leral.net | S'informer en temps réel

SECTEUR DE L’ENERGIE : «Notre pays reste fortement préoccupé par les délestages récurrents et par la cherté de l’électricité»

Le gouvernement a engagé la restructuration de la Senelec dont l’évolution institutionnelle sera finalisée «d’ici la fin du premier semestre 2010», a annoncé, jeudi à Dakar, le Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye.


Rédigé par leral.net le Vendredi 24 Juillet 2009 à 11:56 | | 0 commentaire(s)|

SECTEUR DE L’ENERGIE : «Notre pays reste fortement préoccupé par les délestages récurrents et par la cherté de l’électricité»
Au total, 22 milliards de francs CFA d’économie de charge sont attendus du processus de restructuration interne de la Senelec, société détenant le monopole de la distribution de l’énergie électrique au Sénégal, a-t-il soutenu à l’occasion de sa Déclaration de politique générale prononcée devant les députés.

De même, «pour apporter une réponse durable aux problèmes d’énergie, l’Etat a décidé de mettre en œuvre d’ici 2012 un programme d’investissement de plus de cinq cent vingt milliards de francs Cfa avec une forte implication du secteur privé», a déclaré le chef du gouvernement sénégalais.
«Nous avons aujourd’hui deux préoccupations essentielles, a-t-il affirmé : rendre l’électricité disponible en milieu rural et assurer l’approvisionnement correct en gaz butane de tout le pays à des prix accessibles».

«En dépit d’une hausse de 65% de l’offre entre 2003 et 2007, notre pays reste fortement préoccupé par les délestages récurrents et par la cherté de l’électricité», a dit Me Souleymane Ndéné Ndiaye, en soulignant que «le retard d’investissements de plusieurs décennies et l’obsolescence des équipements» constituent «un lourd handicap» qui sont en train d’être surmontés.

Il a annoncé la mise en place de la centrale de charbon de deux fois 125 mégawatts de Sendou, «avec la livraison de la première tranche en 2010 et de la seconde en 2011», ce qui fera passer «la puissance exploitable» de 630 mégawatts en 2010 et à 764 mégawatts en 2011, «garantissant une couverture de la demande».

«Les économies attendues de l’exploitation de la centrale de charbon, estimés à près de 70 milliards de francs Cfa par année, seront répercutées sur les consommateurs qui verront leurs factures d’électricité réduites», a-t-il promis.

Dans le même temps, a indiqué le chef du gouvernement, des projets d’énergies renouvelables seront initiés d’ici 2012 avec des centrales solaires, éoliennes, à la biomasse et au biocarburant. Il a rappelé à cet effet que la facture pétrolière du Sénégal a été multipliée par trois, passant de 217 milliards de francs Cfa en 2003 à plus de 600 milliards de francs Cfa en 2008.

S’agissant de l’électrification rurale, Souleymane Ndéné Ndiaye a dit que le «programme d’urgence» engagé en 2008 par les pouvoirs publics se poursuivra avec l’objectif d’un taux d’électrification rurale de 50% en 2012.






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image