niang, «quand nous avons expliqué à Serigne Saliou l’arrestation d’Abdoulaye Wade, le marabout était tellement en colère qu’il est subitement devenu plus noir. Ce n’était pas le même Serigne Saliou. Il nous a dit que l’arrestation de Wade lui fait mal, très mal. Mais aussitôt, il nous fit savoir que ce problème était réglé. C’était un samedi !», dit-il

«Le lundi, alors que nous étions à Dakar, il envoie Serigne Moustapha Saliou rendre visite à Me Wade. Serigne Moustapha Saliou avait dans ses bagages du café, du thé et du sucre. Alors que Serigne Moustapha Saliou attendait tranquillement dans un coin pour voir Wade, je suis revenu du Tribunal avec la libération d’Abdoulaye Wade entre les mains. (…) C’est Tanor qui m’a raconté de sa bouche, que ce jour, c’est Diouf lui-même qui l’a trouvé dans son bureau pour lui dire : «je veux que Wade soit libéré avant 13h». Et Tanor de répondre : «Mais M. le président, je croyais qu’avant de relâcher une personne, il faut que la procédure soit bouclée. Que son avocat introduise au moins une demande de liberté provisoire». Diouf sur un ton ferme de lui dire que ce n’est pas son problème. En tout cas, il veut qu’avant 13h, Wade soit libéré.



Madou Mbodj (Jotay.net)






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image