leral.net | S'informer en temps réel

SOS Casamance se prononce sur la levée du mandat d'arret international contre Salif Sadio

L’association SOS CASAMANCE prend acte de la nouvelle relative à la levée du mandat d’arrêt international lancé par l’État du Sénégal contre M. Salif SADIO.


Rédigé par leral.net le Lundi 15 Avril 2013 à 14:00 | | 1 commentaire(s)|

SOS Casamance se prononce sur la levée du mandat d'arret international contre Salif Sadio
Cependant, il faut rappeler à l’opinion nationale et internationale que ses mandats d’arrêts ne concernent pas seulement M. Salif SADIO.
En conséquence, tous les autres mandats d’arrêts qui frappent certains responsables du MFDC dont M. Mamadou Krouma SANE doivent aussi être levés.

Par ailleurs, SOS CASAMANCE estime qu’une crise de plus de trois décennies ne peut pas se résoudre en dehors d’un cadre non transparent et pas clair, seul gage de la confiance des parties.

Et demande au gouvernement de tenir compte dans sa politique de recherche de paix en Casamance, des efforts louables des acteurs nationaux notamment les chefs religieux, coutumiers, les mouvements associatifs les acteurs de la société civile comme de la diaspora .
Car la résolution pacifique de ce conflit relève, certes, de la volonté politique de l’État et du MFDC, mais aussi de la responsabilité du peuple souverain, au nom de qui le gouvernement agit, et pour qui il est tenu de rendre compte directement par les voies les plus appropriées.
C’est pourquoi SOS CASAMANCE invite solennellement le chef de l’État et son gouvernement à rendre public toute décision de justice relative à la levée de mandats d’arrêts internationaux contre les responsables politiques du MFDC.

Fait à Paris le 13-04-2013



1.Posté par Pierre P Bassène le 15/04/2013 13:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

