leral.net | S'informer en temps réel

SENEGAL : GRAND’ HEURE DE LA WADISMEDIOCRATIE

L’EMPEREUR WADE-LE –GRAND !
Il s’appelle Ablaye et nous disons bien Ablaye .Il est né dans l’ex-grande Capitale de l’Afrique Occidentale Française (A.O.F), Saint-Louis du Sénégal. Et vers 1926, nous dit- on.Il un des deux plus Grands opposants historiques que l’Afrique – Mère n’ait jamais connus.


Rédigé par leral.net le Lundi 2 Novembre 2009 à 01:26 | | 8 commentaire(s)|

Il a crée sa propre formation politique, le Parti Démocratique Sénégalais (PDS) vers les années mémorables de 70 (en 1974). Après 26 ans de lutte âpres rythmés de grandes enjambées sur la route de la victoire, ce ne fut qu’en Mars 2000, et plus précisément le 19 que le plus grand Diplômé de tous les temps, l’Economiste de la trempe d’un Adam Smith, l’Avocat bref, l’homme au Bac + 26 accéda à la Grande Magistrature, si vous voulez, à la Magistrature Suprême du Sénégal.19 Mars, une grande et fatidique date dans l’agenda historico-politique du pays des grands hommes comme Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, EL Hadji Oumar Tall, EL Hadji Malick Sy, Mame Limamou Laye, El Hadji Ibrahim Niasse etc. Disons – le en toute franchise! Son accession au pouvoir été rendue possible par la contribution des grands partis d’opposition de l’époque. Le Sénégal intégra alors le peloton très restreint des Grandes Démocraties du monde. Wade -Le- Grand est attendu comme le Messie, ce grand Sauveur qui abrégera nos souffrances de grand empan. Rien de tout cela car il s’entête à emprunter le chemin digne des Bokassa et autres Dada ! Il laisse entendre en permanence et avec une grandiloquence inouïe : « Je suis la seule constante ». Wade – Le – Grand veut bâtir un Empire où il régnera en grand Maître, en Maître absolu. Il usera des intrigues pour esseuler les vrais acteurs de ce moment historique qu’est l’Alternance. « Presque toujours en politique, les résultats sont contraires à la prévision », Chateaubriand, cette sommité des Lettres françaises avait bien raison. Les Moustapha Niasse, Amath Dansokho, Abdoulaye Bathily, Madior Diouf, piliers incontournables de l’Alternance au Sénégal sont tous chassés du paquebot comme des malpropres. Le citoyen sénégalais semble retourner à ses propres vomissements car le « Vieux » reste environné d’une engeance composée de grands vautours – pilleurs insatiables qui ont fini par décharner la carcasse du Sénégal. Tous des chenapans ! Tous des malhonnêtes ! Tous des bonimenteurs d’utopie ! Ils plaident tous pour la détresse du peuple, pourtant souverain.

Le règne de Wade – Le – Grand est aussi celui des grands scandales. En 2004 déjà, son second et ancien Premier ministre était accusé de détournements pourtant sur 19 Milliards des 47 Milliards FCFA dégagés pour l’exécution des fameux chantiers de Thiès. Une affaire de "Grand Bandits", révélait honteusement Idrissa Seck. Ce dernier continue de délecter son impunité sur fond de deal où le seul perdant reste nous autres badolos. La crise universitaire, le front syndical toujours en ébullition, les ICS, le DPWorld , le Fonds Taïwanais, le Plan Jaxaay, la mauvaise gestion de l’ANOCI, les dépassements budgétaires à coups de Milliards, les achats de conscience, la Goana, les institutions budgétivores ( Conseil Economique et Social, le Sénat, la Vice -Présidence ). On ne saurait terminer cette série noire sans évoquer l’Affaire Segura qui demeure une grosse meurtrissure sur le visage de la démocratie sénégalaise sans oublier celle de la mallette subtilisée par les proches de Wade – Le - Grand. Les voyages à jet privé répétitifs, les vacances princières qui nous coûtent la peau des fesses.

Le grand Sauveur tant attendu au début du siècle s’est mu subitement en un naufrageur patenté du peuple.2012, c’est demain. Cessons alors de croire au Père Noël !

