leral.net | S'informer en temps réel

SEDHIOU : DES FACTURES D’ELECTRICITE DE PRES DE DEUX MILLIONS A MADINA WANDIFA : Les consommateurs crient au scandale

Les abonnés de la société nationale de fourniture du courant électrique domiciliés à Madina Wandifa n’en croient toujours à leurs yeux posés sur les factures que leur a distribuées la SENELEC. Ils sont en effet une bonne quinzaine de chef de ménage a avoir reçu une facture se situant entre 600.000F et deux millions CFA. Ils clament leur innocence pour n’avoir « jamais eu d’impayées » et menacent d’organiser une marche suivie d’une plainte. La SENELEC les accusent de complicité avec les membres du GIE chargés de la relève et engage la phase contentieuse.


Rédigé par leral.net le Vendredi 13 Août 2010 à 02:45 | | 0 commentaire(s)|

SEDHIOU : DES FACTURES D’ELECTRICITE DE PRES DE DEUX MILLIONS A MADINA WANDIFA : Les consommateurs crient au scandale
Ce sont des factures d’électricité dont les montants varient entre 600.000F et un peu moins de deux millions de francs CFA distribués à une quinzaine de consommateurs à usage domestique dans la nouvelle commune de MAdina Wandifa. Sur ces factures, c’est une consommation de soixante jours qui est indiquée entre le 03 octobre et le 02 décembre 2009. Les bons de coupure suivis du retrait des compteurs ont profondément irrité les consommateurs qui crient au scandale « d’abord je n’ai jamais eu d’impayées avec la SENELEC et un bon jour, on me balance une facture de 1.884.950F pour une période de 61 jours mentionnée sur la facture alors que je ne dispose que de cinq ampoules et d’un congélateur. Je trouve cela aberrant et scandaleux » se plaint Mamadou Moctar Diallo un septuagénaire. Et d’ajouter « j’ai pris de l’âge et ce sont mes épouses qui se servaient du congélateur pour vendre du frais et subvenir aux besoins de la famille, le moulin que j’avais a été coupé d’électricité depuis l’an dernier ».

Mohamed Lamine Ab Taleb lui brandit une facture de 1.048.410F de 60 jours de consommations dit –il. Dans une autre rue de la ville, la dame Mariama Doumbouya exhibe aussi sa facture, le visage amer « ce n’est pas du tout acceptable, moi je n’ai jamais payé plus de 50.000F et cela se comprend car je n’ai que juste deux frigos, neuf ampoules et un poste téléviseur sans impayées ».

Au bureau de la SENELEC de Sédhiou, l’on fait remarquer que « ce sont les membres du groupement d’intérêt économique commis pour la relève des compteurs qui prenaient moins que l’ indexe normale de facturation, et le tort est porté par le consommateur qui, selon toujours l’agent de la société, pourrait être de mèche avec celui chargé de la relève. De leur côté, les consommateurs refusent d’être l’âge du sacrifice et demandent que la SENELEC reconsidère sa position « où se situe notre responsabilité dans une affaire de compteur mal relevé. Si la SENELEC s’engage à commettre un agent sur le terrain, elle doit assumer dans le même temps la responsabilité des défaillances qui adviendraient de la part de cet agent ; mais comment vouloir à tout prix nous faire porter ce chapeau.C’est de l’abus, de l’injustice manifeste » , rétorquent les consommateurs.

Gora Lô le chef du bureau de Sédhiou a indiqué que pour le cas de Mariama qu’il a lui-même contrôlé, dit s’être rendu compte que celle-ci avait un abonnement professionnel (PP) avec trois congélateurs entre autres équipements de commerce. « les relèves étaient estimées en deca de la norme et quand on s’est rendu compte de cela on a appliqué la taxation normale de façon rétroactive » explique –t-il avant d’ajouter que « ces abonnés ont accepté le principe des moratoires qu’ils n’avaient pas ensuite respecté et voilà pourquoi on a repris les compteurs. Déjà, la phase contentieuse est entamée pour le paiement de ces factures ».

Les clients quant à eux promettent d’organiser dans les tout prochains jours une marche suivie d’une plainte contre la SENELEC « nous allons marcher et porter plainte contre la SENELEC pour dénoncer cette escroquerie. Cette boîte est en faillite et cherche à s’enrichir sur le dos de pauvres consommateurs que nous sommes. C’est pour cette raison que nous interpellons les organisations des droits de l’homme à nous aider à sortir le bec de l’huile morte de la SENELEC. Nous sommes fatigués, agacés et intimidés à longueur de journée. C’est même de l’humiliation sous les yeux de nos voisins » s’indignent ces consommateurs. Une affaire à suivre.


Sudonline.Sn






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image