POUR UNE PAIX DEFINITIVE EN CASAMANCE
Chers frères et sœurs, le mouvement dénommé Brainstorming for Peace in Casamance(B.P.C) est composé d’honnêtes citoyens, soucieux du retour de la paix en Casamance et de l’équilibre sociale au Sénégal.
Notre attention porte exclusivement aujourd’hui sur la Casamance, partie sud du pays en difficulté. Les raisons fondamentales qui seraient à la base de ces difficultés, c’est justement à cela que nous vous invitons à réfléchir.
En effet, chers frères, chères sœurs ; nous vous invitons à remuer davantage vos méninges ; ne nous arrêtons pas en si bon chemin. Ne refermons pas de sitôt cette belle page ; cette si belle tribune qui nous est offerte pour que nous puissions, nous aussi, dire notre mot ; exprimer notre pensée si courte ou si pauvre soit elle, sur ce mal qui nous ronge du côté sud de notre pays depuis plus de trente ans.
Le mouvement « Brainstorming for Peace in Casamance » nous y invite vivement !! Il nous invite à la réflexion ; à nous poser des questions sur ce qui pourraient être les causes réelles, profondes voire fondamentales qui ont poussé d’honnêtes et vaillants frères à entrer en rébellion.
Il ne suffit pas de se limiter au seul questionnement ; il faut tenter d’apporter des réponses pertinentes et cohérentes à ces questions que l’on se pose.
B.P.C vous invite à la correction dans vos propos, à la tolérance et à la bonne foi.
Des idées contradictoires, oui ! Car c’est ça qui enrichit et nourrit le débat.
B.P.C pense que l’actuel régime a toutes les chances de ramener enfin la paix en Casamance pour les deux raisons ci-dessous :
• L’actuel président, son Excellence Macky Sall a eu à piloter sous le régime précédent, en sa qualité de chef du gouvernement ce dossier communément appelé ‘’dossier Casamance’. Il a eu, si nos mémoires ne nous trahissent pas à débattre avec feu Marcel Bassène (paix à son âme car personne n’a encore mieux fait que lui pour que la paix revienne en Casamance) à la TV nationale de ce dossier. Il lui disait quelque chose comme ceci : « M. Bassène, vos informations quant à l’avancée de ce dossier sont largement dépassées. Nous (lui et le régime libéral d’antan) ne sommes pas loin du bout du tunnel ; nous avons pris les contacts nécessaires et mis en place le dispositif qu’il faut pour ramener la paix en Casamance.
Qu’en est-il en définitive ? Se seraient-ils perdus à l’intérieur du tunnel ?
• Son Excellence, Monsieur le Président de la République a sans nul doute pris suffisamment de temps et de recul pour évaluer le dispositif mis en place par le régime précédent ; dégager ses points faibles et ses points forts et prendre la juste mesure de l’ampleur de problème. Son plan de sortie de crise devrait sans nul doute s’enrichir des points forts de l’ancien dispositif dont il eu à participer dans la mise en place et la mise en œuvre(…). L’erreur n’est plus tolérée compte tenu de la longue expérience qu’il a de ce dossier.
B.P.C vous invite à explorer avec lui cette piste qu’elle vous propose pour le règlement complet et définitif de ce conflit en Casamance. Nous pensons que faire appel des forces internationales d’interposition et d’intermédiation serait la solution appropriée à cette crise.
En effet, au niveau interne, ayons le courage de le reconnaître et de le dire tout haut ; nous avons fini de montrer nos limites car ayant assez buté ! La solution de ce problème nous échappe ; nous ne la détenons pas. Au niveau externe, c’est à dire des trois Etats que sont la Gambie, la Guinée Bissau et le Sénégal qui gèrent des frontières communes et qui devraient de concert trouver une solution à ce problème car leur sécurité et leur stabilité interne en dépendent ; nous constatons un blocage. D’ailleurs aucun de ces trois Etats cités ne maitrise le degré d’implication encore moins les intérêts de son voisin dans ce désordre pour ne pas dire conflit que nous vivons en Casamance.
A qui profite réellement ce conflit ? En tout cas l’Etat du Sénégal, en tant qu’entité, est largement perdant car son économie est totalement déséquilibrée et sa cohésion sociale dangereusement fragilisée.
La force d’interposition vers laquelle nous vous orientons ne vient pas pour combattre ; elle vient plutôt pour :
• assurer la sécurité de ceux-là qui sont entrain de négocier d’une part et celle des populations civiles et leurs biens d’autre part.
• inviter les trois Etats cités ci-dessus à plus d’engagement et de détermination à pacifier cette belle Casamance.
« Brainstorming for Peace in Casamance » vous invite au débat en remuant davantage vos méninges pour qu’enfin nous trouvions la solution au désordre que nous vivons en Casamance !!
Depuis le début de la crise, sa gestion a toujours été confiée à des politiciens qui l’ont gérée comme bon leur semblait. Les uns l’ont gérée de façon désintéressée, honnête et loyale, d’autres par contre en ont fait un fonds de commerce politique.
Trop de tapages folkloriques aux allures de meeting politique autour de cette crise ! Ca suffit !! Basta !! Ne profitons pas du désarroi, du désespoir et de la naïveté de nos braves sœurs (femmes des bois sacrés) qui s’accrochent désespérément et croient à toute promesse quelque soit sa source, de faire revenir la paix dans cette belle Casamance que nous aimons tant !! Elles ne se posent même la question quant à la bonne foi et l’engagement désintéressé de ces gens qui viennent à elles pour leur faire croire qu’ils sont porteurs de solutions de sortie de crise.
La présence de la TV nationale à ces rassemblements est-elle vraiment nécessaire ? Ces images (avec de gros plans et des images arrêtées sur certaines personnalités) diffusées à travers les chaînes de télévision de la place, sont destinées à qui et à qui profitent-elles ?
Basta au verbiage et soyons plus concret et efficace car notre chère Casamance est entrain de devenir une zone de non loi, une zone de transit de saletés de toutes sortes.
Le Coordonnateur
Pierre- Paul Bassène

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image