Ibrahima Ngom Damel,

Journaliste- écrivain

Tél : 77 728 40 52

Email : yboupenda@yahoo.fr







1.Posté par La conscience le 02/11/2009 02:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Frère d'arme pour le salut de la patrie en danger: laisse notre bourreau à tous attraper ceci, en complément de ce que vous venez de dire au nom du peuple: suivez la réponse que nous avons donnée à la proposition de la candidature unique de l'opposition, telle sur souhaitée par le brave citoyen Danfakha.

Cher M. Tamba Danfakha

Je ne suis pas politicien comme vous, mais j'aime profondément le Sénégal. Je n'irai pas, non plus, jusqu'à parler à visage découvert. Pas parce que ce je vais dire soit mauvais, mais simplement du fait que sous le nom « La Conscience » je suis de tous les combats justes.

Je ne vous connais pas et j'ignore pourquoi vous avez si profondément réfléchi, pour écrire ce texte qui, j'en suis sûr, vous a pris assez de votre temps, tellement je le trouve pertinent et détonnant de vérité. J'avoue au passage, que j'aurais bien voulu et tout autant, raisonner comme vous le faites si habilement, en démontrant toutes ces évidences de cette manière mathématique, que je n'aurais jamais réussi à faire comme vous. Mon intervention n'aura donc que deux modestes buts essentiels à viser et qui sait, à atteindre, pourquoi pas ?

Le premier sera de saluer votre justesse de vue, sans oublier de m'incliner sagement, pour louer comme il le faut la profondeur de vos connaissances en politique, voire en histoire politique et autres.

Mon second point de vue tout aussi prétentieux que le premier, sera axé sur mon envi de vous dire mon embarras, quant au choix de M. Moustapha Niasse tel que vous le dites, comme unique candidat de l'opposition en 2012. Pour tout dire, contrairement à vous je connais en bien M. Niasse, même si je ne l'ai jamais rencontré. Je me souviens qu'il y a une quinzaine d’années, il a pris en charge (en tout) un orphelin de Ziguinchor, qui était à ma charge et a interdit de dire qu'il était de près ou de loin mêlé à cette prise en charge totale de l'enfant déshérité.

A mon humble avis, cette parenthèse fermée, la seule petite excuse qu'un homme
honnête pourrait avoir pour ne pas chanter à haute voix cette belle unanimité que vous avez ainsi suscitée de vos éloquents propos, c'est le critère de l'âge de cet homme connu et reconnu par tous, comme un sage bourré de talents et de générosité. Pour cela, je n'ai pas besoin de la craie blanche pour aller au tableau noir démontrer que l'exemple de Wade est encore vivace dans nos esprits, pour que nous évitions autant que faire se peut, de tomber une fois de plus dans la même tentation de croire que le nombre de cheveux blancs sur la tête d'un homme, détermine le degré de sa compétence et de sa sagesse…et que dire d’une tête où ne pousse aucun cheveu ? Même si à l'heure actuelle les Nations Unies continuent de lui confier des missions délicates de par le monde, je crois que notre cher Moustapha est trop âgé pour laver le Sénégal de toutes ces souillures dans lesquelles le régime de Wade l’a plongé jusqu’au cou. Je crois très sincèrement, que le critère de l'âge mérite que nous y réfléchissions à deux fois désormais, avant de choisir à la suite l'un de l'autre, un octogénaire pour lui confier les pouvoirs dans ce pays malade de la mal gouvernance. Au regard de ce qui nous est arrivé avec l'élection de Wade, il faudrait qu'on s'y résigne, car le Sénégal ne pourra plus se relever, de sa chute provoquée par le régime de Wade, si le suivant Président de ce pays n'était pas plus habile, plus actif dans le bon sens, plus avisé et partant plus motivé à ne servir que la cause du Sénégal et non la sienne, comme le président Wade qui s'est plus occupé des siens que du peuple. Toutefois, je comprends votre raisonnement et je supporte comme vous, que la chance soit donnée à Moustapha Niasse connu pour son intégrité morale certes, mais à condition qu'il s'entoure - et ceci pour un seul mandat - des talents nouveaux, jeunes et vigoureux, désintéressés et dévoués à la nation, talents et compétences qui heureusement ne manquent pas à Bennoo.

