leral.net | S'informer en temps réel

Saint-Louis-Imperfections et violations graves, flagrantes et avérées : Braya dénonce

La coalition And Dekal Ndar ak Sopi loin de se déclarer vaincu. Mansour Faye installé maire depuis bel lurette, le camp d’Ameth Fall Braya continue de dénoncer. « Suite à des investigations techniques sur les registres d’émargement de vote, disponibles au Greffe du Tribunal départemental de Saint – Louis », le responsable du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) de relever : «Des imperfections et violations graves, flagrantes et avérées au niveau des centres de vote particulièrement à la constatation du vote de l’électeur ».


Rédigé par leral.net le Vendredi 25 Juillet 2014 à 20:58 | | 0 commentaire(s)|

Saint-Louis-Imperfections et violations graves, flagrantes et avérées : Braya dénonce
Pis, « il a été relevé des défauts de signature ou d’empreinte par encre indélébile, des défauts de mention du cachet « A VOTE » et beaucoup de signatures fantaisistes ». ce, au niveau des centres de vote de l’ECOLE MACODOU NDIAYE où au Bureau de vote n° 2, souligne le communiqué de la coalition And Dekal Ndar ak Sopi, « de la page 1 à 56 du registre d’émargement, il a été relevé quarante (40) électeurs dont le vote n’a été constaté ni par signature ni par empreinte par encre indélébile ».


Et «des électeurs sont identifiés sous les numéros d’ordre suivants : 04, 10, 76, 113, 133, 136, 140, 142, 160, 189, 193, 197, 208, 238, 264, 266, 276, 286, 288, 320, 321, 323, 374, 404, 444, 485, 510, 551, 563, 615, 628, 642, 658, 674, 686, 704, 755, 776 ». Au Bureau de vote n° 3, « il a été relevé des signatures d’électeur qui n’ont pas été authentifiées par la mention « A VOTE » notamment les nos 22, 24, 27, 29 à 42, 130, 131, 140 ». Au Bureau de vote n° 4, «également des signatures d’électeur n’ont pas été authentifiées par la mention «A VOTE » notamment le n° 9 et le 23. Les électeurs n° 709 et 773 n’ont pas émargé ».


A l’ECOLE CITE NIAX, au Bureau de vote n° 1, « le cachet portant la mention « A VOTE » apposé sur les signatures constant les votes des électeurs n° 4, 7, 9, 11, 227, 302, 526, 571, 650, 656, 694, 698, n’est pas franc. L’électeur n° 635 n’a pas signé sur le registre d’émargement donc son vote n’a pas été constaté ».
Au Bureau de vote n° 2, « les votes des électeurs n° 296, 429, 440 n’ont pas signé sur le registre d’émargement malgré que la mention « A VOTE » ait été apposée dans la zone devant recevoir la signature l’électeur ». Au Bureau de vote n° 4, « les votes des électeurs n° 13, 464, 920 n’ont été constaté ni par signature ni par empreinte à l’encre indélébile ».


A l’ECOLE SOR DAGA, au Bureau de vote n° 1, « dans ce bureau de vote, sur les 322 votants, seules les signatures de quatre (04) électeurs ont été authentifiées par la mention « A VOTE » donc les votes des 318 électeurs ne portent pas la mention « A VOTE » ».
Un écart a été noté dénonce le camp de Braya, « entre le nombre d’électeurs (322) relevé sur les PV et celui relevé sur les registres d’émargement (331) ».


La liste loin d’être terminée, au Bureau de vote n° 2, «les électeurs n° 7, 173, 210, 229, 263, 264 n’ont ni signé ni apposé leur empreinte digitale par encre indélébile. Un écart entre le nombre d’électeurs (326) relevé sur les PV et celui relevé sur les registres d’émargement (337) a été noté ». Au Bureau de vote n° 3, « iIdem et une vingtaine de cas identifiés pour ne pas avoir constaté leur vote ni par signature ni par empreinte à l’encre indélébile. Un écart entre le nombre d’électeurs (305) relevé sur les PV et celui relevé sur les registres d’émargement (337) a été noté ». Au Bureau de vote n° 6, « un écart entre le nombre d’électeurs (247) relevé sur les PV et celui relevé sur les registres d’émargement (259) a été noté ».


A l’ECOLE SERIGNE BABACAR GUEYE, au Bureau de vote n° 2, « aux pages 1, 2, 8, 10 et 16 les votes des électeurs n° 10, 12, 22, 24, 27, 109, 131, 215, 394, 396, 403, 405, 469, 616 n’ont été constatés ni par signature ni par empreinte par encre indélébile. Les votes d’autres électeurs n° 22, 24, 27, 29 à 42, 130, 131, 140 dans le même bureau ne portent pas la mention « A VOTE » (voir pages 2/54, 3/54 et 10/54) ». Au Bureau de vote n° 4, «les votes des électeurs n° 26, 127, 130, 141, 168 n’ont été constatés ni par signature ni par empreinte à l’encre indélébile ».


A l’ECOLE SOUKEYNA KONARE, au Bureau de vote n° 2, «les signatures apposées par les électeurs n° 45, 113, 120, 154, 197, 202, 236, 237 et 773 ne portent pas la mention « A VOTE » ».


Au Bureau de vote n° 3, « le cachet portant « A VOTE » ne fait pas foi sur les signatures des électeurs n° 58 et 359 ». Au Bureau de vote n° 4, « il a été relevé que le vote des électeurs a été constaté mais le cachet portant la mention « A VOTE » ne fait pas foi notamment pour les électeurs n° 140 , 164 , 220 , 241 , 260, 277, 356, 468, 533, 583, 591, 631, 630, 684 et 697 ». Au Bureau de vote n° 5, « idem pour l’électeur n° 164 ».


A l’ECOLE JUSTIN NDIAYE, au Bureau de vote n°1, « il a été relevé que les votes des électeurs n° 58, 318, 321, 334, 441, 458, 482, 587, 569, 702, 707 n’ont été constaté ni par signature ni par empreinte à l’encre indélébile ». Au Bureau de vote n°3, « il a été relevé que les votes des électeurs n° 303, 332, 459, 748 n’ont été constaté ni par signature ni par empreinte à l’encre indélébile ». Au Bureau de vote n°4, « il a été relevé que les votes des électeurs n° 9, 529, 682 n’ont été constaté ni par signature ni par empreinte à l’encre indélébile ».


Au Bureau de vote n°5, « il a été relevé que les votes des électeurs n° 86, 134, 192, 402, 475 n’ont été constaté ni par signature ni par empreinte à l’encre indélébile ». Au Bureau de vote n°6, « il a été relevé que les votes des électeurs n° 163, 193, 206, 238, 391 n’ont été constaté ni par signature ni par empreinte à l’encre indélébile ».


Au vu de ces griefs invoqués et conformément à la loi n° 2014 – 18 du 15 avril 2014 abrogeant et remplaçant la loi n° 2012 – 01 du 03 janvier 2012 portant code électoral notamment en son article L 79 al. 4 abrogeant et remplaçant l’article L 81 (ancien code) qui stipule que «Le vote de l'électeur est constaté par sa signature ou, s'il ne sait pas signer, par l'apposition de son doigt trempé dans l'encre indélébile, sur la liste électorale en marge de son nom », l’adversaire de Mansour lors des dernières locales du 29 juin dernier, ne réclame ni plus ni moins que « l’annulation des centres de vote incriminés notamment : MACODOU NDIAYE, SOUKEYNA KONARE, CITE NIAX, SERIGNE BABACAR GUEYE, SOR DAGA et JUSTIN NDIAYE.

Pressafrik






Hebergeur d'image