leral.net | S'informer en temps réel

Sécurisation du Ranch de Dolly et préservation du pastoralisme (Par Demba Sow)

Le 26 novembre 2011, le CERFLA (Centre d’Etudes, de Recherche et de Formation en Langues Africaines) a organisé au village de Dolly, en partenariat avec l’OCB Nanondiral de Dolly (Entente de Dolly), un important Forum portant sur la sécurisation de la vocation pastorale du Ranch de Dolly.


Rédigé par leral.net le Mercredi 11 Décembre 2013 à 10:37 | | 0 commentaire(s)|

Sécurisation du Ranch de Dolly et préservation du pastoralisme (Par Demba Sow)
Pour rappel, le Ranch de Dolly est situé dans le département de Linguère et s’adosse aux régions de Matam et de Kaffrine et est à quelques kilomètres de celle de Tambacouda. Avant l’indépendance du Sénégal, le ranch était dédié exclusivement à la promotion de l’élevage des ruminants domestiques pour l’approvisionnement de Dakar en viande et à la préservation de la biodiversité. Cette double vocation de cette aire de pâturage est toujours d’actualité.

En 1963, la zone de Dolly, s’étendant sur 110 900 ha, devint, par la volonté de l’Etat, une réserve pastorale. Elle fut l’objet d’un aménagement conséquent et sa gestion confiée à la SERAS jusqu’en 1976, début du désengagement progressif de l’Etat.

Depuis 1999, le Ranch est délaissé finalement par l’Etat et c’est sans doute pour cette raison qu’elle aiguise l’appétit des grands et petits agriculteurs et investisseurs privés depuis quelques années.

Au cours du forum du 26 novembre 2011, les éleveurs avaient déploré l’état de délabrement du Ranch : plus de clôture, les points d’eau disparaissant un à un. Ils avaient lancé un appel pressant à l’Etat pour sauver cette aire de pâturage vitale pour le pastoralisme. Elle constitue pratiquement le dernier repli pour les animaux de la zone nord et du centre du pays.

L’occasion a été également saisie pour demander aux éleveurs de moderniser leurs exploitations afin de satisfaire les besoins en viande et en lait des populations ; le pays perdant beaucoup trop d’argent avec l’importation de lait et de moutons. Il a été noté ce jour là qu’il y avait des rumeurs persistantes que les autorités avaient un projet de morcellement du Ranch à des fins de culture agricole. Naturellement, les éleveurs avaient pris la ferme décision de défendre leur aire de pâturage si jamais ces rumeurs devaient se confirmer.

Deux années après cette rencontre, les éleveurs ont fait l’amer constat que l’Etat n’a pas répondu à leur appel, que le Ranch de Dolly continue à se dégrader et qu’il est toujours sous la menace de morcellement pour la culture agricole.

C’est dans ce contexte d’inquiétude généralisée chez les pasteurs sur l’avenir du Ranch de Dolly que la visite du Président de la République est intervenue, deux années, jour pour jour, après le forum des éleveurs (26 novembre 2011). On peut rappeler que depuis le Président Senghor en 1969, aucun chef d’Etat sénégalais n’a foulé le sol de Dolly.

Le 26 novembres 2013, les éleveurs du Sénégal, venus des 14 régions du pays, ont donc accueilli très chaleureusement le Président Sall. L’espoir que le Ranch de Dolly va être réhabilité et sécurisé était perceptible dans les propos et sur le visage des hôtes du chef de l’Etat

A l’occasion des échanges avec le Chef de l’Etat, plusieurs orateurs se sont succédés au micro. J’ai noté que peu d’orateurs ont parlé concrètement des problèmes de l’élevage et du Ranch de Dolly. Peut être que les intervenants appréciaient tellement le déplacement du Chef de l’Etat qu’ils ont finalement utilisé leur temps de parole à le remercier. J’ai noté cependant que des idées très intéressantes ont été formulées par quelques orateurs. J’ai apprécié les interventions des acteurs de l’élevage porcin et équin mais aussi des femmes tanneuses de Guédiawaye. Ils ont été tellement clairs que je suis persuadé que le chef de l’Etat va trouver une solution à leurs préoccupations.

Je regrette que les éleveurs de bovins et d’ovins n’aient pas parlé suffisamment des vrais problèmes de la filière : rétrécissement des aires de pâturage, disparition des parcours du bétail dans beaucoup de localités, règlementation de la transhumance, amélioration génétique des races, réhabilitation et sécurisation de la vocation pastorale du Ranch de Dolly, protection des forêts classées qui sont menacées de disparition au bénéfice de l’agriculture, cohabitation pacifique entre agriculteurs et éleveurs, nécessité de revisiter les textes, souvent obsolètes, relatifs à l’élevage,…..

