leral.net | S'informer en temps réel

Santé sexuelle à l’école : le ministère s’inscrit dans une dynamique de recherche de consensus

Le ministère de l’Education nationale s’est inscrit dans une dynamique de recherche de consensus avec tous les acteurs et partenaires impliqués sur la question du renforcement de l’éducation à la santé de la reproduction (ESR) à l’école, à travers la tenue d’un atelier national ouvert lundi à Dakar.


Rédigé par leral.net le Lundi 23 Février 2015 à 15:46 | | 0 commentaire(s)|

Santé sexuelle à l’école : le ministère s’inscrit dans une dynamique de recherche de consensus
La tenue de cette rencontre est ''symbolique et constitue une étape décisive'' dans la recherche de consensus autour du projet de renforcement de l’éducation à la santé de la reproduction dans les enseignements apprentissages, a relevé le ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam.

En effet, a t –il relevé, le ministère de l’Education nationale, ''conscient que l’école doit demeurer un cadre privilégié où le combat du développement doit prendre racine, nourrit beaucoup d’attentes pour cette rencontre qui fournira l’essentiel de la matière qui servira à mettre en place un mécanisme de coordination et de facilitation''.

Cela, a t –il dit, pour une ''institutionnalisation des questions de la santé de la reproduction en milieu scolaire’’.

''La gestion de l’école a changé de paradigme et s’oriente davantage vers une démarche communautaire où les activités d’éducation doivent être suivies et poursuivies dans les familles, dans la société'', a souligné Serigne Mbaye Thiam.

C’est pourquoi le ministère reste ouvert à l’endroit de tous les acteurs qui s’investissent quotidiennement pour une éducation de qualité pour tous, a t-il dit, rappelant que le Sénégal a une population essentiellement jeune avec des adolescents et jeunes âgés de 10 à 24 ans qui représentent 34,5% de la population.

Selon les statistiques scolaires de 2013, plus de 2 600 000 de ces jeunes fréquentent les cycles élémentaire, moyen et secondaire. Cette situation est à l’origine d’une augmentation importante des besoins sociaux de base, notamment l’éducation à la santé, a dit le ministre.

''Les vulnérabilités spécifiques conjuguées à l’importance démographique de la cible adolescente et jeune imposent une approche multisectorielle, des stratégies novatrices et des réponses appropriées à leurs besoins notamment en santé de la reproduction'', a relevé Serigne Mbaye Thiam.

De plus, a t –il ajouté, ''le contexte socio -culturel de la plupart des familles au Sénégal marqué par le sens de la pudeur ne favorise pas l’évocation en public des questions de sexulaité entourées de tabous, réduisant ainsi les espaces de communication nécessaires à une meilleure maîtrise par les adolescents des problèmes liés à leur vie et à leur avenir’’.

‘’Au même moment, le traitement de ces questions est accessible à nos enfants via les différents médias avec le développement des technologies de l’information et de la communication’’, a ajouté le ministre.

Serigne Mbaye Thiam souhaite ainsi que ‘’les différents partenaires du système éducatif puissent appuyer cette expérimentation multisectorielle et multidimensionnelle porteuse d’espoir pour tous les élèves du Sénégal’’.

‘’Il faut une réponse organisée aux besoins d’éducation sur la santé de la reproduction et l’école est le cadre idéal’’, selon le ministre de l’Education.

La prise en charge de l’Education à la santé de la reproduction appelle une ‘’mise en synergie des actions pour faciliter l’accès des apprenants à des informations et services de qualité’’, a souligné la Présidente de l’Association pour le bien être familial (ASBEF), Marie Louise Corréa.

Mme Corréa dirige la Coalition de la Santé de la reproduction des adolescents et des jeunes mise en place par des organisations de la société civile avec la participation du ministère de l’Education et du ministère de la Santé.

La promotion de l’ESR à l’école est une stratégie porteuse et devrait contribuer à prévenir les risques d’infections sexuellement transmissibles, le VIH Sida, les violences et les abus mais également le nombre de grossesses précoces et non désirées et par conséquent à maintenir les filles à l’école, selon Mme Corréa.

''Donnons à nos enfants une éducation à la santé de la reproduction efficace et adpatée à nos valeurs pour les aider à grandir en harmonie et devenir un levier du développement du Sénégal émergent’’, a t –elle plaidé.

La rencontre de deux jours organisée par la Coalition en partenariat avec le ministère de l’Education nationale devrait permettre de construire avec les différentes composantes de la communauté une compréhension commune de l’ESR et un consensus sur le renforcement des contenus SR dans les programmes d’enseignement en cours.

APS






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image