leral.net | S'informer en temps réel

Sans detour avec… PACKO JACKSON «Chaque fois que je dis que je vais me marier, ça se casse»

Quand Paco Jackson, le célèbre ami du joueur El Hadji Diouf, parle, vous pensez sûrement aux soirées mondaines, aux filles, aux belles bagnoles, à la belle vie quoi ! Surprise ! Vous êtes complètement passés à coté. Eh oui, Paco, drapé pour la circonstance du manteau d’analyste politique, porte son regard sur la vie mouvementée du pays. Entretien.


Rédigé par leral.net le Dimanche 2 Mai 2010 à 16:13 | | 3 commentaire(s)|

Sans detour avec… PACKO JACKSON «Chaque fois que je dis que je vais me marier, ça se casse»
Qu’est-ce qui vous lie au footballeur El Hadj Diouf ?
El Hadj Diouf est un ami, un jeune frère que j’ai pris sous mon aile depuis maintenant une dizaine d’années. C’est quelqu’un que je respecte et qui me le rend bien. On a une relation basée sur l’affinité parce que je ne suis pas du genre à mettre de la pommade sur la joue. Je trouve que c’est quelqu’un de très bien et qui a marqué son époque, sa génération. Donc, il mérite vraiment du respect compte tenu de ce qu’il a fait pour le football. Jusqu’à preuve du contraire, il n’y a pas un joueur sénégalais aussi populaire et médiatisé que lui. Personnellement, à part peut-être Omar Guèye Sène, qui est un des plus grands footballeurs de l’Afrique, je n’ai pas vu meilleur footballeur qu’El Hadj Diouf.

Que répondez-vous à ceux qui disent qu’il est trop âgé et ne peut plus jouer en équipe nationale ?
C’est de la jalousie ! Je dirai même que l’Africain est naturellement jaloux. El Hadj Diouf n’est pas le seul joueur âgé. Tous ces joueurs qui font le bonheur de leur équipe nationale et de nombreux pays européens, ce sont des joueurs qui sont beaucoup plus âgés que lui. Je sais de quoi je parle. Je suis dans ce milieu. Je vous donne juste un exemple, quand El Hadj Diouf a gagné ses deux ballons d’or, il n’y a personne au Sénégal qui a voté pour lui. Je pense que ça résout la question.

Vous pensez donc qu’il a sa place dans l’équipe nationale ?
S’il joue dans son club, qu’il est titulaire et qu’il est toujours à son meilleur niveau, pourquoi pas ? Par contre, il y a des gens qui viennent dans l’équipe nationale, mais on ne les connaît pas, et pourtant ils sont convoqués. Dans quels clubs jouent-ils ? Qu’est-ce qu’ils y font? En revanche, El Hadj Diouf, lui, il joue dans le très huppé championnat d’Angleterre. Le championnat le plus réputé au monde, le plus difficile. Et il est titulaire indiscutable de l’attaque de son club. Comment se fait-il qu’il soit titulaire dans ce championnat et pas en équipe nationale où on trouve des joueurs de deuxième, troisième division et même de première division qui ne jouent jamais dans leur club ? Et là, on veut éliminer El Hadj et prendre les autres. C’est n’importe quoi ! Je ne demande qu’une chose : les gens qui ont fait quelque chose dans ce pays, qu’on leur donne du respect et c’est tout.

On a opté pour un sélectionneur national local. Partagez-vous ce choix ?
Bien sûr, je partage ce choix. L’essentiel est que ces gens fassent leur preuve. Je suis dans la tanière depuis qu’Amara était joueur. Tout le monde sait que c’est quelqu’un qui a de la personnalité. Il ne se laisse pas faire parce qu’il a été professionnel comme les autres. Les joueurs le respectent. Je sais que El Hadj Diouf ne fera jamais quelque chose de contraire à l’éthique que défend Amara Traoré parce qu’il a beaucoup de respect pour lui. Et il faut que le peuple sénégalais sache qu’El Hadj n’est demandeur en rien. Il avait pris sa décision d’arrêter avec l’équipe nationale parce qu’il avait vu des choses qui ne lui plaisaient pas. Maintenant, si les gens se demandent s’il va venir ou pas, c’est simplement dû au fait que tout le monde connaît les liens qu’il a avec Amara. Mais El Hadj, dans sa tête, n’a pas dit qu’il allait revenir. En revanche, Amara peut l’amener à revoir sa position. Si El Hadj ne vient pas en équipe nationale, il ne perd rien. Déjà, la valeur marchande de l’équipe nationale baisse parce que quand tu vas rendre visite à un pays, ils n’ont pas envie de voir des joueurs qu’ils ne connaissent pas. Pour attirer le public et les sponsors, il faut des joueurs connus sur le terrain. La Côte d’Ivoire sans Drogba, la donne change. C’est pareil. El Hadj Diouf qui va avec l’équipe nationale du Sénégal, la valeur marchande de l’équipe augmente. S’il n’y est pas, la valeur diminue. Ces joueurs qui sont en équipe nationale du Sénégal, à part Mamadou Niang, qui a vraiment une notoriété qui puisse valoriser l’équipe nationale ? Personne ! Il faut que les gens arrêtent. El Hadji Diouf n’est pas demandeur…