Je regrette aussi que l’ancien directeur du Ranch, Monsieur Samba Ka, qui a fait le déplacement de Ndoffane à Dolly, n’ait pas pris la parole. Cet homme, technicien de l’élevage, plus connu sous le nom de Samba Dolly, avait certainement beaucoup de choses à dire sur le ranch.

Le président de la République a prononcé un discours que les acteurs de l’élevage ont apprécié. J’ai relevé dans l’adresse du Chef de l’Etat, 3 décisions très importantes :

- Deux milliards de Francs CFA vont être dégagés pour la réhabilitation du Ranch. Les éleveurs ont applaudi cette décision. Depuis 1999 l’Etat n’a pas mis un franc dans le Ranch. Merci Monsieur le Président ;

- L’Etat va mener une guerre sans merci contre les délinquants voleurs. Le vol de bétail a atteint une ampleur telle que les éleveurs, (grands et petits), n’étaient pas loin de penser qu’il n’y a plus d’Etat au Sénégal. Les bandits voleurs de bétail sèment la désolation dans les villages et dans les villes. Ils sont responsables en partie de la pauvreté en milieu rural. Les ruraux n’osent plus garder du petit bétail à la maison. Les éleveurs attachent le plus grand intérêt à la matérialisation de cette décision. Le vol de bétail est devenu un facteur limitant de l’élevage dans les 14 régions du pays ;

- Le Chef de l’Etat a pris la décision de déclarer la date du 26 novembre, Journée de l’Elevage. Autrement dit, à partir de 2013, tous les ans, l’élevage est fêté le 26 novembre. Cette décision a enchanté les éleveurs. Je souhaite pour ma part que, en plus des festivités, que le 26 novembre soit une journée de réflexion sur l’avenir du pastoralisme et d’évaluation des projets, programmes et grandes décisions du Chef de l’Etat. La Direction de l’Elevage pourrait, dès maintenant, commencer à réfléchir sur l’organisation de la journée du 26 novembre 2014.

En tant qu’ancien Président de la Commission du Développement Rural de l’Ex Conseil Economique et Social (CES) et acteur de la filière par formation et par vocation, je fais à Monsieur le Président et aux acteurs de l’élevage les suggestions suivantes :

- Monsieur le Président, vous avez un champ dans le département de Foundiougne, les éleveurs apprécierait que vous ayez une ferme moderne à Dolly pour servir d’exemple aux éleveurs ;

- Monsieur le Président, je vous prie, augmentez le montant de 2 milliards promis pour la réhabilitation du Ranch. L’élevage a besoin de cette aire de pâturage ; sa réhabilitation va nécessiter beaucoup de moyens. Les éleveurs utilisateurs du Ranch pourraient participer financièrement à sa réhabilitation ;

- Monsieur le Président, aidez à la création d’autres ranchs dans les autres localités d’élevage. Le pastoralisme occupe beaucoup de sénégalais, contribue à l’alimentation journalière de tous les citoyens et participe significativement à la croissance de notre économie ;

- Monsieur le Président, aidez nous à sécuriser la vocation pastorale du Ranch de Dolly, à le mettre à l’abri de la boulimie foncière des agriculteurs et de l’agro-business. Notre aire de pâturage est menacée, elle est en train de rétrécir lentement mais surement. Un acte administratif affirmant clairement la vocation pastorale du Ranch est une demande de l’ensemble des éleveurs pasteurs des régions de Saint Louis, Matam, Louga, Fatick, Kaolack, Kaffrine et Tambacouda ;

- Monsieur le Président, n’acceptez aucun projet de morcellement du Ranch de Dolly au bénéfice d’un éleveur quelconque. Un début de morcellement serait synonyme de disparition à terme du Ranch ;

- Monsieur le Président, la modernisation de l’élevage ne sera possible que si on met l’accent sur l’amélioration génétique des races animales. Aucun pays n’a réussi à augmenter la production laitière et/ou de viande de son cheptel sans avoir amélioré la qualité génétique des races exploitées ;

- Je propose Monsieur le Président de la République, la création à Dolly, d’un Centre de Recherche pour l’Amélioration des Races Animales (CRARA). Ce centre devra être animé et piloté par des chercheurs spécialisés en génétique et zootechnie notamment. Je pense que l’insémination artificielle telle quelle est pratiquée actuellement dans notre pays, ne peut pas booster notre élevage significativement et durablement.

L’élevage est une activité économique vitale pour notre pays. Il contribue de façon déterminante à la sécurité alimentaire de notre pays. L’élevage a encore beaucoup de potentialités à mettre en valeur. Comparé à l’agriculture et à la pêche, le secteur de l’élevage a peu bénéficié des appuis de l’Etat, des acquis de la science, du financement privé sans oublier que l’aménagement du territoire se fait toujours au détriment du secteur.

Professeur Demba Sow
Ancien député
Ancien Président de la Commission
du Développement rural
odemsow@yahoo.fr






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image