Leral.net | S'informer en temps réel



Sarkozy dépense 1 million d’euros par jour

Rédigé par leral .net le 30 Octobre 2009 à 11:22 | Lu 1067 fois

( avec Le Point) - La présidence française de l’Union européenne fut pour beaucoup un succès. Durant six mois, du 1er juillet au 31 décembre 2008, Paris a dû gérer trois crises : celle résultant du "non" irlandais, la guerre de Géorgie et le cataclysme financier. Mais à quel prix ? Saisie par la commission des finances du Sénat, la Cour des comptes s’est penchée sur la question


Les conclusions sont claires : "une programmation excessivement touffue" et "des coûts trop élevés". Au total 171 millions d’euros dépensés en six mois, soit 1 million d’euros par jour ! L’enveloppe accordée par le Parlement était de "180 millions d’euros, et 170 millions ont été effectivement dépensés, soit à l’arrivée une économie de 10 millions d’euros", justifie le Quai d’Orsay, qui préfère voir le verre à moitié plein. La France "n’a pas à rougir" de son coût, ajoute le ministre du Budget, Éric Woerth.

Reste que la présidence française a coûté trois fois plus cher que celle organisée sous la présidence de Jacques Chirac en 2000 (56,9 millions d’euros). Dans le détail, 489 opérations ont été financées par l’État : 9 sommets, 25 réunions ministérielles, 182 manifestations de niveau ministériel et 328 séminaires et autres évènements de toute nature. Plus particulièrement, la Cour des comptes pointe du doigt l’organisation du sommet de l’Union pour la Méditerranée en juillet 2008, financé de manière dérogatoire et sans aucune décision formelle sur le budget de la présidence européenne, pour 16,6 millions d’euros.

Des dépenses "inimaginables et intolérables " (René Dosières)

"Un sommet hors-norme", notent les services de Philippe Séguin qui regrettent : "La mise en place tardive de sa préparation a été menée suivant des procédures obligatoires qui n’ont pas permis de faire jouer la concurrence." Le budget dépensé pour cet évènement a servi notamment à un réaménagement complet du Grand Palais pour trois heures de réunion, avec 91.500 euros dépensés pour de la moquette éphémère, 194.900 euros pour des jardinières, 136.000 euros consacrés au fond de scène et 245.572 euros pour une douche temporaire installée pour Nicolas Sarkozy, qui n’aurait jamais été utilisée. Pis, 1.010.256 euros ont été dépensés pour le seul dîner des chefs d’État le 13 juillet au soir, qui comptait 200 convives, soit 5.362 euros par invité.

"Alors que tous les Français doivent se serrer la ceinture, apprendre que le chef de l’État organise, avec l’argent des Français, un repas qui coûte 5 fois le Smic par personne, c’est inimaginable et intolérable", s’indigne le député de l’Aisne apparenté socialiste René Dosières. "C’est en soi choquant, mais il faut resituer cette dépense dans son contexte et regretter qu’il n’y ait pas eu une meilleure organisation pour ce sommet, et l’application des règles en vigueur avec notamment l’appel à la concurrence", note de son côté le président de la commission des finances du Sénat, Jean Arthuis.

Impossible d’apprécier l’utilité des événements organisés

La Cour des comptes pointe aussi l’organisation, en novembre 2008, des assises européennes de l’innovation "qui ne figuraient pas dans la liste des prévisions initiales des manifestations de la présidence française de l’UE". "Une opération de la dernière heure" qui aura coûté 702.516 euros.

Il fallait également trouver une identité visuelle à la présidence française de l’UE. Pour relever ce défi, un appel d’offres a été lancé dès septembre 2007. Un vainqueur : Philippe Starck, célèbre designer français. À l’arrivée, un logo épuré avec les drapeaux français et de l’Union européenne, pour la bagatelle de 57.408 euros. La Cour des comptes met deux bémols : "Le logo représente les drapeaux français et européen, ce qui est formellement exclu dans le cahier des charges. La version finale, en outre, a été exécutée par un sous-traitant, ce qui n’était pas prévu dans le contrat."

Des dépenses qui, selon la Cour des comptes, "faute d’une évaluation a posteriori", ne peuvent faire l’objet d’aucune appréciation sérieuse quant à l’utilité ou à l’impact des multiples évènements organisés. Un comble.

- Par Nettali -