Leral.net | S'informer en temps réel

SAISINE DU PREMIER CABINET PAR LE PARQUET GENERAL DANS L’AFFAIRE MASSAMBA SECK Le doyen des juges « fouille » la police espagnole, avant Massamba Seck, il y avait Landing Sonko

Rédigé par leral .net le 25 Juin 2009 à 16:52 | Lu 799 fois



L’affaire Massamba Seck, du nom de ce Sénégalais victime de barbarie en Espagne est depuis hier entre les mains du doyen des juges, Mahwa Sémou Diouf. Le parquet général qui a ouvert une information judiciaire a transmis des réquisitions au premier cabinet pour lui demander d’identifier les policiers espagnols épinglés par la vidéo du scandale. Cette affaire intervient alors qu’une autre, beaucoup plus grave, est toujours en cours en Espagne après une plainte déposée par le Comité espagnol d’aide aux Réfugies. Trois gendarmes Espagnols ont crevé la bouée de sauvetage d’un clandestin sénégalais intercepté en pleine mer. Landing Sonko, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a été enterré dans le plus grand mépris à Sebta, loin de son pays.


SAISINE DU PREMIER CABINET PAR LE PARQUET GENERAL DANS L’AFFAIRE MASSAMBA SECK Le doyen des juges « fouille » la police espagnole, avant Massamba Seck, il y avait Landing Sonko
Le ridicule démenti de l’ambassadeur d’Espagne au Sénégal n’y a rien fait. Au contraire, depuis hier, les autorités sénégalaises sont passées à la vitesse supérieure dans l’affaire Massamba Seck, du nom de ce Sénégalais lâchement torturé par des policiers espagnols. Selon des sources très sûres, le parquet général a transmis hier le dossier au doyen des juges, Mahwa Sémou Diouf. Dans ses réquisitions communiquées au premier cabinet qui va gérer le dossier, Mandiogou Ndiaye demande, entre autres, au doyen des juges de mettre en œuvre les moyens pour identifier les policiers espagnols épinglés par la vidéo prise par le comédien sénégalais, Lamine Mbengue. Des sources judiciaires renseignent qu’à la suite de cette réquisition du ministère public, le doyen des juges devrait passer par une commission rogatoire pour mener une enquête en Espagne, ou même demander l’assistance de la police des polices. En attendant l’issue de cette instruction commencée hier par le premier cabinet, le Sénégal a d’ores et déjà mis en branle la machine diplomatique pour garantir la protection de Lamine Mbengue qui a discrètement filmé le scandale alors qu’il se trouvait à l’aéroport de Madrid. Ce dernier constitue d’ailleurs le seul témoin identifié de cet acte barbare dont a été victime notre compatriote.

Une autre Sénégalais, Landing Sonko, tué par trois gendarmes Espagnols

Pourtant, ce n’est pas la première fois qu’un immigré sénégalais est victime de barbarie en Espagne. Comme le confirmera sans doute l’ambassade d’Espagne au Sénégal, trois gendarmes espagnols sont visés par la justice de leur pays pour une affaire d’homicide du Sénégalais du nom de Landing Sonko, âgé de 29 ans et originaire de Samboulandian. Ce dernier a été enterré loin de chez lui à Sebta après une mort douloureuse. Les faits, qui sont passés inaperçus au Sénégal, remontent à la nuit 27 septembre 2007. L’embarcation des trois agents mis en cause avait intercepté en mer quatre immigrés sub-sahariens, dont une femme, qui tentaient de joindre Sebta, à la nage. Selon l’acte d’accusation, les quatre Africains ont été menottés et ramenés à bord de l’embarcation vers les eaux marocaines. Mais avant d’être jetés à l’eau, leurs bouées de sauvetage ont été « crevées » à coups de couteau par les gendarmes espagnols. Le Sénégalais qui a perdu la vie a commencé tout de suite à crier à l’aide, disant qu’il ne savait pas nager. Mais les gendarmes n’ont pas pris les choses au sérieux et ont commencé à rigoler, selon l’acte d’accusation. Un agent a fini par se rendre compte de la réalité du drame et a plongé pour le sortir de l’eau, mais il était déjà trop tard. Les secours, arrivés une heure plus tard sur la plage de Sebta, ont tenté en vain de le réanimer. Le jeune Sénégalais était bien mort. La victime identifiée sous le nom de Landing Sonko, né il y a 29 ans à Samboulandian a été enterré à Sebta. Il avait une soeur, un beau-frère et un cousin qui l’attendaient en Espagne, où ils résident légalement. Les trois autres immigrés victimes de cette tragique expédition, un ressortissant de Côte d’Ivoire, un homme et une femme de nationalité camerounaise, ont souffert, de leur côté, d’hypothermie, de meurtrissures et de diverses blessures du fait des mauvais traitements infligés cette nuit. Grâce à leurs témoignages, le Comité espagnol d’aide aux Réfugies a pu alerter la justice qui a finalement accepté la plainte.

Cheikh Mbacké GUISSE l'AS


1.Posté par mass le 25/06/2009 23:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

merci a leral.com faut que les journaliste fait ce que devait faire l'etat meme si l'etat essaye de faire qlq effort c'est grace a la donociation des journaliste, c'est la dignité merci encore

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site