Passons à autre chose maintenant, la rumeur dit que c’est vous qui avez présenté Valérie à Diouf…
C’est El Hadji Diouf, lui-même, qui m’a présenté à sa femme. C’est vrai que je la connaissais avant, je la voyais dans Dakar, mais le premier jour quand je lui ai parlé, c’est El Hadj qui m’a dit : «Paco, viens que je te présente la femme de ma vie». El Hadj est un grand garçon, majeur et vacciné, fortuné, connu, il n’a pas besoin de Paco pour connaître sa femme. Certes, je suis jet-setteur. Je suis connu de la gent féminine, les filles sont des amies, de très bonnes amies, mais je ne suis pas dans ce créneau. Qui me connaît sait que je suis quelqu’un qui se respecte.

Vous êtes marié ?
Je préfère ne pas en parler car à chaque fois que je dis que je vais me marier, ça se casse.

Les filles vous courent après ou c’est le contraire ?
Je ne vais pas avoir la prétention de dire que les filles me courent après, mais bien sûr, souvent c’est le cas. Et c’est normal quand elles voient une bonne chose, elles ont envie de l’avoir. «Mane dama thiofé» (Moi, je suis bel homme) (rires…)

Vous êtes fidèle…
Sincèrement, j’ai dépassé l’âge de l’infidélité. J’ai une copine que j’aime et je prie Dieu de me donner les moyens de la gâter jusqu’à la fin de mes jours.

Êtes-vous pour ou contre la polygamie ?
Je suis contre la polygamie. Pour moi, une femme, c’est un problème, deux femmes, deux problèmes. Et puis, ne serait-ce que pour l’éducation des enfants, je pense qu’on a dépassé l’époque d’avoir beaucoup d’épouses. Ce qui était valable pour nos grands-parents ne l’est plus. Ils voulaient avoir beaucoup de femmes parce qu’ils avaient des terres et ils n’avaient pas de machines, donc il fallait des bras pour cultiver ces terres. Mais actuellement, on a des machines, la haute technologie, tout ce qu’il faut, alors pourquoi s’entourer de deux ou trois femmes, c’est juste des problèmes. On a vu des tensions qui émanent des foyers polygames. Moi, je suis pour la monogamie !

Pourquoi Jackson, c’est assez original comme nom…
Non, Jackson, c’est parce que... (Il nous montre un grand poster du roi du pop sur le mur) Michael a été mon idole. Mais je ne m’appelle pas Jackson, les gens savent qui je suis. Moi, je suis le petit fils d’El Hadji Omar Foutiyou Tall et de Mame Khalifa Ababacar Sy. Je suis Toucouleur.

Parmi vos amis, on compte des stars du foot, des célébrités, bref un réseau très friqué, quel est votre secret ?
C’est simple ! C’est parce que chaque personne naît avec son étoile et son destin. Je n’ai pas choisi d’être avec des stars. Je suis un gosse qui vient de la Médina et qui a des références comme El Hadji Malick Sy Souris, Youssou Ndour qui est une des plus grandes personnalités de ce monde sur le plan culturel… (Un coup de fil d’El Hadj Diouf interrompt la discussion)… Et puis, si vous voyez ce que mes grands-parents ont fait…Cheikh Oumar Foutiyou, Mame Aladji Malick, Lat-Dior… Moi, je ne suis allé chez personne pour demander à être son ami. Personne ne me donne la dépense quotidienne. Je ne crois qu’en Allah et à mon marabout Serigne Saliou Mbacké (il nous montre du doigt sa photo accroché au salon). Tout ça, c’est mon destin. Maintenant, les jaloux, ils vont maigrir, point barre ! C’est tout.

