leral.net | S'informer en temps réel

Sa NDIOGOU le monsieur HUMOUR de walf TV "Je ne cherche jamais à vexer ou à rendre ridicules les personnalités que j’imite" Partie 1

Il n’est plus à présenter au public sénégalais. Sa Ndiogou Mbengue a réussi la prouesse de faire partie des humoristes les plus en vue du paysage médiatique national. Avec son style original et un humour décapant, il ne laisse personne indifférent. On l’aime ou on ne l’aime pas une chose est sure : ce bonhomme crève l’écran et nous aide à évacuer notre stress quotidien. Dans cet entretien exclusif, Sa (comme l’appelle sa collègue Aissatou Diop Fall) revient sur son parcours et aborde plusieurs sujets brulants de l’heure sans user de la langue de bois.


Rédigé par leral.net le Vendredi 6 Février 2009 à 01:27 | | 3 commentaire(s)|

Sa NDIOGOU le monsieur HUMOUR de walf TV "Je ne cherche jamais à vexer ou à rendre ridicules les personnalités que j’imite" Partie 1
Si on vous demandait de vous présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Sa Ndiogou Mbengue. J’ai vu le jour en 1974 et j’habite la banlieue. J’ai perdu mon père très tôt, puisque c’est à l’âge de six ans que mon papa nous a quittés. j’ai grandi auprès de ma mère, de mes frères et sœurs. Depuis lors, je mène mon petit bonhomme de chemin. Certes, j’ai pratiqué plusieurs métiers avant d’en arriver à ce stade, mais les gens racontent aussi beaucoup de choses erronées sur mon compte. En effet j’ai été apprenti car rapide comme certains se plaisent à me le rappeler pour essayer de me rabaisser, mais c’est la stricte vérité... Par la suite, j’ai été marchand dans les marchés. Il est vrai que là aussi certains me confondent avec un de mes grands frères avec lequel j’ai beaucoup de traits de ressemblance et il n’est pas le seul car dans notre famille nous nous ressemblons presque tous. J’ai connu ce parcours plus ou moins tortueux et j’ai aussi travaillé comme manœuvre journalier au Port , plus exactement à la SNCDS, à l’usine de fabrication du thon. Cependant j’ai commencé à faire de la comédie très tôt. Peut être qu’au début c’était juste pour rire.

Au fait ou avez-vous appris cet art ?


Sa Ndiogou a la radio
Je dois avouer que c’est quelque chose d’inné chez moi. Mais comme j’ai l’habitude de le dire, quelques fois il faut un facteur externe pour enclencher un processus. En ce qui me concerne, c’est le regretté Sanokho qui a réveillé en moi cet amour de la comédie. Je l’écoutais beaucoup et si je peux imiter des Séréres, des Soninkés, des Maures , des Peulhs et autres Mandiagues, c’est grâce à ce grand artiste disparu prématurément. Quand j’ai commencé à enregistrer des cassettes pour les remettre à Siaka ( Ndlr : un animateur de radio), j’ai pris conscience de mes capacités. Parce qu’à ce moment la, le public me confondait avec Sanokho qui était déjà décédé. C’est donc ce qui m’a poussé à cultiver une identité propre pour me faire reconnaître du grand public. J’ai donc décidé d’imiter le président Yaya Jammeh de la Gambie...

Pourquoi ce choix sur le président Jammeh ?

C’est parce que c’est une personne que j’admire beaucoup. j’aime sa façon résolue et ferme de s’exprimer et sa manière de faire dans l’ensemble. Il est vraiment frappant et, pour imiter une personne, il faut d’abord qu’elle vous impressionne. De plus il m’a porté chance et je n’ai pas regretté de m’être focalisé sur lui. Forcément, il m’a apporté un plus car les gens ont commencé à se rendre compte qu’il y avait bien un jeune artiste qui versait dans l’imitation et qui était différent de Sanokho. Devant ce relatif succès, je me suis enhardi et j’ai décidé d’allonger ma liste. C’est ainsi que j’ai commencé à singer Sidy Lamine Niasse, d’autant plus que mes bandes passaient dans sa propre radio. J’ai alors décidé de franchir un nouveau palier en commençant par intégrer dans ma liste des hommes politique. Je commençais par les écouter attentivement d’abord, à observer leurs gestuelles et leurs tics. Je dois dire que les choses se sont naturellement bien passées jusque là ; et au delà de toutes mes espérances. Il m’arrive souvent d’imiter certaines personnalités que je n’aurais jamais pensé pouvoir réussir et je n’arrive toujours pas à m’expliquer ce phénomène.

