leral.net | S'informer en temps réel

SEDHIOU-ECHANGES DE TIRS ENTRE L’ARMEE ET DES ELEMENTS DU MFDC A SARE KOUNDIANG Les six villages déplacés exigent l’ouverture d’un poste militaire

Le regain de la violence dans le sud du pays a atteint les villages de la communauté rurale de Niagha dans la région de Sédhiou non loin de la frontière avec la Guinée Bissau. A Saré koundiang, des échanges de coups de feu entre l’armée et les éléments du Mouvement des Forces démocratiques de Casamance ont perturbé la quiétude de la soirée du vendredi 04 septembre dernier.


Rédigé par leral.net le Lundi 7 Septembre 2009 à 11:56 | | 0 commentaire(s)|

SEDHIOU-ECHANGES DE TIRS ENTRE L’ARMEE ET DES ELEMENTS DU MFDC A SARE KOUNDIANG  Les six villages déplacés exigent l’ouverture d’un poste militaire
Paniquées des pilonnages de roquettes, les populations de six villages ont pris le chemin de l’exil. Elles exigent l’ouverture d’un poste militaire à Sinthiang Diassy.

Des éléments armés dont on ignore le nombre et supposés appartenir au Mouvement des Forces démocratiques de Casamance (Mfdc) ont pilonné vendredi passé, la position militaire de Saré Koundiang par des tirs de roquettes. Ce village se situe dans la communauté rurale de Niagha, non loin de la frontière avec la Guinée Bissau. Selon nos sources, ces tirs n’ont pas fait de victime et les auteurs se seraient très vite fondus dans la nature. S’agit-il de simples passants ou des individus investis d’une quelconque mission ? Mystère. Mais des interrogations demeurent tout de même. Pourquoi prendre pour cible la base militaire de Saré koundiang ? D’où provient cet arsenal de guerre ? Et par où sont-ils passés ?

Ce qui ne fait plus de doute par contre, c’est que cette zone de Niagha est en proie à des actes de violence depuis plus d’une décennie. On se rappelle encore de l’assassinat en 1999 du directeur de l’école élémentaire de la localité après que les militaires aient été tenus en respect dans leurs positions au sol.

Ces derniers échanges de tirs ont provoqué un déplacement spontané et massif des populations de six villages de la communauté rurale de Niagha. Il s’agit de Saré Koundiang, Saré Dembany, Saré lao, Saré Saré Bouya, Santandiang Yoba et Saré Mamady Mané tous essentiellement habités de peulhs.

Dans le plus grand désordre exacerbé par la brutalité du départ, ces déplacés ont pour la plupart trouvé refuge à Dialaba, Saré Niako et Sabary dans la communauté rurale de Tankanto Escale dans la région de Kolda, renseigne une source bien au fait de leurs mouvements.

Le lendemain samedi, le président du conseil rural de Niagha a fait le tour des localités pour s’enquérir de la situation sur le terrain. Yoro M’ballo a toutefois exhorté ces populations à retourner dans leurs foyers d’origine et reprendre, dit-il, le contrôle de leurs biens abandonnés dans la nature.

Celles de Saré Koundiang, théâtre des opérations vendredi, ont rejeté la proposition ; d’autres par contre, fixent comme préalable, l’ouverture d’un poste militaire à Sinthiang Diassy. « C’est la principale porte d’entrée des bandits et des éléments du MFDC dans la zone. Il y’a aussi dans ce village un puits alimentaire qui est très sollicité. Vraiment nous exigeons la sécurité comme tous les Sénégalais. Nous souffrons de vols de bétail et de toutes autres formes de violence », a dit un homme sous le couvert de l’anonymat.

Cette situation intervient au moment où les cultures connaissent une très bonne levée végétative mais sans doute que ce départ des villageois va compromettre les productions à la merci des animaux en divagation.






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image