leral.net | S'informer en temps réel

Saint-louis : MARCHE DE TENDJIGUENE : Une femme de 55 ans battue violemment par un agresseur du marché noir

«Black» est le nom du marché noir symbolisant le non-respect des bagages ou marchandises volés. Ce marché est juste un lieu où, agresseurs et voleurs se rencontrent pour évacuer leurs marchandises acquises dans des conditions douteuses à quelques mètres des femmes vendeuses de tissus ou autres bagages destinés à la consommation ou à l’habillement. Hier une femme d’une cinquantaine d’années a été battue violemment par un agresseur dont l’âge tourne autour de 20 à 22 ans selon les témoins.


Rédigé par leral.net le Vendredi 21 Août 2009 à 06:42 | | 0 commentaire(s)|

Saint-louis : MARCHE DE TENDJIGUENE : Une femme de 55 ans battue violemment par un agresseur du marché noir
Le marché noir «black» a été hier jeudi 20 Août le théâtre d’un affrontement entre les femmes commerçantes et les agresseurs du dit marché dénommé. Les raisons qui ont amené le problème entre les deux camps sont fréquentes. Aux environs de 11 heures, une dame d’une cinquantaine d’année a été battue violemment par un garçon dont l’âge tourne autour de 20 à 22 ans. Selon les témoins, c’est suite à un malentendu entre la femme commerçante et le jeune agresseur que le problème est survenu. Cette attitude a permis aux femmes du marché de riposter pour venger la dame, qui sur le coup est évacuée au centre hospitalier régional de Saint-Louis pour les premiers soins. Mieux encore une plainte a été déposée à la police pour que le jeune agresseur soit jugé dans les jours à venir. Cette situation alarmante a mis dans tous ses états ces femmes battantes victimes des exactions quotidiennes qu’elles vivent actuellement dans le marché à cause de ces jeunes qui n’ont aucune éducation encore moins du respect vis-à-vis d’elles. C’est pourquoi, elles demandent désormais à toutes les autorités de mettre leurs mains dans cette affaire qui continue de transformer le marché à un véritable lieu de délinquance. Chaque jour, du matin au soir, ces femmes n’ont d’autres soucis que l’écoulement de leurs marchandises pour nourrir leurs familles. Ces femmes ont aussi expliqué par ailleurs que c’est le gouvernement sénégalais qui a failli à sa mission de protection des biens et des personnes afin de leur offrir un cadre de vie et d’épanouissement de leurs activités. Depuis des années «black» est devenu le lieu de rencontre des agresseurs, voyous et voleurs dans la passivité la plus totale des autorités. Ainsi, dans ce lieu, chaque jour, des agresseurs et des voleurs écoulent des objets subtilisés à d’honnêtes citoyens ou acquis en toute illégalité. Depuis des années, la situation perdure, les femmes vivent dans le calvaire tout en sollicitant l’aide des autorités de la ville de Saint-Louis mais la situation reste toujours intacte. Ces «vendeurs illégaux» entretiennent la terreur dans le marché Tendjiguène de Saint-Louis. Pourtant, il y a de cela quelques jours, une délégation des femmes a rencontré quelques autorités de la région pour dénoncer les conditions mauvaises qu’elles traversent depuis des années à cause des jeunes qui ne cessent de leur causer des problèmes et de dérober leurs marchandises. «Black» ou noir, la couleur importe peu pour les femmes du marché qui continuent de vivre dans conditions malheureuses à cause de ces groupes d’agresseurs qui continuent de faire la loi dans le marché.







Hebergeur d'image



Hebergeur d'image