Il se dit aussi que Sa Ndiogou est personna non grata en Gambie, à cause de la manière dont vous caricaturez Yaya Jammeh ? Qu’en est-il réellement ?

C’est encore le fruit des rumeurs et je dirai donc que c’est totalement faux. Yaya Jammeh est une personnalité publique. Il s’est pertinemment que c’est parce que je l’admire que je me permets de le copier. Ceci est valable pour tous mes autres modèles. Yaya Jammeh fait partie des personnalités qui m’ont permis d’éclore au grand jour et de me démarquer définitivement de Sanokho. J’ai entendu plus grave : certains sont allés jusqu’à dire que le président Gambien m’a offert des millions. Ce qui est loin de la vérité. Encore une fois , ce sont de simples supputations de personnes en mal sensations de forces.

Votre nouveau statut vous a permis de nouer des relations fortes avec des hommes politiques. ne s’agit-il pas d’une autre forme de « Sambaye mbayane » (Ndlr quémander) comme vous le reprochez souvent à vos invités ?

En toute franchise, je ne cultive pas cette relation de dépendance à l’égard de ces hommes politiques. Chaque fois que je les rencontre, c’est pour discuter de travail. Cependant, ils aiment tous ce que je fais. C’est juste de la comédie mais personne ne peut m’acheter ou me corrompre dans le cadre de mon travail. Qu’il s’agisse des hommes au pouvoir ou des opposants, personne ne songe à me dicter une quelconque ligne de conduite.

Je l’ai considéré comme ma matière première et je les respecte trop pour les courtiser. Ils apprécient tous mon travail et parmi eux , personne n’a jamais tenté de me soudoyer. Comme l’a si bien dit Daouda Faye, ils me félicitent pour mes prouesses et s’étonnent de la facilité avec laquelle j’arrive à capter leur voix . C’est aussi valable pour Me Madické Niang, Bathily et autres. Je suis conscient que ce sont des autorités dans ce pays et je m’efforce toujours de ne jamais les vexer ou de les rendre ridicules. Je ne souhaite jamais faire du mal par le canal de mon métier ou encore choquer la famille de mes modèles car avant toute chose , je cherche à faire plaisir au public de mon pays.

Est ce que tu comptes des amis parmi eux ?

Ah oui, ce sont tous mes amis et ils se félicitent tous de la qualité de mon travail.

Source:Town Magazine/Galsentv.com



1.Posté par diop le 06/02/2009 15:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c"'est un plaisantin mais un jour il risque d'avoir l'effet boomerang de toutes ces conneries qu'il debine à la television ,il n'est pas politiquement correct, parfois il outrepasse ses singeries , un jour il risquera gros , du plan de vue mediatique et par rapport à la mentalite senegalaise il fait son bonhomme de chemin bien qu'il ne marque pas la difference entre imitateur , comedien , humoriste et clown du petit ecran , parfois il integre des themes qui ne sont pas de son registre à walf l'esprit du journalisme est bafoue au premier degres car ils ne respectent pas la deontologie et l'ethique walf c'est plutot du marche sandaga transpose dans le petit ecran

2.Posté par amoul tour le 09/01/2010 21:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tu es un grand menteur c'est parceque tu n'a pas de chance comme SANDIOGOU que tu es jaloux il gagne plus de salaire que toi .spece de chien en rage .danguay doule yow fén réck moy sa métier batard connard

3.Posté par amoul tour le 09/01/2010 21:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image