En parlant de football, vous semblez vous y connaître. Vous ne pensez pas être agent de joueur ?
Je l’ai déjà dit et je n’aime pas trop me répéter, mais je sais qu’avec Diomansy Kamara, on a des structures. La première structure de football qu’on a créé, c’est Diomansy Camara Football Club Management. Je suis apte pour avoir une licence d’agent. Je remplis tous les critères et j’attends. Je pense que c’est un créneau que je vais exploiter car j’ai beaucoup de relations dans ce secteur.
Quelle appréciation faites-vous de la situation politique du pays ?
Depuis Blaise Diagne et Ngalandou Diouf, quiconque fait un abus dans ce pays, le paye cash. Parce qu’il y a des hommes de Dieu qui ont passé toute leur existence à prier. Ils reposent ici. On peut se croire invincible au pouvoir, mais on déchante très vite quand on le perd. Il y a des personnes qu’on disait milliardaires dans ce pays et aujourd’hui, ils sont devenus des clochards. La plus grande richesse d’un homme, c’est d’avoir la santé et un esprit sain. Cela permet de voir la montée et la chute des hommes. C’est une des règles divines de l’alternance et de la roue qui tourne.

Que voulez vous dire par là ?
Le problème de ce pays, c’est le nombre croissant de parasites qui tourne autour du chef. La plupart du temps, ce sont des profiteurs qui sapent le travail que peuvent faire les véritables fidèles. Le problème du Sénégal n’est pas un problème politique, il est aussi social. «J’adore mon pays, j’aime mon peuple» devrait être la devise de chacun d’entre-nous. Il faut que certains sortent l’envie et la jalousie de leur poitrine. On vit dans un environnement où les gens se détestent sans raison. On n’aime pas la réussite de son voisin et l’on s’adonne à la calomnie. Il est vrai qu’il y a une crise dans ce pays, mais il faut que les responsabilités soient bien définies. Me Abdoulaye Wade ne mérite pas cet acharnement.

Selon vous, que devrait être la solution ?
Déjà, le véritable problème de ce pays, c’est l’éducation et l’emploi. Les jeunes ont besoin d’être bien éduqués et instruits. Plus de 50% de la population a moins de 30 ans. Il faut leur trouver des emplois durables. Et le point de départ pour trouver de l’emploi pour cette jeunesse, c’est l’éducation, l’instruction. Pour cela, le Sénégal a besoin d’une nouvelle génération d’entrepreneurs et d’hommes d’affaires qui peuvent travailler, créer de la richesse. Donc du boulot pour les jeunes.

Quel devrait être le véritable défi d’un leader politique ?
Le véritable défi d’un leader politique en Afrique, c’est de pouvoir se vanter d’avoir enrichi plus d’hommes d’affaires que de politiciens. Hélas, souvent, ce n’est pas le cas dans nos pays. Car c’est le succès des hommes d’affaires qui peut porter ce pays vers le haut.

Pouvez-vous nous donner des exemples ?
M. Cheikh Amar, Yerim Sow, Abdou Sy qui est dans l’énergie solaire, Mbagnick Diop (Meds), son apport dans le secteur économique est réel sans oublier son carnet d’adresses. Voilà des jeunes qui créent des activités dans ce pays, sans tambour ni trompette. Malheureusement, il n’y en a pas assez, il faut les encourager et non les combattre. Regardez un peu l’exemple de Cheikh Amar, sur fonds propres, il est devenu le numéro 1 avec un chiffre d’affaires de 47 milliards. Et mieux, il se bat au quotidien pour sortir les jeunes de la galère. Faites un tour dans les quartiers où la pauvreté est galopante pour voir sa visibilité. Sa générosité n’a pas de limite. Et tout ce qu’il gagne, il le partage avec le peuple et dans l’anonymat par le biais d’activités génératrices de revenues. S’il faisait de la politique, il allait effacer de ce monde ces politiciens vendeurs d’illusions, sans vergogne et qui ne croient en rien.

Pensez-vous qu’on à des atouts pour en faire éclore d’autres ?
Bien sûr, le président est généreux dans sa politique générale. Pourquoi pas ? Les cartes sont entre ses mains ainsi que la clé qui va ouvrir les grandes portes.

Quelle image avez-vous des politiciens au Sénégal ?
La majeure partie des politiciens sont cupides, hypocrites et passent tout leur temps à dire des contrevérités. Ce sont des gens qui n’apportent rien au peuple, ils s’enrichissent sur le dos du peuple. Ils n’ont pas d’idées, pas de projets de société. Je dirais halte à la prostitution politicienne !

Que pensez-vous du président Wade ?
Le président Wade est l’un des plus grands hommes politiques de l’histoire africaine. Il a marqué ce pays en s’opposant pendant plus de 26 ans. Arrivé au pouvoir, par la volonté populaire, donc par la grande porte, il lui appartient aussi, de voir comment quitter le pouvoir par la même porte. C’est par sa détermination et son courage qu’il est arrivé au pouvoir. Les cartes sont entre ses mains.

