leral.net | S'informer en temps réel

Scandale à l’école Yalla Suureen : L’élève, mineur, vole des bijoux d’une valeur de 10 millions de francs à sa tante

L’audience de cette affaire, qui a tenu en haleine l’assistance, hier, à la barre, fut une véritable leçon de morale. Le voleur n’est autre qu’un mineur, élève en classe de Seconde à l’école Yalla Suureen à Baobab. Le vendredi 3 juin, il quitte Dakar pour se rendre à Thiès chez sa tante. Mais, trouvant que celle-ci était au boulot, il profite de son absence pour voler ses bijoux d’une valeur de 10.000.000 de francs. Et de reprendre le chemin du retour vers Dakar, avant de vendre le butin à un bijoutier, à 1.300.000 francs. Ensuite, il remet 10.000 francs à chacun de ses deux amis, avant d’aller flamber l’argent dans des boîtes de nuit. Pour samedi et dimanche seulement, ils ont dépensé 1.300.000 francs. Le procureur s’est inquiété l’avenir de nos jeunes, dans une pente pour le moins savonneuse. Avant de requérir un an ferme à l’encontre du receleur. Le conseil de la partie civile, Me Baboucar Cissé, a réclamé 10.000.000 de francs, valeur des bijoux. Le jugement est mis en délibéré pour le 15 juin prochain.


Rédigé par leral.net le Jeudi 9 Juin 2011 à 15:41 | | 0 commentaire(s)|

Scandale à l’école Yalla Suureen : L’élève, mineur, vole des bijoux d’une valeur de 10 millions de francs à sa tante
Diogma Wagne, bijoutier de son état, a été interpellé par les policiers à Sandaga, où il a été pointé du doigt par un mineur du nom de Baye Cheikh Ndiaye, élève en classe de Seconde à l’école Yalla Suureen. Le vendredi 3 juin, le gosse quitte Dakar pour se rendre à Thiès, chez sa tante, la dame Maty Ndoye. Mais, trouvant que celle-ci était au boulot, il profite de son absence pour voler ses bijoux d’une valeur de 10.000.000 de francs. Et de reprendre illico le chemin du retour vers Dakar, avant de vendre le butin à un bijoutier du nom de Diogma Wagne, à 1.300.000 francs. Au marché Sandaga. L’argent en poche, Baye Cheikh Ndiaye, qui n’a pas encore 17 ans, appelle deux de ses amis de classe. Dans le but de faire la bamboula durant le week-end, allant d’une boîte de nuit à l’autre. Le jeune Ndiaye d’expliquer à la barre qu’ils ont dépensé la totalité des 1.300.000 francs durant ces deux jours. Avec des dépenses extravagantes, comme une bouteille de champagne à 70.000 francs. Au point de susciter la curiosité partout où ils sont passés. Les trois mineurs, ayant comparu libres, sont rentrés tranquillement chez eux, laissant le guêpier. Mais, Dogma Wagne a nié à l’interrogatoire, avoir acheté les bijoux au gosse. A la question de savoir pourquoi il l’a désigné parmi tant de bijoutiers, Wagne de répondre que Baye Cheikh Ndiaye est un copain de son neveu, et que c’est sans doute la raison pour laquelle, il l’a cité comme le receleur. La partie civile, représentée par Me Baboucar Cissé et son confrère, ont plaidé la culpabilité du prévenu. Me Cissé d’insister sur les efforts fournis par la dame Maty Ndoye pour acquérir ces bijoux d’une valeur de 10.000.000 francs. Avant de pointer du doigt la mauvaise foi du receleur, qui a profité de la naïveté de l’enfant pour lui remettre la somme d’un million trois cents mille francs. Tout en sachant pertinemment que cette somme était largement en deçà de la valeur réelle des bijoux. « Je demande au tribunal de le maintenir dans les liens de la prévention, de le condamner à telle peine qui plaira au procureur, et de recevoir, en guise de constitution de la dame Maty Ndoye, la somme de 10.000.000 francs », a-t-il conclu. Quant au procureur Yoro Moussa Diallo, il n’a cessé d’indexer la jeunesse d’aujourd’hui. Par ailleurs, le représentant du ministère public a souligné le comportement répréhensible des élèves de cette école, Yalla Suureen, très fréquents à la barre du tribunal. « Il faut des mesures draconiennes à l’encontre des jeunes, avant qu’ils ne deviennent des bandits de grands chemins », insistera le procureur, avant requérir un an à l’encontre du receleur. Le conseil du prévenu, Me Babacar Kane, a plaidé sa relaxe au bénéfice du doute. Car, selon lui, le jeune voleur a beaucoup varié dans ses déclarations, depuis la police. « Cet homme est un père de famille, le condamner à une peine d’un an ferme sera synonyme de destruction de sa vie. Je demande au tribunal de le relaxer au bénéfice du doute », a-t-il plaidé. Le jugement est mis en délibéré pour le 15 juin prochain.






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image