Leral.net | S'informer en temps réel



Russie: le président tchétchène propose un "régiment spécial" contre l'Occident

le 29 Décembre 2014 à 02:00 | Lu 246 fois

Russie: le président tchétchène propose un "régiment spécial" contre l'Occident
Le président tchétchène Ramzan Kadyrov a proposé dimanche à Vladimir Poutine un "régiment spécial" issu de cette république du Caucase russe pour défendre la Russie contre les visées des Occidentaux.
"Nous sommes l'infanterie de Vladimir Poutine, il faut que tout le monde le sache", a déclaré M. Kadyrov, devant quelque 20.000 membres des forces de l'ordre tchétchènes, en camouflage et armés, qui se sont réunis dans un grand stade à Grozny, la capitale tchétchène, selon les images de la télévision russe.
"Cela fait 15 ans que Poutine aide notre peuple ! Maintenant nous aussi, nous demandons au leader national russe de nous considérer comme son régiment spécial de volontaires, prêts à défendre la Russie, sa stabilité et ses frontières", a-t-il lancé.
"L'Amérique et l'Europe ont déclenché une guerre économique contre la Russie et tentent de provoquer le chaos, la panique et des troubles de masse dans le pays", a-t-il indiqué.
Mais "le peuple russe s'est uni autour de son dirigeant" et "le peuple tchétchène occupe l'une des places centrales au sein de cette unité", a souligné M. Kadyrov.
Fin mai, la presse ukrainienne avait affirmé que des centaines de Tchétchènes combattaient au côté des séparatistes prorusses contre les forces régulières ukrainiennes. M. Kadyrov avait nié l'implication de forces régulières tchétchènes, mais avait admis que des volontaires originaires de la république, dont il évaluait le nombre à 14, se trouvaient en Ukraine.
En novembre, il a également indiqué que des appelés tchétchènes effectueraient leur service militaire au sein de la base navale russe à Sébastopol, dans la péninsule ukrainienne de Crimée rattachée en mars à la Russie.
Théâtre de deux interventions meurtrières de l'armée russe dans les années 1990 puis au début des années 2000, face à une rébellion d'abord séparatiste et qui s'était progressivement islamisée, la Tchétchénie est dirigée d'une main de fer par Ramzan Kadyrov, avec l'appui du Kremlin.