Et l’entrée de Karim dans l’arène politique ?
Il est Sénégalais comme vous et moi. S’il veut faire de la politique, il en a le droit. Il faut alors qu’il puisse convaincre les Sénégalais de voter pour lui. S’il y arrive, il pourra diriger un jour ce pays. De toute façon, je ne l’ai jamais entendu dire qu’il voulait diriger ce pays. Ceux qui y aspirent et qui le disent publiquement, on les connaît. Ce sont : Me Wade, Ousmane Tanor Dieng, Moustapha Niass, Idrissa Seck, Macky Sall etc. De toute façon, il n’est qu’un ministre parmi une trentaine. Ici en politique, il n’y a qu’un seul chef, c’est le président Wade. Karim Wade travaille pour le président. Cela fait 20 ans que je suis la politique au Sénégal. Le jour où Me Wade ne voudra plus de lui dans son gouvernement, cela ne prendra pas plus de 2 minutes. En revanche, je sais qu’on l’accuse de beaucoup de choses mais il faut avoir le courage de s’attaquer au chef et non au second ou au troisième. Le véritable responsable dans ce pays, c’est Me Wade. Il a été démocratiquement élu. Il est donc libre de choisir qui il veut dans son équipe, s’il le juge compétent. Je sais que des gens l’ont attaqué en procès et ont perdu ces procès. Il faut parfois ne pas se limiter aux discussions de salons et apporter les preuves de ses affirmations.

Et sur les détracteurs du Président ?
M. Wade est la première institution du pays. C’est le président de la République. Ils ne font pas du tort à la personne, mais au pays. Il a été démocratiquement élu. Pourquoi les gens s’entêtent à vouloir le remplacer alors qu’il n’est même pas à mi-mandat ! Et venant des personnes qui aspirent à diriger ce pays, c’est honteux. Il faut du respect pour ce grand Monsieur, il a été un des premiers combattants de la liberté. Aujourd’hui, s’il y a une démocratie, une pluralité médiatique nous lui devons cela. Mais qui a fait mieux que lui au Sénégal ? Personne ! C’est le meilleur de tous. Qui me connaît sait que j’ai côtoyé les grands de ce monde (Les Bongo, Guema Obiang, Viera, Dos Santos, Edgar Guesso, les princes saoudiens (Racheed, les Al Saoud) le prince héritier Moulay Rachid sans oublier les grands footballeurs : Henry, Anelka, Weah, Viera, Etoo, Drogba, Diouf ainsi que les stars de la musique et du cinéma telles que Will Smith etc.) Donc sachez que Me Wade jouit de l’estime de beaucoup de personnalités de ce monde.

Et ce silence coupable de certains proches de Wade ?
Ceux que je peux appeler fidèles et proches et qui aiment le président réellement, ce sont : Pape Samba Mboup, Madické Niang, Ousmane Ngom, Habib Sy, Aminata Tall, Idrissa Seck, Samuel Sarr. Eux, ce sont des fidèles. Ah oui ! Relisez l’histoire du Pds et vous saurez ! Dans son entourage, il y a des brebis galeuses qui ne le défendent pas et qui ne sont là que pour leur intérêt. Mais on dit que la meilleure qualité d’un chef d’entreprise, c’est de pouvoir s’entourer des meilleurs. C’est à lui de faire le tri. Tout ce qu’il a, il l’a mérité.

Vous êtes un mécène de la jet set et de la culture ?
C’est la raison pour laquelle, j’ai fait venir David Haye, un champion du monde à l’image de Mohamed Ali et Foreman. Sa venue est un honneur pour le Sénégal. Il a voulu voir en premier Me Wade. C’est quelque chose de fait. Ceci grâce à la Fondation «Ouvre-moi l’avenir» mise sur pied par Diomansy Kamara et dont je suis le coordinateur. On travaille à redorer l’image du président Wade.

Qu’est-ce-qui explique cet élan de David Haye vers Wade ?
Il a dû sûrement lire beaucoup de choses. Il s’est documenté. Certains prennent Wade comme l’alter ego de Nelson Mandela. Voilà, David Haye a juste pensé visiter deux pays : le Sénégal et l’Afrique du Sud. David était très heureux d’avoir rencontré le président Wade. Trois choses l’ont fasciné pour son premier voyage en Afrique : l’île de Gorée, le Président Wade et le Monument de la Renaissance Africaine.

Que pensez-vous de Latif Coulibaly ?
Il a une bonne plume, il semble être motivé par la recherche de la vérité. Un mec bien, c’est mon grand. J’ai beaucoup de respect pour lui, on était voisin dans le même quartier pendant des années, il est très respectueux.

