leral.net | S'informer en temps réel

Sacrifice humain et charlatanisme: 6 mois ferme requis contre le chauffeur d'une fille d’Abdou Diouf


Rédigé par leral.net le Samedi 16 Septembre 2017 à 13:03 | | 0 commentaire(s)|

Le Tribunal correctionnel de Dakar a jugé hier, Ibrahima Fall et Alla Thiaw poursuivis pour tentatives d’assassinat et charlatanisme. Selon l’accusation, ils auraient tenté de tuer M. Thiam, un jeune garçon qui ne jouit pas de toutes ses facultés mentales.

Les faits se sont passés dans la nuit du 2 au 3 janvier dernier, à la plage Malibu située dans la commune de Golf Sud. Ce jour-là, des éléments de de la police en patrouille dans la zone, ont été attirés par la présence suspecte d’un véhicule, dans lequel se trouvaient I. Fall et A. Thiaw, footballeur de l’équipe navétane Asc cité Xalé de la commune de Ndiarème Limamoulaye et M. P. T, dit Pape Mongol, un garçon trisomique.

Dans ledit véhicule, ils ont découvert 14 noix de cola (7 de couleur blanche et 7 autres de couleur rouge) et 7 mètres de tissu blanc communément appelé percale ou linceul. Du coup, les policiers ont pensé que les occupants préparaient un sacrifice humain.

Interrogés, les mis en cause ont allégué que l’arsenal «mystique » appartient au propriétaire du véhicule, Mame Marie Diouf,  fille de l’ancien président de la République. Ibrahima Fal qui se trouve être son chauffeur, a ajouté qu’il a été envoyé par sa patronne pour les donner en guise d’aumône.

Aussi, ont-ils ajouté qu’ils se baladaient avec le jeune garçon qui est une vieille connaissance et un voisin.
Malgré tout, ils ont été déférés au parquet et placés sous mandat de dépôt. Devant la barre, ils ont réitéré les mêmes dénégations, sans convaincre le procureur qui a requis contre eux, 6 mois de prison ferme. Les avocats de la défense ont plaidé la relaxe pure et simple, estimant que leurs clients se trouvaient au mauvais endroit, au mauvais moment. « Rien ne justifie que les prévenus avaient l’intention de tuer le garçon car il n’y a aucune arme scellée par la police », plaide Me Barro, l’un des conseils des accusés. Ils seront édifiés sur leur sort, le 9 novembre prochain.


Avec L'As










Hebergeur d'image