Et puis, en Afrique, il nous a toujours été enseigné d'écouter nos vieillards qui sont
comme le disait de son vivant fort justement le sage Hampaté Ba. Du coup, il me prend l'envi de proposer à notre analyse commune, que Moustapha Niasse soutienne de son aura que vous avez si bien décrite, de ses moyens financiers et de ses relations nationales et internationales, un jeune, avec qui il pourra ensuite travailler à l’issue de la victoire en 2012, mais comme conseiller principal, c’est-à-dire une sorte de "parrain" mais non "mafieux" comme dans le cas actuel du règne PDS....pourquoi pas ?

Ceci m'emmène à ma conclusion qui est aussi la vôtre. Ne donner aucun prétexte à ce maudit régime, de continuer à se nourrir du sang de notre peuple. Pour ce faire, la seule logique acceptable doit être celle de l'unité de l'opposition et là encore, je vous rejoins volontiers. Toutefois, la seule différence qui reste entre nos deux arguments développés ici, est que je crois très sincèrement comme vous d’ailleurs, que les leaders de l'opposition, tous les leaders tant qu'ils sont, savent que le peuple ne leur pardonnera jamais, si jamais par leurs querelles, ils rataient l'occasion en or qui leur est ainsi donnée, de bouter Wade hors de ce pays martyrisé par son incompétence et sa gabegie Quant à la diversité des partis qui composent le Bennoo, ne nous aventurons pas à fouiller dans le passé de qui que se soit, car si l’on y regarde de près, tous ou presque, sont coupables d’avoir un jour appartenu au PS, dont Moustapha Niasse mieux que beaucoup d’entre les leaders actuels de l’opposition.

2.Posté par abdoul le 02/11/2009 10:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Votre article traduit la realite du pays et celle de wade .Vous n'avez rien invente',mais vous avez dit vrai .Merci monsieur le journaliste.

3.Posté par matar khakly le 02/11/2009 12:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bonjour
je trouve que l'article et pertinent Mr le journaliste mais comme disait leopol senghor lors d'une capagne electoral (bopou bou antanoule karaw mounoule antane rew) nice atricle.

4.Posté par matar khakly le 02/11/2009 12:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je trouve que l'article et pertinent Mr le journaliste mais comme disait leopol senghor lors d'une campagne electoral (bopou bou antanoule karaw mounoula antane rew) nice article

5.Posté par diangat le 02/11/2009 20:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

non monsieur ..un damel n"a pas besoin de ce langage à la limite orduriére pour donner son point de vue ......élevez le débat et soyez plus convaincant

6.Posté par citoyen le 03/11/2009 02:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

merci pour votre courage damel ce vieux fou doit quitter

7.Posté par ahmed le 03/11/2009 13:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A diangat,si le langage est ordurier c'est surement par ce que les faits le sont aussi car ce langage n'a fait que traduire les faits.Vous ne trouvez pas?

8.Posté par BELEUP le 03/11/2009 13:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La crise universitaire,
le front syndical toujours en ébullition,
les ICS,
le DPWorld ,
le Fonds Taïwanais,
le Plan Jaxaay,
l’ANOCI,
les dépassements budgétaires à coups de Milliards, les achats de conscience, la Goana,
les institutions budgétivores ( Conseil Economique et Social, le Sénat, la Vice -Présidence ).
Les réparations de l'avion présidentiel
les Agences "en veux-tu-en-voila"
Seguragate
Les terres de l'Aéroport (ASECNA)
L'histoire rocambolesque du "Corbeau" exfiltré du Sénégal et qui se la coule douce aux USA après Londres,
Les marteaux de Talla Sylla
Maître Séye
Les bateaux de drogue sur la Petite côte
Les sacrifices humains
Monument de la renaissance Wadienne (15 Milliards)

Le sénégalais accepte trop !! Les marabouts corrompus à coups de milliards, l'armée aussi. La diaspora est notre seul recours!!!!

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image