leral.net | S'informer en temps réel

SENGHOR PRESIDENT DE LA FEDERATION SENEGALAISE DE FOOTBALL : Maître, au travail maintenant !

D’aucuns le présentaient comme le «candidat du Cnf», d’autres comme celui de l’Etat, au moment où le mouvement associatif se réclamait de ce «fils du sport» qui, en dehors de ses études en Droit, n’a jamais eu d’autre préoccupation que le développement sportif de l’île de Gorée et, bien sûr, le rayonnement de l’entreprise familiale qu’il gère avec ses frères.


Rédigé par leral.net le Lundi 31 Août 2009 à 13:13 | | 1 commentaire(s)|

SENGHOR PRESIDENT DE LA FEDERATION SENEGALAISE DE FOOTBALL : Maître, au travail maintenant !
Depuis hier, dimanche 30 août 2009, l’avocat Augustin Senghor a ajouté une nouvelle corde à son arc, pour ne pas dire un nouveau sacerdoce à sa mission : celle de conduire les destinées du football sénégalais. Son élection est l’aboutissement d’un long processus, enclenché depuis la piètre prestation des «Lions» à la Can 2008, avec la création du Cadre de Concertation des présidents de clubs (Ccpc).

L’élection de Me Augustin Senghor à la tête de la Fédération sénégalaise de football (Fsf) est une victoire du mouvement associatif, dont il est un pur produit. D’abord président de l’Asc Coumba Castel de Gorée, le jeune avocat, après une brillante saison Navétanes, au moment où le basket goréen naviguait dans des eaux troubles, est allé voir le juge Youssoupha Ndiaye, alors président du l’Us Gorée, pour lui demander que la gestion de la section de basket soit confiée à l’Asc Coumba Castel. Une demande à laquelle accéda le président Ndiaye.

Dès sa première année de gestion, Me Senghor ramène l’équipe masculine, longtemps abonnée aux rencontres matinales de la D2, parmi l’élite du basket national. L’année suivante, Gorée dispute les play-offs et perd la finale de la Coupe nationale. Enfin, pour son troisième exercice, il porte l’Us Gorée au sommet du basket national en remportant le titre de champion du Sénégal. Ces résultats, il les doit bien sûr à toute une équipe, mais surtout à la dévotion de son frère et entraîneur, Léopold Germain Senghor, par ailleurs ancien joueur du club.

Au même moment, les mauvais résultats s’accumulaient au niveau du football. Et tout le monde, sans oser dénoncer publiquement le président Youssou Ndiaye, suggérait sous cape son départ et son remplacement par celui qui n’était autre que son «poulain», Me Augustin Senghor. Mis en minorité par ses mauvais résultats et trop pris par ses charges de président du Conseil constitutionnel, Youssoupha Ndiaye finit par organiser une Assemblée générale au cours de laquelle il ne se présenta pas pour un nouveau mandat. C’est ainsi parti pour l’ère Augustin Senghor qui, depuis 1998, est président dudit club. En 2002, il est élu maire de Gorée sur la liste des écologistes et a rempilé en mars 2009.

«L’homme qu’il faut…»

Me Senghor a été de tous les combats menés par le mouvement associatif dont il ne cesse de se réclamer. Et, à chaque fois, il a mis en avant les intérêts des clubs qu’il est censé représenter. Son entrée dans le Comité de normalisation du Football (Cnf), où il a toujours été un collaborateur loyal et efficace, sans jamais se compromettre, est la preuve de sa dévotion pour le sport. Toutes choses qui permettent de croire que Senghor est, comme le dit un apophtegme bien connu de chez nous : «l’homme qu’il faut à la place qu’il faut».

Désormais, les luttes de positionnement sont derrière nous. Le football sénégalais s’est maintenant doté de structures régulières, viables et fiables. Il ne reste plus à ses hommes que de faire preuve de leur fiabilité, car c’est de cela que dépend une réelle reprise en main. Et comme l’a laissé entendre le Premier ministre, Souleymane Ndéné Ndiaye, «il ne s’agit pas de monter une fédération aujourd’hui et gagner demain la Coupe d’Afrique des nations. Il s’agit de travailler, d’aller vers le sommet». Cela, a prévenu le Premier ministre, «passe nécessairement par la pose de plusieurs jalons».

Le premier jalon, pour Me Senghor et l’équipe qui va l’accompagner, sera celui de la préservation et de la consolidation des acquis légués par le Cnf. Les championnats sont relancés, qu’ils se poursuivent. La réforme est opérée, qu’elle se consolide et que l’on joue au football à tous les niveaux et dans toutes les contrées du pays. Et plus tard, on se penchera sur l’équipe nationale et la reconquête du terrain perdu. C’est là que ‘on attend le Président… Senghor. Alors, Maître, au travail maintenant !



1.Posté par diassy le 31/08/2009 23:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

felicitation et bonne chance

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image