Leral.net | S'informer en temps réel



SÉNÉGAL, 1939-1940 : LES TIRAILLEURS SÉNÉGALAIS VICTIMES DE CRIMES DE GUERRE RESTÉS IMPUNIS

Rédigé par leral .net le 18 Juin 2010 à 14:21 | Lu 1088 fois

En France, la nation s'apprête à célébrer les 70 ans de l'appel du 18 juin du général de Gaulle, point de départ de la résistance française face au nazisme. La veille, le 17 juin 1940, date bien moins glorieuse, le maréchal Pétain, «le coeur serré», demandait dans un discours radiodiffusé que les combats cessent. L'armistice sera signé le 22 juin. Cet anniversaire est l'occasion de rappeler les crimes de guerre dont ont été victimes les tirailleurs sénégalais, crimes commis par l 'armée allemande.Le 17 juin 1940, la France capitule face à l'Allemagne nazie. Une défaite sans précédent dans l'histoire. Pourtant, les soldats français se sont battus avec acharnement. 70 000 hommes sont morts au combat dont 5 000 tirailleurs sénégalais froidement exécutés par les Allemands au seul motif qu'ils étaient noirs. Christophe Dutrône, historien, apporte son éclairage sur cette période : « C’est indiscutablement la conséquence de la propagande du Reich et c’est aussi la conséquence d’une propagande diffusée durant la première guerre mondiale pour montrer le tirailleur comme particulièrement sauvage, particulièrement cruel. Et on opposait la civilisation européenne à la barbarie africaine ».


SÉNÉGAL, 1939-1940 : LES TIRAILLEURS SÉNÉGALAIS VICTIMES DE CRIMES DE GUERRE RESTÉS IMPUNIS
Modifier

Les tirailleurs sénégalais sont engagés dans toutes les grandes batailles de la campagne de France, sur la ligne « Weygand », sur la Marne, sur la Loire. A chaque fois, ils font preuve d'une très grande combativité. Christophe Dutrône précise : « Très souvent, les tirailleurs vont opposer une résistance farouche lors des combats et faire subir aux Allemands des pertes sensibles... et ça, les Allemands ne le supportent pas. Donc, très souvent, à la fin d’un combat, lorsque les Français sont contraints de se rendre, les Africains sont séparés de leurs cadres européens. Et très souvent, les Africains sont ...exécutés. Il y a aussi des cas où tout bonnement, sans aucune raison, dans une colonne de prisonniers qui remonte vers l’Allemagne, un Allemand sort du rang, prend son pistolet et abat un tirailleur. Donc ce ne sont pas des crimes organisés. Ce sont des crimes spontanés et qui sont la conséquence d’une propagande raciale développée par le Reich ».

Ainsi, le 10 juin 1940 dans l'Oise, 150 soldats des troupes d'Afrique sont assassinés ainsi que huit de leurs officiers qui ont osé s'interposer. La paix revenue, aucune cour de justice n’a jugé ces crimes de guerre.

© Source : RFI