leral.net | S'informer en temps réel

SERIGNE MOR MBAYE Les violences sexuelles peuvent entraîner la folie

Les répercutions psychosociales des violences sexuelles sur les enfants entraînent une désorganisation de la vie et un déséquilibre pouvant affecter leur santé et entraîner ainsi la maladie mentale, selon le professeur Serigne Mor Mbaye. «Les répercutions des violences sexuelles sont d’ordre mentale, ça désorganise la vie et ce déséquilibre peut entraîner la maladie mentale ou placer la victime dans un isolement de cauchemars. Et cela peut aller jusqu’au suicide», a expliqué le spécialiste en psychologie et en anthropologie.


Rédigé par leral.net le Mercredi 25 Juillet 2012 à 17:58 | | 0 commentaire(s)|

SERIGNE MOR MBAYE Les violences sexuelles peuvent entraîner la folie
Il présentait une communication sur le thème au cours d’un atelier sur l’approche psychosociale de lutte contre les violences basées sur le genre au profit des animateurs des radios communautaires des différents départements du pays, qui s’est ouvert, lundi à Toubacouta (Foundiougne). L'atelier est organisé en partenariat avec le ministère de la Famille, de l’Enfance et de l’Entrepreneuriat féminin, l’Unesco et l’Unfpa. Il vise à aider les animateurs à maîtriser une bonne attitude de compréhension, d’écoute et de sensibilisation des populations rurales, afin de prévenir contre le fléau que constituent les violences faites aux femmes et aux enfants. «Ça fragilise. Chez l’enfant, la perturbation peut entraîner une baisse des résultats scolaires, mais au plan social la victime d’agression -aussi bien l’enfant que la femme- perd son statut social et se sent dévalorisée», a-t-il dit. «Dans bien des cas, la victime développe une mauvaise estime de soi. Elle est stigmatisée et finit par se marginaliser et il s’exerce parfois une double violence lorsqu’on veut la marier à n’importe qui où même à son propre violeur», a ajouté Serigne Mor Mbaye soulignant que les répercutions des violences sont profondes dans le court et dans le long terme sur la santé publique.

Il a attiré l’attention sur les facteurs de risques liés à la famille monoparentale, l’exploitation affective, la promiscuité, la sexualisation de l’enfant entre autres, invitant les personnes à savoir déceler des signes évocateurs d’une agression sexuelle. «L’agression sexuelle, ce n’est pas seulement à travers l’acte sexuel, elle est dans le langage, la manière de regarder quelqu’un», a-t-il dit.

(Aps)






Hebergeur d'image