Sur qui on peut compter selon vous pour diriger un jour ce pays ?
Certains comme Cheikh Bamba Dièye, Macky Sall, Khalifa Sall, Idrissa Seck, Abdoulaye Baldé, Aissata Tall Sall, l’avenir leur appartient, la relève est excellente ! D’autres aussi pourront faire très mal si jamais, ils se lançaient dans la politique (Abdou Sy Al Maktoum, Ibou Séné (ENCO et Kéba Keinde (Millenium Bank Dubaï), car ils sont très propres à tous les nouveaux et pertinents.

Que pensez-vous du monument de la Renaissance ?
C’est une question trop complexe, mais qui ne mérite pas tout ce débat. Le chef de l’Etat a clairement dit que c’est une statue africaine. Ceux qui en parlent doivent savoir raison garder. Ce n’est pas le premier monument et ce ne sera pas le dernier. Si on l’appréhende sous l’angle purement culturel, je dis que c’est magnifique. Arrêtons le cirque, chaque jour que Dieu fait, nous blasphémons et associons Allah à des conneries, laissons le président tranquille.

Que pensez-vous du différent qui occupe Youssou Ndour et l’Etat ?
Voilà quelqu’un qui mérite tout, il doit l’avoir ! Ce qu’il a fait sur le plan culturel, personne ne l’a fait. C’est un grand de ce monde, le plus grand chanteur africain de l’histoire. Grâce à lui, le Sénégal est connu dans le monde et mieux tous les Sénégalais l’aiment. Mieux vaut l’avoir avec soi que contre soi. Si j’étais Wade, je ferais tout pour le récupérer avant qu’il ne soit trop tard, c’est un très grand porteur de voix, un travailleur infatigable, un exemple pour nous les jeunes africains !

Le mot de la fin ?
Dire au président qu’il voie avec son gouvernement comment diminuer la cherté de la vie. Les gens sont à bout de souffle. Qu’il diminue ce grand écart qui existe entre les riches et les pauvres. Personnellement, je suis de ceux qui croient en lui. Le président mérite du respect et les sénégalais doivent être respectueux vis à vis de lui. Maintenant tout monde se lève et commence à critiquer. Le président Wade n’est pas un criminel, il n’est pas Dadis Camara. Il n’est pas de ceux qui tuent leur propre ami pour prendre le pouvoir. Des accusations extrêmement pesantes meublent le quotidien des politiciens sénégalais. Des accusations tellement graves pour que l’on puisse envisager un futur politique radieux sans y répondre devant le peuple. Le Sénégal nous appartient à tous !

Entretien réalisé par Ndèye BA

Source: Icone/Xalimasn.com




1.Posté par mad le 02/05/2010 18:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

regardez le nouveau site que le journaliste el malick seck viens de lancer

www.politicosn.com

2.Posté par idy le 02/05/2010 21:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

cheres senegalaises et senegalais faites circuler cette information,idrissa seck vient d etre nomme president directeur general de la radio futur media...Le siege de cette radion est transfere au Mali pour plus de lisibilite....Celui qui n a pas hesite un ainstant a escroquer un aveulge ne reculera devant rien,demandez au chanteu Ablaye mbaye son duo avec youssou ndour le plus malhonne des senegalais....Noulier surtout pas de demander a chieckh lo,omar pene...Depuis 1988 a nous jours ou etait youssou ndour le plus grand souteneur du regime socialiste....Mais que voules vous les imbeciles ne changeront jamais.....Il y a de cela quelques mois youssou ndour celui qui prend les senegalais comme des demeures a achete du materiel vole de la rts avec entete a 10millions ce materiel coute au moins 30millions allez savoir ,le plus nul des senegalais qui n a meme pas le c. e.p.e,triste senegal....Pays de comediens...

3.Posté par Awo Bourou Keureum le 03/05/2010 14:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Idy, lis-moi ça s'il te plait " Que pensez-vous du différent qui occupe Youssou Ndour et l’Etat ?
Voilà quelqu’un qui mérite tout, il doit l’avoir ! Ce qu’il a fait sur le plan culturel, personne ne l’a fait. C’est un grand de ce monde, le plus grand chanteur africain de l’histoire. Grâce à lui, le Sénégal est connu dans le monde et mieux tous les Sénégalais l’aiment. Mieux vaut l’avoir avec soi que contre soi. Si j’étais Wade, je ferais tout pour le récupérer avant qu’il ne soit trop tard, c’est un très grand porteur de voix, un travailleur infatigable, un exemple pour nous les jeunes africains ! "
Essaye de lire ce passage à haute voix.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image